Skip to main content
Lire le script de cette vidéo

VO:

On October 13, 2023, Israeli strikes in southern Lebanon killed Issam Abdullah, a Reuters journalist. The attack injured six other journalists from Reuters, Agence France-Presse (AFP),

and Al Jazeera. 

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

I will always remember his, his wit and his humor. He was the dynamo of the press scene and of Reuters in general.

SOUNDBITE: Carmen Joukhadar Al Jazeera Journalist

I don’t think there is anyone that is funnier than Issam. I don’t think there’s anyone more supportive than Issam.

VO:

Human Rights Watch investigated the attack to determine the cause, who carried it out and its legality.

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

I don't know what justice looks like. We lost someone and he’s not coming back. And Christina [injured AFP colleague], her life will never be the same. I don't know how you, I don't know how you replace that. For me, justice, the only type of justice that we can get now is accountability.

VO:

Visual evidence suggests that Israeli forces targeted the journalists, who were filming at a known live position far from military targets. The attacks were likely deliberate and an apparent war crime.

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

We’re a group of seven journalists, all wearing press vests, all wearing helmets with cameras, with three live feeds for three international agencies. And we were hit twice directly in a matter of 37 seconds.

VO:

The digital investigations team at Human Rights Watch verified 49 videos and dozens of photos from before, during and after the incident, analyzed satellite imagery of the area,

interviewed witnesses, and consulted with arms and audio experts.  Among the visual evidence collated by Human Rights Watch is the feed from the cameras of the journalists who were there that day. 

VO:

Just before 5 p.m. on October 13th the seven journalists from Reuters, Agence France-Presse and Al Jazeera congregated in Alma Al-Shaab in southern Lebanon, roughly one to two kilometers from the Israeli border. 

SOUNDBITE: Carmen Joukhadar Al Jazeera Journalist

For us it was a good location because we were able to film the strikes without putting our lives at risk.

VO:

They were there to report on clashes between the Israeli military and Lebanese and Palestinian armed groups in southern Lebanon.

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

When we arrived around 5 p.m. We were really only just filming this this huge pillar of smoke that was coming, rising up beyond a hill to our south, along the border. And maybe about 15 minutes later, we started to see incoming shelling from the Israeli side hitting the

the areas in Lebanon along the border. We were calm, collected, working as safe as you can in this kind of environment.

VO:

Evidence reviewed by Human Rights Watch indicates that the Israeli military knew or should have known that the group of people they were firing on were civilians.

Around 5:54, Elie Brakhia, an Al Jazeera journalist, took a selfie with Issam Abdallah, the Reuters journalist, with the sun setting behind them.  “Good evening,” Elie texted, in Arabic.  

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

So around a little bit before 6 p.m., about one minute before we were hit, there was a what looked to be a tank fire fired from the “Hanita military base (in Israel),” fired across the valley

into a hilltop, basically maybe a kilometer and half away from us.

And I took out my phone to take a video of it. And basically, as soon as I took out my phone to take a video, I was going to inform our newsroom about the development. And as soon as I took out my phone, we were hit the first time. But basically big explosion.

The first one. I looked to my right and I saw my colleague Christina on the ground screaming,

saying, “I can't feel my legs.”

VO:

Human Rights Watch has verified footage from four cameras that caught captured the first attack. The first strike directly hit and killed Issam Abdallah, who was near the short rock wall.

SOUNDBITE: Carmen Joukhadar Al Jazeera Journalist

I see a flame and soil and then I hear the sound. I see Christina and I see Issam. And then I run in the other direction. I go to the car, our car the Al Jazeera car. I sit next to it for a little bit. But then I told myself no, cars are targets. This is what they tell you in training. So as I was running to get away from it......another missile hit the car. And it exploded, all of it.

And this is what caused all the shrapnel in my back because I was running to get away.

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

Getting hit once or firing once could be a mistake. But there were two direct it was two direct shots at us. You can't say that's a mistake.

VO:

Audio analysis, witness testimony and satellite images reviewed by Human Rights Watch suggests that at least one munition was fired from Israeli territory, approximately 1.5 kilometers to the southeast. Analysis of the video taken in the minutes before the attack further suggests that the group was targeted by the Israeli military.

