La Côte d’Ivoire n’a pas encore rendu la justice pour les victimes de crimes graves commis par les deux camps lors de la crise postélectorale de 2010-2011, selon un nouveau rapport de Human Rights Watch qui émet plusieurs recommandations à l’attention du gouvernement présidé par Alassane Ouattara.