Democratic Republic of Congo in Crisis

Democratic Republic of Congo in Crisis

We are no longer updating this blog. For more information about Human Rights Watch’s reporting on Congo, please visit: https://www.hrw.org/africa/democratic-republic-congo.

The year 2017 will be critical for the Democratic Republic of Congo. After much bloodshed and two years of brutal political repression leading up to and following the December 19, 2016, deadline that marked the end of President Joseph Kabila's constitutionally mandated two-term limit, participants at talks mediated by the Catholic Church signed an agreement on New Year's Eve 2016. It includes a clear commitment that presidential elections will be held before the end of 2017, that President Joseph Kabila will not seek a third term, and that there will be no referendum nor changes to the constitution. While the deal could prove to be a big step toward Congo's first democratic transition since independence, there's still a long road ahead.

Human Rights Watch's Congo team will continue here to provide real-time updates, reports from the field, and other analysis and commentary to help inform the public about the ongoing crisis and to urge policymakers to remain engaged to prevent an escalation of violence and abuse in Congo -- with potentially volatile repercussions across the region.
 

The Congolese Government Is at War with Its People

A girl stands in an Internally Displaced Camp in Bunia, Ituri province, eastern Democratic Republic of Congo, April 9, 2018.  © 2018 Reuters

Published in openDemocracy

The government of the Democratic Republic of Congo is putting its own short-term interests over the well-being of the Congolese people. It is refusing to attend and encouraging others to stay home from today’s international conference in Geneva, a United Nations-led initiative to raise $1.7 billion for emergency assistance to over 13 million people in Congo affected by recent violence.

Government officials deny that there’s a humanitarian crisis. This appears related to a sinister attempt to attract foreign investment and further enrich those in power, while avoiding outside scrutiny.

Congolese security forces and armed groups have killed thousands of civilians in the past two years, adding to at least six million Congolese who have died from conflict-related causes over the past two decades – making the conflict in Congo the world’s deadliest since World War II. Today, some 4.5 million Congolese are displaced from their homes – more than in any other country in Africa. Tens of thousands have fled into Uganda, Angola, Tanzania, and Zambia in recent months – raising the specter of increased regional instability.

Congo is Africa’s biggest copper producer and the world’s largest source of cobalt–which has tripled in value in the past 18 months because of the demand for electric cars. Hundreds of millions of dollars of mining revenue have gone missing in recent years, as Kabila and his family and close associates have amassed fortunes. While Congo’s immense mineral wealth could help address the emergency and other basic needs of an impoverished population, income from any new investments are more likely to end up in the pockets of those in power.

Much of the recent violence is linked to the country’s worsening political crisis. President Joseph Kabila has delayed elections and used violence, repression, and corruption to entrench his hold on power beyond the end of his constitutionally mandated two-term limit on December 19, 2016.

Kabila has presided over a system of entrenched impunity in which those most responsible for abuses are routinely rewarded with positions, wealth, and power. Congolese security forces have carried out or orchestrated much of the violence, in some cases by creating or backing local armed groups. Well-placed security and intelligence sources have told us that efforts to sow violence and instability are an apparently deliberate “strategy of chaos” to justify further election delays.

Congolese security forces shot dead nearly 300 people during political protests over the past three years. Since December, security forces have hit a new low by firing into Catholic church grounds to disrupt peaceful services and protest marches following Sunday mass. 

Meanwhile, attacks on civilians have intensified in eastern Congo’s Ituri province over the past three months. We have documented terrifying accounts of massacres, rapes, and decapitation. More than 200,000 people have been forced to flee their homes.

While government officials have insisted that the recent violence is the consequence of inter-ethnic tensions, baffled residents say that isn’t so. Many referred to an “invisible hand” – seemingly professional killers came into their villages and hacked people to death in what appeared to be well-planned assaults. Some alleged that government officials may be involved.

But Congo’s deputy minister for international cooperation said last week that “there is no humanitarian crisis.” Congo’s foreign minister said the UN’s description of the humanitarian situation in Congo is “counterproductive for the public image and attractiveness of our country and could scare away potential investors.”

Congolese government officials sent threatening letters to the Netherlands and Sweden, who are supporting the conference, saying Congo would be “forced to impose consequences” if they continue with their preparations, and they successfully convinced the United Arab Emirates to pull out.

Donors should not be intimidated. They should instead work to ensure that adequate funds are raised to meet the life-threatening humanitarian and protection needs of the Congolese people. And just as important, they should work to address the underlying causes of the violence to prevent the crisis from spiraling out of control even further.

That means working closely with regional leaders to ensure Kabila steps down in accordance with the constitution and allows for the organization of free, fair, and credible elections. Congolese need an opportunity to elect a new president who is accountable to the people and who will work to bring an end to Congo’s violence, impunity, and suffering. The Congolese people deserve no less.

