(Moscou) – Les enfants handicapés en Russie font face à de sérieux obstacles dans l’accès à une éducation de qualité, a indiqué Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd'hui. Le gouvernement russe devrait s’appuyer sur les progrès réalisés jusqu’à présent pour veiller à ce que les enfants handicapés ne soient pas exclus d’une éducation inclusive de qualité à tous les échelons du système éducatif.

Le rapport de 45 pages,  intitulé « Left Out? Obstacles to Education for People with Disabilities in Russia » (« Victimes d’exclusion?  Les obstacles à l'éducation pour les personnes handicapées en Russie »), identifie de nombreux obstacles pour les enfants handicapés qui souhaitent suivre un curriculum dans des écoles traditionnelles. Au nombre d’entre eux, un manque de rampes ou d'ascenseurs pour les aider à accéder et à se déplacer à l'intérieur des bâtiments ainsi que l'absence de matériels adaptés, tels des manuels scolaires imprimés en gros caractères pour les enfants souffrant de problèmes de vision, de technologies répondant aux besoins des jeunes handicapés, ou d’assistants pour les enseignants. Les obstacles liés aux infrastructures et des moyens de transports à l’accessibilité limitée empêchent même certains enfants de quitter leurs domiciles pour se rendre à l'école.

« Alors que des millions d'enfants en Russie font leur rentrée scolaire aujourd'hui, ceux qui sont en situation de handicap ont eux aussi le droit d'être présents dans la salle de classe pour étudier aux côtés de leurs camarades, au lieu de se retrouver privés d'une éducation de qualité », a déclaré Jane Buchanan, Directrice associée de la division Europe et Asie Centrale à Human Rights Watch. « Le gouvernement russe a déclaré que l'éducation des personnes handicapées était une priorité. Il est maintenant temps de concrétiser cet engagement et d’intégrer les enfants handicapés au sein des établissements scolaires et de leurs communautés. »

Russie : Enfants handicapés privés de soins adéquats

Reportage sur les entraves à l'éducation des enfants handicapés en Russie (septembre 2014).

L'éducation inclusive prévoit que les personnes avec et sans handicap puissent étudier ensemble dans les salles de classe sur un pied d'égalité, sans obstacles, et que les personnes handicapées bénéficient d’un soutien adéquat dans le cadre de leur apprentissage. L'éducation inclusive est essentielle à la pleine participation des personnes handicapées à la vie de leur communauté et permet de briser l’isolement et la séparation dont elles sont victimes, selon Human Rights Watch.

Les recherches effectuées par Human Rights Watch en Russie ont révélé que certains chefs d’établissement refusent de scolariser les enfants handicapés en présupposant qu’ils seraient incapables d’apprendre et se montreraient dangereux pour les autres enfants, ou que leur comportement serait perturbateur. La législation russe garantit à chacun le droit à l'éducation, et des amendements à la loi interdisent à tous les niveaux les discriminations fondées sur le handicap à compter du 1er janvier 2016.

De nombreux enfants handicapés restent confinés dans des écoles spécialisées pour les sujets atteints de certains types de handicaps. Souvent, celles-ci sont situées loin du domicile de l'enfant et peuvent proposer des programmes scolaires limités. D’autres enfants handicapés restent chez eux, où ils n’ont qu’une interaction limitée avec leurs camarades et ne reçoivent de visites de leurs enseignants que quelques fois par semaine.

Russie : Au-delà des Jeux paralympiques de Sotchi

Un regard sur la difficile situation des personnes handicapées en Russie, à l'occasion des Jeux paralympiques de Sotchi.

Yuliana G., une jeune fille souffrant de déficience visuelle, aurait préféré continuer d’être scolarisée dans un établissement traditionnel situé à proximité de son domicile. Mais, parce que cette école ne dispose pas des ressources adaptées à ses besoins, la seule option pour Yuliana était de s'inscrire dans un pensionnat spécialisé. « Là où je vivais, j’avais des amis qui me manquent depuis que je suis partie pour l’autre école », a-t-elle confié. « Comment conserver une amitié si vous n’êtes pas dans la même communauté? Ma famille me manque aussi. »

Les dizaines de milliers d'enfants handicapés vivant dans des orphelinats administrés par l'État reçoivent souvent une éducation de mauvaise qualité ou limitée, voire aucune pour nombre d’entre eux. En 2013 et 2014, des chercheurs de Human Rights Watch ont enquêté dans 10 orphelinats d’État russes réservés aux enfants handicapés, qui étaient nombreux à avoir subi de graves abus et des négligences de la part du personnel des institutions concernées.

En l’absence d’éducation de qualité, les personnes handicapées, une fois parvenues à l’âge adulte, ont souvent du mal à faire des études supérieures ou à acquérir les compétences professionnelles nécessaires à l’obtention d’un emploi qualifié.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées, que la Russie a ratifiée en 2012, exige de garantir pour les personnes handicapées un accès à une éducation inclusive de qualité au niveau local, pour les cycles du primaire et du secondaire, ainsi que pour l'enseignement supérieur, la formation professionnelle et l'éducation des adultes, sur un pied d'égalité avec toutes les autres personnes. Le gouvernement devrait également veiller à ce que les personnes handicapées bénéficient de services supplémentaires pour leur permettre de réaliser pleinement leur potentiel.

« Pendant des décennies, les enfants handicapés ont été catégorisés et séparés sur la base de leur handicap et de leur capacité supposée à l’apprentissage », a conclu Jane Buchanan. « Il est d'une importance cruciale que le gouvernement se concentre sur les besoins individuels de chaque enfant en situation d’apprentissage, afin de déterminer ce qu’il peut faire pour l’aider à réaliser pleinement son potentiel académique et social au sein de sa propre communauté. »

Russie : Obstacles rencontrés par les non-voyants

Les obstacles rencontrés quotidiennement - au sens littéraire et figuré - par les personnes aveugles en Russie, expliqués par un Moscovite non-voyant.