France

La France continue de s'appuyer sur des pouvoirs antiterroristes abusifs introduits au lendemain des attentats de novembre 2015. En novembre 2017, une nouvelle loi antiterroriste a officiellement mis fin à l'état d'urgence décrété deux ans plus tôt, tout en incorporant certains pouvoirs d'urgence dans le droit commun, donnant aux autorités des pouvoirs sans garanties judiciaires, et qui mettent à mal les droits à la liberté, à la sécurité, à la liberté de mouvement, au respect de la vie privée, et à la liberté d’association et d’expression. Le gouvernement n’a pas réussi à mettre en place les réformes nécessaires pour lutter contre les contrôles d’identité abusifs et discriminatoires de la part de la police. De nombreux enfants demandeurs d'asile non-accompagnés se trouvant à Calais ont été laissés dans l’incertitude suite au démantèlement du camp.

Agir

#ProtectSchools