Le gouvernement congolais est en guerre contre son peuple

Une jeune fille et d'autres enfants dans un camp de personnes déplacées à Bunia, en Ituri, dans l'est de la RD Congo, le 9 avril 2018.  © 2018 Reuters
 
Publié dans openDemocracy
 

Le gouvernement de la République démocratique du Congo fait passer ses intérêts à court terme au-dessus du bien-être du peuple congolais. Il refuse de participer à la conférence internationale à Genève aujourd’hui, et encourage d’autres gouvernements à faire de même. Cette conférence est une initiative menée par les Nations Unies aux fins de collecter 1,7 milliard de dollars pour porter assistance en urgence aux plus de 13 millions de personnes en RD Congo touchées par les violences récentes.

Les responsables gouvernementaux rejettent l’idée même d’une crise humanitaire. Ceci semble lié à une tentative inquiétante d’attirer des investissements étrangers et d’enrichir encore davantage ceux qui sont au pouvoir, en évitant toute surveillance de la part de l’extérieur.

Les forces de sécurité congolaises et des groupes armés ont tué des milliers de civils au cours des deux dernières années. Avec plus de six millions de congolais morts de causes liées au conflit au cours des deux dernières décennies, le conflit en RD Congo est le plus meurtrier dans le monde depuis la Seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, environ 4,5 millions de congolais sont déplacés de leur foyer – plus que dans tout autre pays d’Afrique. Des dizaines de milliers d’autres sont partis en Ouganda, en Angola, en Tanzanie et en Zambie au cours des derniers mois – faisant surgir le spectre d’une instabilité régionale accrue.

La RD Congo est le plus gros producteur de cuivre d’Afrique et la plus importante source mondiale de cobalt – dont la valeur a triplé au cours des 18 derniers mois du fait de la demande de voitures électriques. Des centaines de millions de dollars provenant de revenus miniers ont disparu au cours des dernières années, tandis que Joseph Kabila, sa famille et ses proches collaborateurs ont amassé des fortunes. Alors que l’énorme richesse minière de la RD Congo pourrait permettre de répondre aux urgences et autres besoins fondamentaux d’une population appauvrie, les revenus provenant de tous nouveaux investissements ont de plus grandes chances de finir dans les poches des gens au pouvoir.

Une grande partie des violences récentes est liée à l’aggravation de la crise politique dans le pays. Le Président Joseph Kabila a retardé les élections et fait usage de la violence, de la répression et de la corruption pour renforcer sa mainmise sur le pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle de ses deux mandats au 19 décembre 2016.

Kabila est à la tête d’un système d’impunité bien enraciné dans lequel ceux qui sont les plus responsables de violations sont régulièrement récompensés par des postes, des richesses et des pouvoirs. Les forces de sécurité congolaises ont engagé ou orchestré une grande partie des violences, dans certains cas en formant ou en soutenant des groupes armés locaux. Des sources de sécurité et de renseignement bien placées nous ont indiqué que les efforts pour semer la violence et l’instabilité sont une « stratégie du chaos » apparemment délibérée ayant pour but de justifier des retards supplémentaires pour les élections.

Les forces de sécurité congolaises ont abattu presque 300 personnes au cours des manifestations politiques de ces trois dernières années. Depuis le mois de décembre, les forces de sécurité ont battu un triste record en tirant dans l’enceinte d’églises pour interrompre les services religieux et empêcher des manifestations pacifiques après la messe dominicale.

Pendant ce temps, au cours des trois derniers mois, les attaques sur des civils se sont intensifiées dans la province de l’Ituri dans l’est de la RD Congo. Nous avons recueilli des récits terrifiants de massacres, de viols et de décapitations. Plus de 200 000 personnes ont dû quitter leur maison.

Alors que les responsables gouvernementaux ont insisté pour dire que les violences récentes sont les conséquences de tensions inter-ethniques, les citoyens, stupéfaits, rejettent cette interprétation. Un grand nombre d’entre eux ont parlé d’une « main noire »  – apparemment des tueurs professionnels qui seraient venus dans leurs villages et auraient tué les gens à coups de couteau au cours d’attaques apparemment bien organisées. Certains ont avancé l’idée que des responsables gouvernementaux pourraient être impliqués.

Mais le Vice-ministre de la coopération internationale de la RD Congo a affirmé la semaine passée qu’il « n’y a pas de crise humanitaire ». Le ministre congolais des Affaires étrangères congolais a déclaré que la description de la situation humanitaire en RD Congo par les Nations Unies « est contreproductive pour l’image de marque et l’attractivité de notre pays, et agit comme repoussoir pour les investisseurs potentiels ».

Les responsables gouvernementaux de la RD Congo ont envoyé des lettres de menace aux Pays-Bas et à la Suède, pays qui soutiennent la conférence, expliquant que, si ces derniers poursuivaient leurs préparatifs, le gouvernement de la RD Congo « se verrait dans l’obligation d’en tirer les conséquences qui s’imposent », et ils sont parvenus à convaincre les Émirats Arabes Unis de se retirer.

