Des partisans du Parti Bharatiya Janata (BJP), actuellement au pouvoir, ont commis des violences contre des membres de minorités religieuses, des communautés marginalisées et des détracteurs du gouvernement. L’absence fréquente de véritables enquêtes sur ces attaques, ainsi que la tendance des autorités à promouvoir la suprématie hindoue et l'ultra-nationalisme, ont accru le risque de violences. Certaines décisions de la Cour suprême en 2017 ont renforcé les droits des femmes, parmi d’autres droits. Toutefois, les forces de sécurité continuent de commettre des arrestations arbitraires, des actes de torture et des exécutions extrajudiciaires en toute impunité. De nouvelles lois et politiques ont été adoptées pour soutenir les survivantes de violences sexuelles, mais trop souvent de tels crimes ne sont pas signalés. Les réglementations sur le financement étranger sont parfois utilisées pour cibler les organisations non gouvernementales qui critiquent le gouvernement.

Vidéos

Watch more

News