L'Arménie a un bilan mitigé en ce qui concerne les droits humains. Les autorités continuent d’entraver des manifestations pacifiques, et le problème de la torture et de mauvais traitements infligés aux détenus perdure. Les enquêtes sur ces crimes – quand elles sont ouvertes – n’engendrent que rarement des poursuites. Des journalistes ont subi des pressions ainsi que des actes de violence en raison de leur travail. De graves exactions au sein de l'armée continuent d’être commises, malgré des réformes ayant mis en place des alternatives au service militaire qui était précédemment obligatoire. L'hospitalisation forcée de personnes atteintes de troubles psychiatriques demeure une source de préoccupation, tout comme  la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre, ainsi que les restrictions imposées à l’accès aux soins palliatifs dont auraient besoin  les personnes atteintes de maladies incurables.

Vidéos

Watch more

News