Lauréats du prix Alison Des Forges. En haut, de gauche à droiteKhadija Ismayilova (Azerbaïdjan, 2015), Yara Bader (Syrie, 2015), Père Bernard Kinvi (République centrafricaine, 2014). En bas, de gauche à droite : Nicholas Opiyo (Ouganda, 2015), Nisha Ayub (Malaisie, 2015), Dr. M.R. Rajagopal (Inde, 2014).

© Jahangir Yusif, Francesca Leonardi (Internazionale), 2014 Human Rights Watch, 2015 Rebecca Vassie, 2015 Nisha Ayub, Paramount Color Lab, Ulloor, Trivandrum

(New York) – Quatre courageux et inlassables défenseurs des droits humains ont été désignés comme lauréats pour l’année 2015 du prestigieux prix Alison Des Forges en récompense de leur engagement exceptionnel en faveur des droits humains, a annoncé Human Rights Watch aujourd’hui.

Les lauréats, qui figurent parmi les principales voix pour la justice dans leurs pays respectifs, sont : Nisha Ayub, activiste célèbre pour sa défense des droits des transgenres en Malaisie ; Yara Bader, journaliste et activiste syrienne qui dénonce courageusement la détention et la torture de journalistes dans ce pays ravagé par la guerre; Khadija Ismayilova, une éminente journaliste d’investigation qui a consacré sa vie à la défense des droits humains dans l’ancienne république soviétique d’Azerbaïdjan ; et Nicolas Opiyo, avocat des droits humains renommé et fondateur de l’ONG Chapter Four Uganda, qui se bat inlassablement pour défendre les libertés civiles en Ouganda. Notons qu’Ismayilova est actuellement emprisonnée et fait l’objet de poursuites abusives, notamment de la part des autorités fiscales, en rétorsion de ses reportages.

« Le prix Alison Des Forges rend hommage à des individus qui défendent les droits humains avec courage et altruisme, dans des situations souvent dangereuses et au prix de grands sacrifices personnels », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. « Les lauréats ont consacré leur vie à défendre des personnes qui comptent parmi les plus opprimées et les plus vulnérables de la planète. »

Le prix est nommé en l’honneur d’Alison Des Forges, conseillère senior à Human Rights Watch durant près de vingt ans, décédée le 12 février 2009 lors d’un accident d’avion dans l’état de New York. Alison Des Forges était la principale spécialiste mondiale du Rwanda, du génocide de 1994 et de ses conséquences. Le prix, décerné chaque année par Human Rights Watch, rend hommage à son engagement exceptionnel pour la défense des droits humains. Il salue le courage d’individus qui risquent leur vie pour façonner un monde exempt de violence, de discrimination et d’oppression.

Un hommage sera rendu aux quatre lauréats de 2015, ainsi qu’à deux des lauréats de 2014, le père Bernard Kinvi, prêtre centrafricain, et le Dr. Rajagopal, médecin indien, lors des dîners annuels de Human Rights Watch « Des Voix pour la justice » qui se tiendront dans plus de vingt villes du monde entier entre novembre 2015 et mars-avril 2016.

Nisha Ayub sera honorée à Amsterdam ; Yara Bader à Londres et à Paris ; Khadija Ismayilova à Munich et à Genève ; et Nicholas Opiyo à Santa Barbara et à Los Angeles. Le père Kinvi fera une tournée en Amérique du Nord et sera honoré lors de dîners à New York, à San Francisco, dans la Silicon Valley et à Toronto. Le Dr. Rajagopal sera honoré à Hanover.

Les lauréats

Lauréats 2015 :

Nisha Ayub, Malaisie
Depuis plus de dix ans, Nisha Ayub fait campagne pour les droits des transgenres en Malaisie, avec la mise en place de programmes d’aide à la personne, de programmes d’analyse juridique et politique, et de campagnes de sensibilisation du public. Human Rights Watch rend hommage à Nisha Ayub pour sa lutte contre les lois discriminatoires qui empêchent les Malaysiens transgenres de mener une vie exempte de violence, de peur et d’oppression.

Yara Bader, Syrie
Dans ce pays déchiré par la guerre, Yara Bader, journaliste et activiste, s’emploie à dénoncer la détention et la torture d’activistes – dont son mari. Elle-même a vécu la manière dont le gouvernement syrien utilise ses services d’intelligence et de sécurité pour réprimer avec brutalité les voix indépendantes. Human Rights Watch rend hommage à Yara Bader pour l’extraordinaire courage avec lequel elle parle au nom des détenus syriens, en dépit de menaces graves pour sa propre sécurité.

Khadija Ismayilova, Azerbaïdjan
Khadija Ismayilova, célèbre journaliste d’investigation en Azerbaïdjan, a consacré sa vie à la lutte contre la corruption, à la défense des droits humains et à la libération des prisonniers politiques dans un pays qui est sous le joug d’un régime autoritaire de plus en plus dur. Human Rights Watch rend hommage à Khadija Ismayilova pour l’extraordinaire courage dont elle fait preuve en tant que journaliste et activiste, face à l’escalade de la répression de la liberté d’information en Azerbaïdjan.

Nicolas Opiyo, Ouganda
Nicolas Opiyo est un avocat des droits humains renommé et le fondateur de l’ONG Chapter Four Uganda, qui milite également pour les droits humains. Il a plaidé avec succès l’anti-constitutionnalité de plusieurs lois, dont la fameuse loi anti-homosexualité de 2013, jugée nulle et non avenue en août 2014. Human Rights Watch rend hommage à Nicolas Opiyo pour son inlassable engagement dans la défense des droits humains de tous les Ougandais et la promotion de l’accès universel à la justice.

Lauréats 2014 participant aux Dîners annuels 2015 :

Le père Bernard Kinvi, République centrafricaine
Le père Bernard Kinvi est un prêtre catholique qui dirige l'hôpital de la mission catholique de Bossemptele, en République centrafricaine. Au début de l'année 2014, quand les violences interconfessionnelles ont abouti à des exactions coordonnées visant les civils musulmans, le père Kinvi a sauvé les vies de centaines de musulmans assiégés, qu'il est allé chercher à leurs domicile pour leur donner refuge à la mission catholique. En dépit de nombreuses menaces de mort, Kinvi a continué à protéger les personnes qu'il avait prises en charge jusqu'à ce qu'elles puissent être évacuées en lieu sûr. Human Rights Watch rend hommage au père Bernard Kinvi pour son courage inébranlable et son dévouement à la cause de la protection des civils en République centrafricaine.

Dr. M. R. Rajagopal, Inde
Le Dr. M. R. Rajagopal est un médecin indien renommé, spécialiste des soins palliatifs, qui lutte depuis plus de vingt ans pour améliorer le sort des patients en grande souffrance. En tant que clinicien, universitaire et militant, M. R. Rajagopal joue un rôle moteur dans les efforts visant à promouvoir les soins palliatifs et à les faire reconnaître comme un droit humain. Il a mis en place un programme de soins palliatifs  au sein des communautés locales et, avec son organisation Pallium India, a joué un rôle clé dans la campagne menée auprès du gouvernement indien pour rendre la morphine plus accessible. Human Rights Watch rend hommage au Dr. M. R. Rajagopal pour son engagement dans la défense du droit des patients en grande souffrance de vivre et de mourir dans la dignité.