Les forces de sécurité birmanes ont perpétré des meurtres, des viols et des arrestations de masse à l'encontre des musulmans rohingyas, après n'avoir rien fait pour protéger ces personnes de même que les bouddhistes arakanais, pendant les violences interconfessionnelles meurtrières qui ont frappé l'ouest de la Birmanie en juin 2012.