Suite à l’entrée en fonction d’Abiy Ahmed en tant que Premier ministre en avril 2018, une série de réformes en matière de droits humains ont été menées. Ces initiatives ont suivi des années de répression brutale par les forces de sécurité de manifestations contre les politiques gouvernementales. Le gouvernement a libéré des milliers de prisonniers politiques, a reconnu que les forces de sécurité recouraient parfois à la torture, et a entamé des réformes juridiques afin de réviser des lois répressives. Mais en même temps, l’effondrement de l’ordre public dans certaines régions de l'Éthiopie, confrontées à l'intensification de tensions ethniques, a entraîné une forte hausse du nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI). Les élections législatives ont été reportées en mai 2020.

Vidéos

Watch more

News