La Constitution marocaine de 2011 garantit la liberté d’expression et le nouveau code de la presse adopté en 2016 comporte d’importantes avancées. Néanmoins, franchir certaines « lignes rouges » liées à des sujets sensibles comme la monarchie, l’islam, et l’intégrité territoriale peut toujours entrainer une peine de prison en vertu du code pénal, comme l’explique Ahmed Benchemsi à l’occasion de la parution d’un nouveau rapport de HRW comportant plusieurs recommandations à cet égard.