© 2011 Human Rights Watch

(New York, le 17 février 2011) - Les forces de sécurité libyennes ont tué au moins 24 manifestants et en ont blessé beaucoup d'autres lors de la répression brutale de diverses manifestations pacifiques à travers le pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Les autorités devraient cesser tout recours à la force létale, sauf lorsque celle-ci s'avère être absolument nécessaire pour protéger des vies humaines, et ouvrir immédiatement une enquête indépendante sur les tirs mortels.

Le 17 février, des centaines de manifestants pacifiques sont descendus dans les rues de Baida, Benghazy, Zenten, Derna, et Ajdabiya. Selon plusieurs témoins, les forces de sécurité libyennes qui tentaient de disperser les manifestations ont ouvert le feu et abattu plusieurs  personnes.

« Les attaques violentes des forces de sécurité contre des manifestants pacifiques mettre illustrent la brutalité de Mouammar Kadhafi face à toute forme de dissidence dans son pays », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Les Libyens ne devraient pas être obliges de risquer leur vie simplement pour faire valoir leurs droits en tant qu'êtres humains. »

Certaines des pires violences se sont déroulées dans la ville de Baida, dans l'est du pays. Le 17 février vers 13 heures, selon des sources en Libye, le personnel du principal hôpital de cette ville a demandé d'urgence des fournitures médicales supplémentaires, suite à l'arrivée de 70 manifestants blessés, dont la moitié dans un état critique en raison de blessures par balle.

Dans la nuit du 16 février, les forces de sécurité ont attaqué les manifestants à Baida en les aspergeant de gaz lacrymogène et en tirant des balles réelles. Au moins deux personnes ont été abattues, selon les témoignages recueillis par Human Rights Watch. Selon Human Rights Solidarity, une organisation libyenne de défense des droits humains basée à Genève, au moins trois manifestants auraient été abattus à Baida : Safwan Attiya, Nasser Al Juweigi, et Ahmad El Qabili.

Pour lire l'intégralité de ce communiqué en anglais, veuillez cliquer ici.