L'activiste équato-guinéen Alfredo Okenve, lors d'un colloque sur la démocratie à Madrid, en juillet 2018. 

© 2018 EG Justice

(Nairobi, le 31 octobre 2018) – L’éminent activiste anti-corruption équato-guinéen Alfredo Okenve, qui est aussi défenseur des droits humains, a affirmé avoir été sévèrement battu et blessé par des agents de la sécurité en tenue civile le 27 octobre 2018, ont déclaré conjointement Human Rights Watch, EG Justice, Amnesty International, Asociación Pro Derechos Humanos de España (APDH) et CIVICUS aujourd'hui.

Alfredo Okenve a indiqué que des agents brandissant des armes à feu l'ont forcé à sortir de sa voiture et l'ont ensuite roué de coups, avant de l’abandonner dans une zone inhabitée. Les assaillants l’ont peut-être confondu avec son frère Celestino Okenve, qui dirige un parti politique de l’opposition, mais ont continué à battre Alfredo Okenve même après avoir confirmé son identité. Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, Michel Forst, devrait d’urgence interpeller le gouvernement de la Guinée équatoriale concernant cette affaire.

« Quelles que soient les motifs derrière cette violente attaque, elle s’apparente à une nouvelle tentative du gouvernement équato-guinéen de faire taire les voix dissidentes par la force », a déclaré Tutu Alicante, directeur de l’organisation EG Justice, qui surveille les atteintes aux droits humains commises en Guinée équatoriale.

L'activiste équato-guinéen Alfredo Okenve, photographié peu après l'agression qu'il a subie le 27 octobre 2018.

© 2018 Privé

EG Justice a recueilli le témoignage d’Alfredo Okenve, vice-président du Centre d'études et d'initiatives pour le développement (CEID), peu après l'agression. Okenve a expliqué qu’il était en voiture avec l’un de ses frères dans la soirée du 27 octobre, et qu’ils se rendaient à leur domicile familial situé à Newtown, un quartier de Bata, la plus grande ville de Guinée équatoriale. Vers 20 heures, une voiture avec des plaques d'immatriculation des services de sécurité leur ont soudain barré la route. Cette voiture était semblable aux véhicules généralement utilisés par les agents de sécurité en Guinée équatoriale. Deux hommes en tenue civile, armés, sont sortis de leur voiture et ont dit à Alfredo Okenve qu'il était en état d'arrestation. Ils ont commencé à le frapper, a-t-il expliqué, et l’un des deux hommes a menacé de le tuer s'il résistait.

Communiqué complet en anglais

www.hrw.org/news/2018/10/31/equatorial-guinea-prominent-activist-severely-beaten

Dans les médias

Slate Afrique      TV5Monde Afrique

Tweets