Les bailleurs de fonds ne devraient pas être intimidés. Ils devraient au contraire faire en sorte que des fonds adéquats soient recueillis pour répondre aux besoins vitaux de protection et d’assistance humanitaire du peuple congolais. Et, tout aussi important, ils devraient s’attaquer aux causes sous-jacentes de la violence, afin d’empêcher que la crise ne s’aggrave et n’échappe davantage à tout contrôle.

Ceci implique le fait de travailler de façon étroite avec les responsables régionaux pour faire en sorte que Kabila se retire, conformément à la constitution, et permette l’organisation d’élections justes, libres et crédibles. Les Congolais ont besoin d’une opportunité pour élire un nouveau président, responsable de ses actions envers son peuple et œuvrant pour mettre fin à la violence, à l’impunité et aux souffrances en RD Congo. Le peuple congolais le mérite.

RD Congo : Kabila dédaigne la crise politique sur fond de nouvelles répressions

Dans une rare conférence de presse vendredi, le président Joseph Kabila a tenu des propos qui signalent que la crise politique en République démocratique du Congo est loin d’être résolue et qu’on peut s’attendre à de nouvelles répressions et restrictions aux libertés d’expression et de réunion dans le pays.

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, tient une conférence de presse à Kinshasa, le 26 janvier 2018. © 2018 Kenny Katombe/Reuters

Alors que les inquiétudes se sont accrues concernant les conséquences mortelles des efforts de Kabila pour se maintenir au pouvoir au-delà de la limite des deux mandats que lui autorisait la constitution, limite qui a été atteinte en décembre 2016, les appels se sont multipliés, tant à l’échelon national qu’à l’international, pour que Kabila déclare explicitement qu’il ne sera pas candidat aux élections qui ont été fixées pour décembre 2018, qu’il ne cherchera pas à amender la constitution et qu’il quittera ses fonctions avant la fin de 2018. Parmi les intervenants, figure un groupe bipartite de sénateurs américains, qui a envoyé une lettre en ce sens à Kabila la semaine dernière.  

Lors de sa conférence de presse – sa première depuis cinq ans – Kabila n’a pris aucun de ces engagements. Tout en affirmant que le processus électoral était « résolument engagé », il a déclaré que seule la commission électorale nationale (CENI) était habilitée à décider de la date exacte des élections. Quand une journaliste a demandé à Kabila s’il se représenterait, il n’a pas dit non mais a demandé qu’une copie de la constitution soit remise à la journaliste.

En dépit du fait que le droit des Congolais de manifester pacifiquement est reconnu par la constitution du pays et par le droit international, Kabila a affirmé qu’une nouvelle loi était nécessaire pour « recadrer » la légalité de telles manifestations, soulignant que « la démocratie, ce n’est pas la foire. » Il a déclaré qu’il « s’éclatait » quand il voyait ceux qui « prétendent défendre la constitution aujourd’hui. » Malheureusement, ce que Kabila considère comme prêtant à rire, c’est le spectacle des forces de sécurité tuant par balles, blessant et emprisonnant des centaines de personnes qui appellent pacifiquement au respect de la constitution.  

Kabila a également mis en cause le coût du processus électoral qui, selon lui, peut peser au détriment du développement du pays : « Est-ce qu’il faut qu’on soit cité comme le pays le plus démocratique dans le monde ou bien c’est le développement qui compte ? », a-t-il demandé. « [A]u moment venu », a-t-il ajouté, il faudra « prendre des décisions courageuses ». S’agissait-il là d’une allusion voilée à un prochain referendum ou à un changement du processus électoral qui permettrait à Kabila de se maintenir au pouvoir ?

Les propos de Kabila ont été tenus deux jours après que le bureau des droits de l’homme des Nations Unies en RD Congo eut annoncé dans un rapport que 1 176 personnes avaient été exécutées de manière extrajudiciaire par des « agents de l’État » congolais en 2017, ce qui représente un triplement sur une période de deux ans.

Le 21 janvier, des milliers de fidèles catholiques et d’autres citoyens congolais ont manifesté dans plusieurs villes, appelant Kabila à quitter le pouvoir et à permettre l’organisation d’élections. Les forces de sécurité ont répondu en faisant usage d’une force injustifiée ou excessive, tirant des gaz lacrymogènes ou ouvrant le feu à balles réelles pour disperser les attroupements. Au moins sept personnes ont été tuées, selon des recherches effectuées par Human Rights Watch, dont une femme de 24 ans qui aspirait à la vie religieuse, tuée par balles devant son église. La répression du 21 janvier a fait suite à des manifestations similaires auxquelles avaient appelé des responsables laïcs de l’Église catholique de la RD Congo après la messe dominicale du 31 décembre, lorsque les forces de sécurité ont tué au moins huit personnes et blessé ou arrêté de nombreuses autres, dont plusieurs prêtres catholiques. 

