Manifestation tenue à Hong Kong le 17 avril 2015, pour la remise en liberté de la journaliste chinoise Gao Yu.

© 2015 Reuters

(New York, le 5 août 2015) - Quinze organisations de défense des droits humains ont adressé une lettre commune au président chinois Xi Jinping, l’exhortant à ordonner la remise en liberté la journaliste emprisonnée Gao Yu, qui souffre de graves problèmes de santé,  ainsi que d’autres personnes qui sont incarcérées simplement pour avoir tenté d’exprimer de manière pacifique leurs opinions politiques et qui ont urgemment besoin de soins médicaux. Le courrier transmis par les quinze organisations demande aussi aux autorités chinoises d’accorder les soins médicaux adéquats à toute personne incarcérée qui en aurait besoin.

Gao Yu, âgée de 71 ans, est en prison depuis le mois d’avril 2014, suite à sa détention prétendument pour avoir divulgué un document idéologique interne du Parti communiste critiquant certains droits humains. En avril 2015, elle a été condamnée à sept ans de prison à l’issue d’un procès inéquitable.

Les quinze organisations signataires du courrier sont : Amnesty International, Human Rights Watch, China Human Rights Lawyers Concern Group, le Comité pour la protection des journalistes, The Committee to Support Chinese Lawyers, Freedom House, Hong Kong Alliance in Support of Patriotic Democratic Movements of China, Hong Kong Professional Teachers’ Union, Human Rights in China, Independent Chinese PEN Center, Justice and Peace Commission of the Hong Kong Catholic Diocese, PEN American Center, Reporters sans frontières, Solidarité Chine et Mères de Tiananmen.

 

Communiqué intégral en anglais:

https://www.hrw.org/news/2015/08/05/china-urgently-release-seriously-ill-journalist

 

Communiqué sur le site d’Amnesty International