(Nairobi, le 24 septembre 2015) – Les autorités rwandaises arrêtent arbitrairement et détiennent illégalement dans un centre de détention non officiel des personnes parmi les plus vulnérables du pays, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui.

Le rapport de 57 pages, intitulé  « ‘Pourquoi ne pas appeler cet endroit une prison ?’: Détention illégale et mauvais traitements au Centre de transit de Gikondo au Rwanda », décrit les détentions prolongées et illégales dans ce centre, situé dans la capitale rwandaise Kigali, entre 2011 et 2015. La détention arbitraire à Gikondo (appelé familièrement Kwa Kabuga) de personnes telles que des vendeurs ambulants, des travailleuses du sexe, des mendiants, des sans-abri et des personnes soupçonnées de délits mineurs est le reflet d’une politique non officielle consistant à garder loin des regards du public ceux que les autorités considèrent « indésirables ». Jusqu’en 2014, de nombreux enfants des rues y étaient également détenus.