Au cours des trois dernières années, Kabila et son entourage ont recouru à des manœuvres dilatoires, l’une à la suite de l’autre, pour retarder les élections et enraciner leur pouvoir, par une répression brutale, des violences et des violations des droits humains à grande échelle, et en s’appuyant sur une corruption systémique. Un accord de partage du pouvoir négocié par l’Église catholique et signé le 31 décembre 2016 a accordé à Kabila une nouvelle année au pouvoir – après l’expiration de ses deux mandats constitutionnels – pour mettre en œuvre une série de mesures de décrispation et organiser des élections avant la fin de 2017. Mais ces engagements ont été bafoués dans une large mesure. En dépit de la publication le 5 novembre par la CENI d’un calendrier électoral – qui fixe au 23 décembre 2018 la nouvelle date des élections, avec l’avertissement que de nombreuses « contraintes » pourraient justifier que cette date soit encore repoussée – Kabila n’a donné aucun signe qu’il se préparait à quitter le pouvoir, ni créé un climat propice à l’organisation d’élections libres, équitables et crédibles.

Même si certains partenaires internationaux de la RD Congo ont accru leurs pressions sur le gouvernement de Kabila, davantage d’efforts sont nécessaires pour lui montrer qu’il y aura de vraies conséquences s’il tente de nouveau de retarder les élections et d’enraciner sa présidence par la répression. La Belgique a récemment annoncé qu’elle suspendait toute son aide bilatérale directe au gouvernement congolais et qu’elle réorientait cette aide vers les organisations humanitaires et de la société civile. D’autres bailleurs de fonds devraient suivre cette voie. En décembre, les États-Unis ont pris des sanctions à l’encontre du milliardaire israélien Dan Gertler, un proche ami et associé financier de Kabila qui « a amassé sa fortune grâce à des accords miniers et pétroliers opaques et teintés de corruption représentant des centaines de millions de dollars » en RD Congo, ainsi qu’à l’encontre d’un certain nombre d’individus et de compagnies associés à Gertler. Et pourtant, l’impact de ces décisions serait beaucoup plus grand si le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne et les États-Unis travaillaient ensemble pour élargir ces sanctions ciblées aux individus les plus responsables des graves violations des droits humains commises en RD Congo et à ceux qui apportent un appui financier ou politique à ces tactiques répressives.

En fin de compte, les partenaires de la RD Congo devront décider s’il est dans leur intérêt de soutenir un gouvernement dictatorial qui commet des abus ou de respecter et favoriser les droits du peuple congolais – et ce que cela implique en termes d’actes concrets.

Congo’s Kabila Ignores Political Crisis Amid New Repression

A rare press conference by President Joseph Kabila on Friday signaled that the Democratic Republic of Congo’s political crisis was far from resolved and that further repression and restrictions on free expression and assembly may be in store.

Democratic Republic of Congo's President Joseph Kabila addresses a news conference at the State House in Kinshasa, Democratic Republic of Congo, January 26, 2018. © 2018 Kenny Katombe/Reuters

As concern has grown over the deadly consequences of Kabila’s efforts to remain in power beyond his constitutionally mandated two-term limit, which ended in December 2016, there have been increasing calls domestically and internationally for Kabila to state explicitly he will not be a candidate in proposed December 2018 elections, and not seek to amend the constitution, and that he will step down by the end of 2018. Among those weighing in was a bipartisan group of United States senators in a letter sent to Kabila last week.  

In the press conference – his first in five years - Kabila made none of those commitments. While claiming the electoral process was “resolutely under way,” he said only the national electoral commission (CENI) is empowered to decide when exactly the poll will be held. When a journalist asked Kabila whether he would run again, he didn’t say no but asked that a copy of the constitution be given to her.

Despite the rights of Congolese to demonstrate peacefully under the constitution and international law, Kabila said a new law is needed to “reframe” the legality around such demonstrations, noting that “democracy isn’t a fairground.” He claimed to have “burst out in laughter” when he sees those who “pretend to defend the constitution.” Unfortunately, what Kabila considers to be a laughing matter has been the security forces shooting dead, wounding, and jailing hundreds of people peacefully calling for the constitution to be respected.  

Kabila also questioned the price tag on the electoral process, which he said could come at the cost of the country’s development: “Should we be cited as the most democratic country in the world, or is development what matters?” he said. “When the time comes,” he added, “courageous decisions” will need to be made. Was this a veiled reference to an upcoming referendum or change to the electoral process that would allow Kabila to stay in power?

Kabila’s remarks came two days after the United Nations human rights office in Congo reported that some 1,176 people were extrajudicially executed by Congolese “state agents” in 2017, representing a threefold increase over two years.

On January 21, thousands of Catholic worshipers and other Congolese protested in several cities and towns, calling for Kabila to step down and allow for the organization of elections. Security forces responded with unnecessary or excessive force, firing teargas and live ammunition to disperse crowds. At least seven people were killed, according to Human Rights Watch’s research, including a 24-year-old woman studying to be a nun, shot dead right outside her church. The January 21 crackdown followed similar protests called by Congo’s Catholic Church lay leaders after Sunday Mass on December 31, when security forces killed at least eight people and injured or arrested scores of others, including many Catholic priests. 