Three cameras captured the same scene, but in each one light appears to be either static, blinking, or absent, depending on the camera. Experts said this could suggest the

use of infrared targeting or range-finding technology, suggesting the Israeli military was actively observing the journalists and proceeded to target them.

SOUNDBITE: Dylan Collins AFP Journalist

We lost a colleague. My colleague has, life altering injuries, and I want to know, I want to know who pulled the trigger.

SOUNDBITE: Carmen Joukhadar Al Jazeera Journalist

Today it was us. Tomorrow it will be someone else. Justice is that those who committed all these crimes are held accountable.

VO:

Since Human Rights Watch began this investigation, two journalists, Rabih Al-Maamari and Farah Omar were reportedly killed in an Israeli strike in the southern Lebanese town of Tayr Harfa, some 2.3 kilometers from where Issam Abdullah was killed.

At least 61 journalists have been killed in the hostilities in Israel and Gaza, according to the Committee to Project Journalists. The committee said the first month of hostilities marked “the deadliest month for journalists” since they began documenting journalist fatalities in 1992.

Journalists are protected under international humanitarian law against direct attacks. Targeting journalists constitutes a breach of the Geneva Conventions.  

Intentionally or indiscriminately attacking civilians is a war crime.  

 

  • Deux frappes israéliennes menées dans le sud du Liban le 13 octobre 2023 contre un groupe de journalistes de divers pays (Liban, États-Unis et Irak) étaient apparemment des attaques délibérées contre des civils, ce qui constitue un crime de guerre.
  • Les éléments de preuve indiquent que les forces armées israéliennes savaient, ou auraient dû savoir, que le groupe de personnes sur lesquelles elles ont tiré étaient des civils.
  • Les principaux alliés d'Israël – les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l'Allemagne – devraient suspendre leur assistance militaire et leurs ventes d'armes à Israël, étant donné le risque qu'elles soient utilisées pour de graves abus.

(Beyrouth) – Les deux frappes israéliennes menées au Liban le 13 octobre 2023, qui ont tué le journaliste de Reuters Issam Abdallah et blessé six autres journalistes, constituaient une attaque apparemment délibérée contre des civils et donc un crime de guerre, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Des témoignages ainsi que les preuves fournies par des vidéos et photos vérifiées par Human Rights Watch indiquent que les journalistes se trouvaient suffisamment loin des hostilités, étaient clairement identifiables en tant que professionnels des médias, et étaient restés au même endroit pendant au moins 75 minutes avant d'être touchés par deux frappes consécutives. Human Rights Watch n’a trouvé aucune preuve d’une cible militaire à proximité de l’emplacement des journalistes.

« Ce n'est pas la première fois que les forces israéliennes attaquent apparemment délibérément des journalistes, avec des résultats meurtriers et dévastateurs », a déclaré Ramzi Kaiss, chercheur sur le Liban à Human Rights Watch. « Les responsables devraient rendre des comptes, et il devrait être clairement souligné que les journalistes et autres civils ne sont pas des cibles légitimes. »

Human Rights Watch a mené des entretiens avec sept témoins, dont trois des journalistes blessés, et a analysé 49 vidéos et des dizaines de photos, ainsi que des images satellite. Human Rights Watch a également mené un entretien avec un représentant de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL, ou UNIFIL en anglais), et consulté des experts en matière d’affaires militaires, de vidéos et d’enregistrements audio. Les 17 et 26 octobre, Human Rights Watch a envoyé des lettres contenant des conclusions et des questions respectivement aux forces armées libanaises et israéliennes, mais n'a reçu aucune réponse de leur part.

Les preuves examinées par Human Rights Watch indiquent que les forces armées israéliennes savaient, ou auraient dû savoir, que le groupe de personnes sur lequel elles ont tiré était composé de civils.

Le 14 octobre, un porte-parole de l'armée israélienne, Richard Hecht, a déclaré que l’armée était « très désolée » de la mort du journaliste Issam Abdallah. Le 17 octobre, Richard Hecht a indiqué à Reuters que l'armée était en train « d’examiner des séquences vidéo et [donnerait] une réponse lorsque nous serons prêts ». Mais cette réponse n'a toujours pas été fournie.

