Illustration du fouettage d’un prisonnier dans le centre de détention de Faisaliya en Iraq, selon le témoignage d’un ex-détenu publié par Human Rights en août 2018.

© 2018 John Holmes pour Human Rights Watch

(Erbil, le 18 avril 2019) - Des officiers irakiens ont continué à commettre des actes de torture dans un centre de détention à Mossoul au moins jusqu'au début de 2019, plusieurs mois après la divulgation par Human Rights Watch d’allégations d’abus dans cette prison, a déclaré l’organisation aujourd'hui. Le gouvernement irakien n'a pas répondu à deux lettres de Human Rights Watch demandant des informations au sujet de ces allégations.

« Si le gouvernement irakien choisit d’ignorer des informations crédibles faisant état d'actes de torture, il n'est pas étonnant que de telles violations persistent », a déclaré Lama Fakih, directeur adjoint du Moyen-Orient à Human Rights Watch. « Que faudra-t-il pour que les autorités prennent les allégations de torture au sérieux ? »

En août 2018, Human Rights Watch avait publié un rapport alléguant le recours à la torture dans trois installations relevant du ministère de l'Intérieur à Mossoul. Ce rapport reposait sur les déclarations de deux anciens détenus et du père d’un homme décédé au cours de son interrogatoire. Un ancien détenu, qui avait été incarcéré pendant quatre mois au centre de Faisaliya, avait communiqué à Human Rights Watch les noms de quatre agents du ministère de l'Intérieur qui selon lui avait torturé des détenus.

Le Parlement iraqien devrait ratifier le Protocole facultatif à la Convention contre la torture, selon Human Rights Watch. Ceci permettrait d’organiser des visites de représentants du Sous-comité des Nations Unies sur la prévention de la torture, dans les centres de détention concernés.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2019/04/18/iraq-torture-persists-mosul-jail

---------------------

Dans les médias

OLJ    RFI

Tweets
Juillet 2019