Over the past three years, Kabila and those around him have used one delaying tactic after another to postpone elections and entrench their hold on power through brutal repression, largescale violence and human rights abuses, backed by systemic corruption. A Catholic Church-mediated power sharing agreement signed on New Year’s Eve 2016 provided Kabila another year in power – beyond the end of his constitutional term limit – to implement a series of confidence building measures and organize elections by the end of 2017. But instead, these commitments were largely flouted. Despite CENI’s publication of the electoral calendar on November 5 – which set December 23, 2018 as the new date for elections, with the caveat that numerous “constraints” could push the date back even further – Kabila has not demonstrated that he is preparing to step down, or create a climate conducive to the organization of free, fair, and credible elections.

While some of Congo’s international partners have increased pressure on Kabila’s government, more needs to be done to show that there will be real consequences for further attempts to delay elections and entrench his presidency through repression. Belgium recently announced it is suspending all direct bilateral support to the Congolese government and redirecting its aid to humanitarian and civil society organizations. Other donors should follow suit. In December the US sanctioned Israeli billionaire Dan Gertler, one of Kabila’s close friends and financial associates who “amassed his fortune through hundreds of millions of dollars’ worth of opaque and corrupt mining and oil deals” in Congo, as well as a number of individuals and companies associated with Gertler. Yet the impact of these actions would be much greater if the UN Security Council, the European Union, and the US work together to expand targeted sanctions against those most responsible for serious human rights abuses in Congo and those providing financial or political support to the repressive tactics.

Ultimately, Congo’s partners are going to need to decide whether their interests lie with supporting an abusive, dictatorial government, or with respecting and advancing the rights of the Congolese people – and what that means in terms of concrete action. 

Une manifestante pacifique de 15 ans frappée et placée en détention

La police a arrêté Binja Happy Yalala, 15 ans, lors d’une manifestation pacifique à Idjwi, dans l’est de la République démocratique du Congo, le 15 novembre 2017.  © 2017 Privé
Binja Happy Yalala, une lycéenne de 15 ans sur l’île d’Idjwi dans l’est de la République démocratique du Congo, a été frappée mercredi par la police, qui l’accusait d’être une sorcière et qui l’a détenue pendant plus de 10 heures. Son véritable « crime » était d’avoir participé à une marche pacifique organisée par le mouvement citoyen « C’en Est Trop ».

Les manifestants répondaient à l’appel de plusieurs autres mouvements citoyens et groupes de la société civile, soutenu par des dirigeants de l’opposition politique, pour que les Congolais se mobilisent le 15 novembre et exigent que le président Joseph Kabila quitte ses fonctions fin 2017, conformément à la constitution et à l’accord de la Saint-Sylvestre signé à la fin de l’année dernière.

Les manifestants d’Idjwi se sont présentés devant les bureaux de leur administration locale en chantant l’hymne national avec l’intention d’y déposer une note, quand le commissaire de la police a donné l’ordre de les arrêter.

« Les policiers ont immédiatement mis l’ordre à exécution avec brutalité et violence », a raconté le père de Binja, qui avait rejoint la marche avec sa fille. « Certains d’entre nous ont commencé à courir, mais d’autres, et moi parmi eux, se sont immédiatement fait prendre. Ils nous ont donné des coups de poings, des coups de bâtons et des coups de pied. Ils nous ont dit : “Vous êtes des rebelles. Nous contrôlons la loi. Nous allons vous faire souffrir, vous verrez.” »

Quand Binja a vu son père se faire arrêter avec d’autres, elle a expliqué qu’elle ne pouvait pas rester plantée là, à regarder sans rien faire.

« J’ai eu peur, mais j’avais aussi mal au cœur parce que je ne voyais pas ce que mon père et les autres avaient fait de mal », a déclaré Binja à Human Rights Watch. « Je me suis alors avancée et j’ai demandé à la police de les relâcher. Comme ils ne m’écoutaient pas, je leur ai dit que je ne partirais pas sans mon père, et que s’ils ne le relâchaient pas, ils devraient m’arrêter moi aussi. Alors sans hésiter, l’un d’eux m’a attrapée très fort par la main, il m’a frappée dans le dos avec son arme, et m’a ligoté les mains derrière le dos. J’avais très mal, je criais. Ils m’ont ensuite jetée dans le cachot avec mon père et les autres. »

Binja, son père et les 11 autres détenus ont rapidement été transférés à la prison centrale du territoire d’Idjwi.

« Ils nous ont posé beaucoup de questions sur ce qui s’était passé », a raconté Binja. « Ils ont frappé mon père parce qu’ils disaient qu’il m’avait entraînée dans ces choses. Il a essayé en vain d’expliquer que je n’étais pas membre du mouvement. Après, ils m’ont dit : « Tu es une sorcière », et ils m’ont de nouveau frappée avec des bâtons. »

Binja a expliqué que lorsque, finalement, ils ont tous été relâchés vers 22 heures, elle avait mal partout et pouvait à peine marcher.

