Mali

La situation des droits humains au Mali s’est dégradée en 2019, des centaines de civils ayant été tués par des groupes d’autodéfense ethniques lors de nombreux incidents, dans la plupart des cas en raison de leur prétendu soutien aux groupes islamistes, et lors d’attaques lancées par les islamistes dans les régions du nord et du centre du pays. Ces groupes, liés à Al-Qaïda et à l’État islamique, ont ciblé les services de sécurité maliens, les agents chargés du maintien de la paix, les forces internationales et, de plus en plus, les civils. Les forces de sécurité maliennes ont soumis de nombreux suspects à de graves formes de mauvais traitements, et plusieurs sont morts en détention ou ont fait l’objet d’une disparition forcée.