Les preuves vidéo, l'analyse audio par des experts et les récits des témoins suggèrent que le groupe était visible pour les caméras d'un véhicule aérien télécommandé (« umanned aerial vehicle » ou UAV), probablement israélien, qui se trouvait à proximité ; le groupe se trouvait aussi dans la ligne de mire de cinq tours de surveillance israéliennes. Selon toute probabilité, le groupe a été frappé par au moins une munition tirée par le canon principal d'un char depuis une position militaire israélienne, située à environ 1,5 kilomètre au sud-est de son emplacement. Human Rights Watch n'a pas été en mesure d'identifier la deuxième munition qui a frappé les journalistes.

Les attaques se sont produites vers 18 heures le 13 octobre. Le groupe de journalistes s'était rassemblé, dès 16h45, dans une clairière au sommet d'une colline à Alma al-Chaab, dans le sud du Liban, pour filmer les combats en cours à la frontière entre le Liban et  Israël, selon les personnes interrogées. Environ une heure avant les attaques, une tentative présumée d'infiltration par des combattants libanais dans la ville israélienne de Hanita, située à environ 2,2 kilomètres de là, a été suivie de tirs transfrontaliers entre les forces israéliennes et des groupes armés.

Des responsables militaires israéliens ont déclaré à Reuters que le Hezbollah avait tiré sur plusieurs sites frontaliers, notamment avec « un missile antichar qui a touché la barrière de sécurité israélienne ». Dans un communiqué publié dans la soirée du 13 octobre, la FINUL a déclaré qu'« un échange de tirs nourris a éclaté entre le Liban et Israël dans les environs d'Alma Chaab, Ayta Ach Chab, Al Dihaira, El Adeysse et Houlaat » vers 17 h 20. Quarante minutes après cet échange de tirs, deux munitions ont frappé l'endroit où se trouvaient les journalistes. Cinq caméras appartenant à des journalistes ont filmé indirectement l'attaque et ses conséquences, ce qui a permis de faire la lumière sur la manière dont l'attaque a été menée et sur l'endroit d'où elle provenait.

Selon les journalistes interrogés, la première munition a touché le journaliste de Reuters Issam Abdallah et un petit mur de béton, le tuant sur le coup et blessant grièvement une photojournaliste de l'Agence France-Presse (AFP), Christina Assi. Trente-sept secondes plus tard, une deuxième attaque a détruit la voiture d'Al Jazeera, l'embrasant et blessant six journalistes : Carmen Joukhadar et Elie Brakhya (Al Jazeera), Dylan Collins et Christina Assi (AFP), ainsi que Thaer al-Sudani et Maher Nazeh (Reuters).

Dylan Collins, Carmen Joukhadar et Elie Brakhya ont déclaré à Human Rights Watch que les sept journalistes portaient des casques et des gilets balistiques bleus sur lesquels figuraient le mot « PRESS » en grosses lettres, et qu'ils étaient clairement identifiables en tant que journalistes. Cela a été confirmé par des vidéos que Human Rights Watch a analysées. Une vidéo, postée sur le compte Instagram de Christina Assi au moins une heure avant l'attaque, montre cinq journalistes, dont Issam Abdallah, portant des casques et les gilets balistiques bleus étiquetés « PRESS » clairement visibles. D'autres photos montrent également le groupe portant les gilets et les casques clairement identifiés dans la même zone, près d'une voiture portant l'inscription « TV » en grosses lettres sur son capot.

Les journalistes sont restés sur ce site exposé, dans le champ de vision d'une unité militaire israélienne située dans le nord d'Israël, à 2,2 kilomètres de là, pendant au moins 1 heure et 15 minutes, d'après leurs déclarations et les preuves vidéo. Les journalistes d'Al Jazeera ont réalisé deux reportages télévisés en direct, le premier à 16 h 55 et le second à 17 h 24, depuis le même endroit. Des transmissions en direct de Reuters et de l'AFP ont également été diffusées par plusieurs chaînes de télévision au cours de cette période.

