Des hommes et des adolescents à la recherche d’or dans une mine à proximité de la ville de Bagega, dans l'État de Zamfara, situé dans le nord du Nigeria.

© 2011 Marcus Bleasdale/VII pour Human Rights Watch

(Lagos, le 7 février 2012) - Deux ans après le début de la pire épidémie de contamination au plomb des temps modernes, des dizaines de villages dans le nord du Nigeria sont toujours affectés et des milliers d'enfants ont urgemment besoin de soins médicaux, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch  à l’occasion de la diffusion d'une vidéo à ce sujet. Quatre cents enfants sont déjà décédés, selon les estimations officielles ; malgré ce lourd bilan, le travail de décontamination de l’environnement n'a même pas débuté dans de nombreux villages affectés.

La zone touchée est l'État de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigeria, où sont situées de nombreuses mines d'or artisanales. Les niveaux élevés de plomb dans la terre et l'utilisation de méthodes d'extraction rudimentaires ont abouti à une épidémie de contamination au plomb, particulièrement auprès des enfants dans cette région. Les recherches menées par Human Rights Watch dans cet État à la fin de l’année 2011 ont révélé que de nombreux enfants sont exposés à la poussière de plomb dans plusieurs circonstances : quand ils traitent le minerai eux-mêmes dans les mines d’or, quand des membres de leurs familles qui travaillent dans des mines rentrent chez eux, couverts de cette poussière, ou encore quand le minerai contenant du plomb est broyé manuellement ou à la machine dans leur maison. Les enfants risquent également d’être exposés à des niveaux toxiques de plomb quand la nourriture et l'eau deviennent aussi contaminées.

Des professionnels de la santé dans l'État de Zamfara ont indiqué à Human Rights Watch que de nombreux adultes ont également été durement affectés par la contamination au plomb, qui a mené à des taux élevés d’infertilité et à des fausses couches.

« La richesse en or de l'État de Zamfara au Nigeria a suscité des espoirs de prospérité, mais en réalité a causé la mort de centaines d’enfants et continue de faire souffrir ceux qui travaillent dans les mines dans des conditions dangereuses », a commenté Babatunde Olugboji, directeur adjoint de la division des Programmes à Human Rights Watch.

Le plomb est une substance hautement toxique qui peut affecter les fonctions neurologiques, biologiques et cognitives de l'organisme humain. Les enfants sont particulièrement vulnérables, ainsi que le souligne l'Organisation mondiale de la santé.

Pour lire l’intégralité de ce communiqué, veuillez cliquer ici.