Des membres de l'un des groupes armés de l'opposition en Syrie, dans le quartier d'al-Bayada à Homs, le 29 février 2012.

© 2012 Reuters

(New York, le 20 mars 2012) – Des membres de groupes d'opposition armés ont commis de graves violations des droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui dans une lettre publique  adressée au Conseil national syrien (CNS) et à d'autres importants groupes syriens d'opposition. Parmi ces exactions figurent l'enlèvement, la détention et la torture de membres des forces de sécurité syriennes, de partisans du gouvernement, et de personnes suspectées d’appartenir à des milices pro-gouvernementales, appelées « shabeeha ». Human Rights Watch a également recueilli des informations faisant état d'exécutions par des groupes armés d'opposition de membres des forces de sécurité et de civils.

Les dirigeants des groupes syriens d'opposition doivent condamner ces abus et interdire à leurs membres d’y recourir, a déclaré Human Rights Watch. Divers témoignages tendent à indiquer que certaines attaques armées par des groupes d'opposition ont été motivées par des sentiments anti-chiite ou anti-alaouite, engendrés par les liens présumés entre ces communautés et les politiques gouvernementales.

« Les tactiques brutales du gouvernement syrien ne peuvent aucunement justifier les exactions commises par des groupes d'opposition armés », a affirmé Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Les leaders de l'opposition doivent clairement  indiquer à leurs partisans que les actes de torture, les enlèvements et les exécutions sont à proscrire en toute circonstance. »

Par ailleurs Human Rights Watch a précédemment documenté et condamné à plusieurs reprises les multiples violations de droits humains commises par les forces gouvernementales syriennes, y compris les disparitions, le recours endémique à la torture, les détentions arbitraires, et les bombardements aveugles de quartiers résidentiels.

Pour lire l’intégralité de ce communiqué en anglais, veuillez cliquer ici.