Le Cameroun poursuit régulièrement des personnes en justice pour relations homosexuelles consenties en vertu du l'article 347 bis du code pénal, en violation non seulement des normes juridiques internationales mais aussi de la constitution nationale. Les avocats qui défendent les personnes poursuivies subissent eux-mêmes de graves menaces.