Skip to main content

Déclaration conjointe sur l'obligation d'Israël vis-à-vis de la Cisjordanie et de Gaza dans le contexte du COVID-19

En 2015, ce membre de l’organisation Medical Aid for Palestinians (MAP) était photographié dans le nord de bande de Gaza, devant le poste-frontière d’Erez. Il devant d’urgence emmener un nourrisson âgé de six jours à un hôpital situé à Naplouse, en Cisjordanie. Le poste-frontière d’Erez est le point de passage obligatoire pour quitter Gaza afin de se rendre en Israël, et dans un deuxième temps, en Cisjordanie. © 2015 Medical Aid for Palestinians (MAP)

Face aux risques de propagation du COVID-19 dans la bande de Gaza, Israël a l’obligation de prendre des mesures pour sauver des vies, notamment en autorisant l’entrée de matériel et de fournitures médicales afin de répondre aux besoins des patients.

Ayant connaissance de plus de 250 cas de patients palestiniens identifiés ayant déjà contracté le COVID-19 en Cisjordanie, et en supposant qu’il y a potentiellement des dizaines d’autres cas dans la bande de Gaza, nous, les organisations soussignées, exprimons notre profonde préoccupation face à la menace d’une catastrophe humanitaire.

Le système de santé palestinien, dont le manque de matériel, de médicaments et de formation est criant, ne pourra pas faire face à cette pandémie. Par conséquent, nous demandons instamment aux autorités israéliennes de s’acquitter de leurs obligations juridiques et morales et de prêter assistance aux systèmes de santé palestiniens, aussi bien à Gaza qu’en Cisjordanie, en luttant contre la pandémie et en soignant les patients qui nécessitent une prise en charge médicale immédiate et constante dont ils ne peuvent pas bénéficier dans la bande de Gaza.

En cette période si critique, nous appelons Israël à lever le blocus de la bande de Gaza instauré il y a 13 ans afin que celle-ci puisse entre autres s’équiper du matériel médical nécessaire pour combattre le coronavirus et soigner les patients qui se voient habituellement obligés de quitter le territoire à cause de l’indisponibilité des traitements dont ils ont besoin, notamment les personnes atteintes de cancer. Israël doit veiller autant que possible à l’approvisionnement des zones touchées par les pénuries budgétaires du système de santé palestinien qui manque de médicaments et de matériel. Elle doit également éliminer les frontières qui entravent la circulation des biens et tout autre obstacle aux échanges commerciaux et à l’activité économique nuisant à la santé publique, tout en contribuant à veiller activement à l’approvisionnement constant en électricité et en carburant afin de maintenir des conditions d’hygiène suffisantes dans les hôpitaux et au sein de la population.

L'article 56 de la IVe Convention de Genève prévoit expressément qu’un occupant a le devoir d’adopter et d’appliquer « les mesures prophylactiques et préventives nécessaires pour combattre la propagation des maladies contagieuses et des épidémies ». Nous savons déjà que la bande de Gaza et la Cisjordanie manquent cruellement de matériel, notamment d’équipements de protection individuelle, et d’agents de santé qualifiés, en raison des pénuries locales auxquelles s’ajoute le facteur aggravant des restrictions imposées de longue date par le blocus. Israël doit remplir son devoir de protection non seulement envers ses propres citoyens et résidents, mais également envers toutes les populations placées sous son contrôle effectif, y compris à Gaza, et doit prendre des mesures concrètes pour veiller à l’accès effectif de celles-ci aux soins médicaux.

Nous demandons aux organisations internationales compétentes d’enjoindre Israël de s’acquitter de son devoir de prêter assistance aux Palestiniens et d’assurer le bon fonctionnement du système de santé palestinien dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, notamment en prenant les mesures suivantes :

a) Assurer la livraison du matériel médical et des fournitures nécessaires, dans la mesure du possible.

b) Garantir un accès sûr et rapide à la bande de Gaza et à la Cisjordanie pour le personnel médical, les acteurs humanitaires, les médicaments, le matériel médical et tout autre élément essentiel au bon fonctionnement des infrastructures civiles de santé telles que les hôpitaux ou les cliniques, mais également, le cas échéant, pour les patients devant quitter le territoire pour des soins urgents.

c) Lever le blocus de la bande de Gaza, afin de permettre le bon fonctionnement de son système de santé face à la pandémie de coronavirus.

d) Travailler en étroite coopération à l’échelle régionale, pour renforcer la sécurité de tous.

Organisations signataires :

  • Adalah - Centre juridique pour les droits de la minorité arabe en Israël
  • Association des écoles de santé publique de la région européenne (ASPHER)
  • Avocats pour les droits humains palestiniens
  • B’Tselem - Centre d'information israélien sur les droits humains dans les territoires occupés
  • Centre Al Mezan pour les droits humains
  • Droits EuroMed
  • Gisha - Centre juridique pour la liberté de circulation
  • Human Rights Watch
  • IFHHRO - Réseau médical des droits humains
  • MEDACT
  • Médecins du Monde
  • Medical Aid for Palestinians
  • Medico International
  • Medico International Suisse
  • Organisation mondiale contre la torture (OMCT)
  • Oxfam
  • Physicians for Human Rights (PHR)
  • Physicians for Human Rights (PHR) Israel

----------

Autres liens

Communiqué MDM

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.