(Washington, le 8 mars 2017) – La version étendue de la politique de Mexico (Mexico City Policy), également connue sous le nom de « règle du bâillon mondiale » (Global Gag Rule), signée par le président américain Donald Trump, constitue un recul considérable en matière d'acquis remportés de haute lutte pour la santé des femmes et des filles à travers le monde, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui à l'occasion de la Journée internationale des femmes.

Trois jeunes Népalaises tiennent leurs bébés alors qu’elles attendent de voir un médecin devant son bureau à Chitwan, dans la région centrale du pays. Les mariages précoces sont fréquents au Népal, tout comme les grossesses parmi les adolescentes, d’où l’importance de l'accès à des services de santé génésique et de l'information sur ce thème. 12 avril 2016.

Human Rights Watch a publié un document de questions et réponses et diffusé une courte vidéo pour expliquer le fonctionnement de ce décret, signé le 23 janvier 2017, et les raisons pour lesquelles il risque d’engendrer des conséquences désastreuses, notamment des grossesses non désirées, des avortements pratiqués dans des conditions dangereuses et des décès maternels.

« De manière perverse, le gouvernement américain utilise sa position de premier bailleur de fonds mondial en matière de santé pour restreindre l'accès à des soins de santé essentiels », a déclaré Nisha Varia, directrice du plaidoyer au sein de la division Droits des femmes à Human Rights. « Au lieu de contribuer à améliorer la santé des femmes dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, les États-Unis saperont les progrès accomplis. »

La règle “Global Gag Rule” rétablie et renforcée par le président Trump limite voire annule l’aide financière américaine aux ONG étrangères qui offrent des soins de santé à des femmes ayant choisi de procéder à un avortement (interruption volontaire de grossesse ou IVG). HRW appelle à l’annulation de cette mesure qui met en danger la santé de nombreuses femmes à travers le monde.