Human Rights Watch a confirmé via des vidéos la présence d'un hélicoptère au sud de la position des journalistes à trois moments avant la frappe : une heure avant, 30 minutes avant et 5 minutes avant la frappe. Les déclarations des témoins et des journalistes qui émettaient en direct à ce moment-là ont aussi indiqué qu'un hélicoptère avait survolé la zone à plusieurs moments avant la première frappe, y compris dans les 15 minutes l’ayant précédée et notamment une minute avant l'attaque.

Les déclarations des témoins et l'analyse audio des vidéos par deux équipes d'experts consultées par Human Rights Watch, dont le groupe non gouvernemental Earshot et un expert basé aux États-Unis, ont identifié la présence d'un drone à hélice avant la première frappe. Selon l'analyse audio des deux experts, ce drone a tourné autour de la position des journalistes à 11 reprises dans les 25 minutes ayant précédé les frappes. Une troisième analyse effectuée par un groupe d'experts britanniques a révélé que le son correspondait à celui d'un moteur électrique tournant autour de la position des journalistes avant la première frappe, et qu'il pourrait s'agir d'un drone à hélice.

Tous les éléments examinés indiquent que les journalistes ne se trouvaient pas à proximité de zones où des hostilités étaient en cours. Dans 49 vidéos que Human Rights Watch a analysées et géolocalisées, les chercheurs ont constaté que les journalistes se trouvaient entre un et deux kilomètres des zones où des hostilités étaient signalées. Tous les témoins ont déclaré que les frappes aériennes et les affrontements armés entre les forces israéliennes et le Hezbollah et les groupes armés palestiniens étaient concentrés dans la zone proche de la frontière, à une distance d'un à deux kilomètres des journalistes.

Aucun élément de preuve n'indique la présence d'un objectif militaire à proximité des journalistes. L'attaque contre la position des journalistes les a directement visés, avec deux frappes consécutives menées en l'espace de 37 secondes.

Un témoin à Alma al-Chaab a déclaré avoir vu deux traînées rouges lors de la frappe contre l'emplacement des journalistes, provenant de la direction d'une colline près de Jordeikh, dans le nord d'Israël, à environ 1,5 kilomètre de la position des journalistes. Les images satellite d'une clairière située à environ 1,5 kilomètre au sud-est de la position des journalistes, à Jordeikh, enregistrées les matins des 12, 13 et 14 octobre, confirment la présence d'une activité militaire à cet endroit.

L'un des principes fondamentaux du droit international humanitaire, ou droit de la guerre, est celui de l' « immunité civile ». Ce principe impose l’obligation, à tout moment d’un conflit, de ne viser que les combattants et les autres objectifs militaires. Il est interdit en toutes circonstances de mener des attaques directes contre des civils. Les journalistes bénéficient de la protection générale dont jouissent les civils, et ne peuvent être la cible d'une attaque que s'ils participent directement aux hostilités.

Les parties belligérantes sont tenues de prendre toutes les précautions possibles pour éviter tout dommage aux civils. Elles doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour vérifier que les cibles sont des objectifs militaires.

Une personne qui commet des violations graves du droit de la guerre avec une intention criminelle - c'est-à-dire intentionnellement ou par imprudence - peut être poursuivie pour crimes de guerre. Des individus peuvent également être tenus pénalement responsables pour avoir assisté, facilité, aidé ou encouragé un crime de guerre.

Les principaux alliés d'Israël - les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l'Allemagne - devraient suspendre leur assistance militaire et les ventes d'armes à Israël, étant donné le risque réel qu'elles soient utilisées pour commettre de graves abus. Une mesure politique américaine interdit les transferts d'armes à des États « susceptibles » de les utiliser en violation du droit international. Le gouvernement américain devrait enquêter sur cette frappe, qui a blessé un citoyen américain.

« Les preuves suggèrent fortement que les forces israéliennes savaient ou auraient dû savoir que le groupe qu'elles attaquaient était composé de journalistes », a déclaré Ramzi Kaiss. « Il s'est agi d'une attaque illégale et apparemment délibérée contre un groupe de journalistes très visibles. »

Suite en anglais, comprenant des informations plus détaillées.

………….

Autres liens

OLJ   France24 (vidéo)  

Aussiedlerbote (enquête d’AFP)

Amnesty

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.