Le 15 novembre, les forces de sécurité congolaises ont arrêté au moins 52 personnes qui participaient ou préparaient des petites marches et manifestations à Goma, Kasindi, Kindu, Kisangani, Kinshasa et Idjwi. La plupart de ces personnes ont ensuite été relâchées, mais huit d’entre elles sont toujours en détention, dont six à Goma et deux à Kinshasa.

Deux activistes qui ont été arrêtés lundi à Goma alors qu’ils encourageaient les gens à se joindre aux manifestations du 15 novembre étaient eux aussi toujours en détention.

Le 14 novembre, à la veille de ces manifestations, le commissaire provincial de la police à Goma avait ordonné à ses forces, dans un message filmé largement diffusé sur les réseaux sociaux, de « réprimer sans états d’âme » les manifestations prévues pour le lendemain.

Le lendemain matin, au réveil, de nombreux habitants à travers la RD Congo – notamment à Kinshasa, Lubumbashi, Mbandaka, Matadi, Mbuji-Mayi, Kananga, Goma, Idjwi, Beni, Kasindi, Butembo et Kisangani – ont pu constater qu’un important dispositif de sécurité avait été déployé le long des principales artères de leurs villes. Dans plusieurs d’entre elles, les rues étaient moins fréquentées que d’habitude, les magasins et les marchés étaient fermés et de nombreux étudiants ne s’étaient pas rendus aux cours. De nombreuses personnes sont restées chez elles en signe de protestation, ou pour se protéger des risques de répression violente, ou les deux. Les quelques manifestants qui ont osé sortir dans la rue ont le plus souvent été rapidement arrêtés par les forces de sécurité, ou dispersés par des gaz lacrymogènes.

La Mission de maintien de la paix des Nations Unies en RD Congo (MONUSCO) a exhorté les autorités congolaises, le 14 novembre, à respecter « le droit à manifester dans le calme et la retenue » et à permettre « que toutes les voix puissent s’exprimer dans le calme et de façon pacifique ». Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a relayé cet appel en demandant aux autorités congolaises de « mettre un terme au discours incendiaire contre les manifestants » et de faire en sorte que le personnel de sécurité « reçoive des instructions claires et qu’ils seront tenus responsables de leur conduite lors des opérations de maintien de l’ordre dans le cadre des manifestations, quel que soit leur rang ou affiliation. »

Dans une déclaration commune publiée hier, les missions des pays membres de l’Union européenne, des États-Unis, de la Suisse et du Canada en RD Congo ont appelé les forces de sécurité congolaises à s’abstenir d’un recours à la force excessive et souligné qu’elles sont susceptibles d’être tenues responsables de leur conduite, y compris à titre individuel.

De nombreux prisonniers politiques et activistes arrêtés lors de précédentes manifestations politiques ou pour leur participation à d’autres activités politiques pacifiques sont toujours en détention. Une liste et un résumé de plusieurs de ces cas sont disponibles ici.

Les autorités congolaises devraient immédiatement libérer toutes les personnes détenues pour avoir exprimé de manière pacifique leurs opinions politiques et devraient commencer à travailler à la création d’un climat propice à l’organisation d’élections libres et équitables dans le pays.

15-Year-Old Peaceful Protester Beaten and Detained

Police arrested 15-year-old Binja Happy Yalala during a peaceful protest in Idjwi, eastern Democratic Republic of Congo, on November 15, 2017.  © 2017 Private
On Wednesday, Binja Happy Yalala, a 15-year-old secondary school student on Idjwi Island in eastern Democratic Republic of Congo, was beaten by police who accused her of being a sorcerer and detained her for over 10 hours. Her actual “crime” was that she had participated in a peaceful march organized by the citizens’ movement “C’en Est Trop” (“This is Too Much”).

The marchers were responding to a call from other citizens movements and civil society groups, and backed by political opposition leaders, for Congolese to mobilize on November 15 and demand that President Joseph Kabila leave office by the end of 2017 in accordance with the constitution and the New Year’s Eve agreement signed late last year.

The Idjwi protesters arrived at their local administrative office, singing the national anthem, to deliver a memo when the police commander gave the order to arrest them. 

“The police immediately followed the order with brutality and violence,” said Binja’s father, who had joined the march with his daughter. “Some of us started to run, but others were taken immediately, including myself. They beat us with their fists and batons and kicked us. They said to us: ‘You all are rebels. We’re the ones who control the law. You will see how we’ll make you suffer.’”

When Binja saw her father and the others being arrested, she said she couldn’t just stand by and watch.

“I was scared, but it also made my heart ache because I didn’t understand what my father and the others had done wrong,” Binja told Human Rights Watch. “So I went up and asked the police to let them go. When they didn’t listen to me, I told them that I wasn’t going to leave without my father, so if they don’t release him they should arrest me too. Then without hesitating, one of them grabbed me roughly by the arm, beat my back with his gun, and tied my hands tightly behind my back. It hurt a lot, and I cried out. They then put me in the cell with my father and the others.” 

