Des Palestiniens font la queue devant le poste frontière jouxtant le pont Allenby, qui relie la Jordanie et la Cisjordanie, contrôlée par Israël.

© 2009 Jim Hollander POOL/AFP/Getty Image

(Amman, le 1er février 2010) - La Jordanie devrait cesser de retirer arbitrairement la nationalité aux Jordaniens d'origine palestinienne, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui.  De telles mesures ont visé plus de 2 700 Jordaniens d'origine palestinienne entre 2004 et 2008.

Le rapport de 60 pages, « Stateless Again: Palestinian-Origin Jordanians Deprived of their Nationality » (« À nouveau sans État : Les Jordaniens d'origine palestinienne privés de leur nationalité »), details the arbitrary manner, with no clear basis in law, in which Jordan deprives its citizens who were originally from the West Bank of their nationality, thereby denying them basic citizenship rights such as access to education and health care.

« La Jordanie s'adonne à des jeux politiques basés sur les droits fondamentaux de milliers de ses citoyens »,  a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Des fonctionnaires sont en train de priver des familles entières de la capacité de mener des vies normales marquées par un sentiment de sécurité que la plupart des citoyens d'autres pays considèrent comme un acquis. »

Les autorités jordaniennes ont défendu cette pratique comme une mesure destinée à contrer toute  future tentative par Israël de transférer la population palestinienne  de la Cisjordanie, occupée par Israël, vers la Jordanie.

La Jordanie a annexé la Cisjordanie en 1949, à la suite de la première guerre israélo-arabe et y a instauré sa souveraineté en 1950, accordant la nationalité jordanienne à tous les résidents de ce territoire. Toutefois, en 1988, le roi Hussein a rompu les liens légaux et administratifs entre la Jordanie et la Cisjordanie, renonçant aux revendications de souveraineté sur ce territoire et retirant la nationalité jordanienne à tous les Palestiniens qui y résidaient alors.

D'autres Jordaniens originaires de Cisjordanie, mais qui n'y résidaient pas à cette époque, n'ont pas été affectés par cette mesure et ont pu conserver leur nationalité jordanienne. Toutefois, au cours de la dernière décennie et des années précédentes, la Jordanie a arbitrairement retiré la nationalité à des milliers de ses citoyens originaires de Cisjordanie. Ces mesures ont visé en particulier près de 250 000 Jordaniens d'origine palestinienne qui étaient revenus en Jordanie à la suite de leur expulsion du Koweït en 1991.

« Des fonctionnaires autoritaires ordonnent des retraits de nationalité d'une façon tout à fait arbitraire », a poursuivi Mme Whitson. « Un jour vous êtes jordanien, et le lendemain on vous prive de vos droits de citoyen dans votre propre pays. »

Pour lire le communiqué intégral en anglais, ainsi que des témoignages de Jordaniens privés de leur nationalité, veuillez cliquer ici.