Le gouvernement polonais sape activement l'état de droit et la protection des droits humains, et restreint la liberté d'expression et de réunion. Des juges et des procureurs ayant tenté de défendre l'état de droit ont subi des procédures disciplinaires. Les organisations de la société civile travaillant sur les questions des droits des femmes et de la migration ont vu leur financement public coupé. La communauté LGBT en Pologne a été régulièrement attaquée par le parti au pouvoir, qui a déclaré que certaines villes étaient des « zones exemptes de LGBT ». À la frontière entre le Bélarus et la Pologne, les gardes-frontières polonais refusent régulièrement l'accès l’entrée au pays à des demandeurs d'asile originaires de divers pays, qui dans de nombreux cas sont renvoyés sommairement vers le Bélarus. Les enquêtes pénales qui avaient été ouvertes sur un programme de détention secret de la CIA sur le territoire polonais n’ont guère avancé.

Communiqués