Binja, her father, and the 11 others detained were soon taken to Idjwi territory’s main prison.

“They asked us a lot of questions about what had happened,” Binja said. “They beat my father because they said he had taught me things. He tried in vain to explain that I wasn’t a member of the movement. They then accused me of being a sorcerer, and they beat me again with their batons.”

Binja said that when they were all finally released about 10 p.m., she hurt all over and could barely walk.

In total, Congolese security forces detained at least 52 people on November 15 while they were participating in or planning small marches and demonstrations in Goma, Kasindi, Kindu, Kisangani, Kinshasa, and Idjwi. Most were later released, but eight remain in detention, including six in Goma and two in Kinshasa.

Two activists who police arrested in Goma on Monday while encouraging people to join the planned protests were still in detention. 

On November 14, the day before the protests, the provincial police commander in Goma had instructed his forces to “mercilessly repress” the planned demonstrations, in a filmed message that was widely shared on social media.

The next morning, many people across Congo – including in Kinshasa, Lubumbashi, Mbandaka, Matadi, Mbuji-Mayi, Kananga, Goma, Idjwi, Beni, Kasindi, Butembo and Kisangani – woke up to the sight of a heavy deployment of security forces on their cities’ main roads. In several cities, streets were less crowded than usual, shops and markets remained closed, and many students stayed home from school. People stayed home as a sign of protest or to stay safe from any violent crackdown, or both. The few protesters who dared go out on the streets were often quickly arrested by security forces or dispersed by teargas.

The United Nations peacekeeping mission in Congo (MONUSCO) had urged Congolese authorities on November 14 to respect “the freedom to demonstrate in a peaceful and restrained manner” and to “allow all voices to express themselves calmly and peacefully.” The UN High Commissioner for Human Rights reinforced this appeal, calling on Congolese authorities to “halt the inflammatory rhetoric against protestors” and to ensure security personnel “receive clear instructions that they will be held accountable for their conduct during law and order operations in the context of demonstrations, regardless of their ranks or affiliation.”

In a joint statement published yesterday, the European Union, American, Swiss, and Canadian missions in Congo called on Congolese security forces to refrain from the excessive use of force and warned that those responsible could be held to account, including in an individual manner.  

Many political prisoners and activists, arrested during previous political demonstrations or for their participation in other peaceful political activities, remain in detention. For a list and summary of a selection of these cases, please see here.

Congolese authorities should immediately release all those held for the peaceful expression of their political views, and should start working to create a climate conducive to the organization of free, fair elections.

New DR Congo Electoral Calendar Faces Skepticism Amid More Protests, Repression

The Democratic Republic of Congo’s national electoral commission (CENI) has set December 23, 2018 as the date for presidential, legislative, and provincial elections – more than two years after the end of President Joseph Kabila’s constitutionally mandated two term-limit.

Security forces killed 11-year-old Jotham Kasigwa Murume during demonstrations in Goma on October 30, 2017. © 2017 Private


According to the calendar released yesterday by the CENI, the new president would be sworn in on January 12, 2019, and the whole electoral cycle, including local elections, would continue until February 16, 2020. As with past electoral calendars that CENI and government officials have blatantly disregarded, the new calendar includes a list of 15 legal, financial, and logistical “constraints” that could impact the timeline.

The CENI’s announcement comes about a week after the United States ambassador to the United Nations Nikki Haley visited Congo, where she announced before meeting with Kabila that Congo’s long-delayed elections must be held by the end of 2018 or they would not receive international support.

While some diplomats might see the new calendar as a sign of progress, many Congolese are rightly skeptical. Over the past several years, Kabila and his coterie have blocked the organization of elections as the deadline for when he needs to step down keeps getting extended. Senior US officials and other diplomats delivered similar messages to Kabila in the lead-up to December 19, 2016, the end of Kabila’s two-term limit. When that deadline passed with no progress toward elections, the UN Security Council and others pressed Kabila to organize elections by the end of 2017, in accordance with a Catholic Church-mediated power sharing arrangement signed on December 31, 2016, known as the New Year’s Eve agreement.

Kabila and his ruling coalition then disregarded the main terms of the agreement, as Kabila entrenched his hold on power through corruption, large-scale violence, and brutal repression against the opposition, activists, journalists, and peaceful protesters. Security force officers went so far as to implement an apparently deliberate “strategy of chaos” and orchestrated violence, especially in the southern Kasai region, where up to 5,000 people have been killed since August 2016. Government and CENI officials have announced since July that elections could not be held in 2017 as called for in the New Year’s Eve agreement, ostensibly due to the violence in the Kasais.

Meanwhile, there has been no independent oversight or audit of the ongoing voter registration process. Civil society organizations and political opposition leaders have raised concerns about possible large-scale fraud. Some fear a deeply flawed electoral list could be used to push through a constitutional referendum process that could remove term limits and allow Kabila to run for a third term. Kabila himself has repeatedly refused to say publicly and explicitly that he will not be a candidate in future elections. The extra year the new calendar gives Kabila allows him more time to attempt constitutional or extra-constitutional means to stay in power.

