(Washington, le 27 janvier 2017) - Le président américain Donald Trump, a annoncé plusieurs mesures qui causeront énormément de tort aux réfugiés sans pour autant contribuer de manière efficace à la lutte contre le terrorisme et contre d'autres menaces à la sécurité nationale des États-Unis.

Des demandeurs d'asile et des migrants descendent d'un bateau de pêche les ayant transportés de la Turquie vers l'île grecque de Lesbos, le 11 octobre 2015.

© 2015 Zalmaï pour Human Rights Watch


Dans un décret signé le 27 janvier, Trump a ordonné la suspension du programme américain d’accueil des réfugiés pendant au moins 120 jours, et pour une durée indéterminée dans le cas des ressortissants syriens. Son décret, qui limite à 50 000 le nombre total de réfugiés pouvant être accueillis par les États-Unis en 2017, interdit l'entrée dans le pays de ressortissants de sept pays – l'Iran, l'Iraq, la Libye, a Somalie, le Soudan, a Syrie et le Yémen – pendant au moins 90 jours.

« Le décret signé par le président Trump nuira selon toute probabilité aux personnes les plus vulnérables, celles qui fuient la violence et le terrorisme, et il a choisi de le signer lors de la Journée commémorative de l’Holocauste » a déclaré Grace Meng, chercheuse américaine chez Human Rights Watch. « La décision de limiter de manière draconienne le programme d’accueil des réfugiés exposera des dizaines de milliers de personnes au risque de persécution voire un destin pire encore, et empêchera les Etats-Unis de jouer un rôle de leader sur cette question dont l’'importance est pourtant vitale. »

Communiqué intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2017/01/27/us-trump-delivers-blow-refugees

Tweets :