The Struggle for Change (LUCHA) citizens’ movement strongly denounced the calendar presented by the CENI yesterday as “fantasy” and called on the Congolese people to mobilize to defend themselves peacefully against the “shameful maneuver by Kabila and his regime to gain more time to accomplish their goal of staying in power indefinitely.” LUCHA stated that the movement no longer recognizes Kabila and his government as the legitimate representatives of the Congolese people and urged Congo’s international partners to do the same.

Other citizens’ movements, human rights activists, and opposition leaders made similar calls, denouncing the new CENI calendar, urging the Congolese people to mobilize, and calling for a “citizens’ transition” without Kabila to allow for the organization of credible elections.

Meanwhile, the repression against opposition leaders and supporters, human rights and pro-democracy activists, peaceful protesters, and journalists has continued unabated. Security forces arrested around 100 opposition party supporters and pro-democracy activists during protests in Lubumbashi, Goma, Mbandaka, and Beni over the past two weeks. Many of them were later released. During the protest in Goma on October 30, security forces shot dead five civilians, including an 11-year-old boy, and wounded 15 others.

Security forces killed 19-year-old Jean Louis Kandiki during demonstrations in Goma on October 30, 2017. © 2017 Private


More protests are planned across the country in the coming days to reject the CENI’s newly announced calendar. Congolese government officials and security forces should not use unnecessary or excessive force against protesters, tolerate peaceful protests and political meetings, and allow activists, opposition party leaders, and journalists to move around freely and conduct their work independently, without interference.

Congo’s international partners, including the UN peacekeeping mission in Congo, should work to protect peaceful protesters and individuals at risk and show their support for the Congolese people’s quest for a more democratic and rights-respecting future.

Le nouveau calendrier électoral de la RD Congo fait face au scepticisme, dans un contexte de recrudescence des manifestations et de la répression

La commission électorale nationale de la République démocratique du Congo (CENI) a fixé au 23 décembre 2018 les élections présidentielle, législatives et provinciales, soit plus de deux ans après la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila.

Les forces de sécurité ont tué Jotham Kasigwa Murume, âgé de 11 ans, lors de manifestations à Goma le 30 octobre 2017. © 2017 Privé

Selon le calendrier publié dimanche par la CENI, le nouveau président prêterait serment le 12 janvier 2019 et le cycle électoral complet, y compris les élections locales, se poursuivrait jusqu’au 16 février 2020. Comme les calendriers électoraux antérieurs ignorés de manière flagrante par la CENI et les responsables gouvernementaux, le nouveau calendrier comporte une liste de 15 « contraintes » légales, financières et logistiques susceptibles de retarder les échéances.

L’annonce de la CENI tombe environ une semaine après la visite en RD Congo de l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, qui, avant de rencontrer Kabila, avait annoncé que les élections en RD Congo devaient se tenir avant la fin de 2018, sans quoi, elles ne pourraient bénéficier de l’appui de la communauté internationale.

Alors que certains diplomates pourraient voir dans ce calendrier un signe de progrès, un grand nombre de Congolais sont, à juste titre, sceptiques. En effet, au cours des dernières années, Kabila et sa coterie ont empêché l’organisation des élections, repoussant sans cesse la date à laquelle il doit quitter le pouvoir. De hauts responsables américains et d’autres diplomates ont fait parvenir des messages semblables à Kabila dans la période précédant le 19 décembre 2016, fin du deuxième et dernier mandat de Kabila autorisé par la Constitution. Une fois la limite dépassée, en l’absence de progrès sur la voie des élections, le Conseil de sécurité de l’ONU et d’autres ont fait pression sur Kabila pour que les élections soient organisées d’ici la fin de l’année 2017, conformément à l’accord de partage de pouvoir conclu sous l’égide de l’Église catholique et signé le 31 décembre 2016, appelé « accord de la Saint-Sylvestre ».

Kabila et sa coalition au pouvoir n’ont alors tenu aucun compte des principales dispositions de l’accord, alors que Kabila renforçait son emprise sur le pouvoir par la corruption, la violence à grande échelle et la répression brutale de l’opposition, des activistes, des journalistes et des manifestants pacifiques. Les agents des forces de sécurité sont allés jusqu’à mettre en œuvre une « stratégie du chaos » apparemment délibérée et une violence orchestrée, notamment dans la région du Kasaï, dans le sud du pays, où près de 5000 personnes ont été tuées depuis août 2016. Des responsables du gouvernement et de la CENI annonçaient depuis juillet qu’il était impossible de tenir des élections en 2017 comme l’exigeait l’accord de la Saint-Sylvestre, sous prétexte de la violence dans le Kasaï.

En attendant, il n’y a eu aucun contrôle indépendant ou audit du processus d’enrôlement des électeurs en cours. Les organisations de la société civile et les dirigeants de l’opposition ont fait part de leurs préoccupations concernant la possibilité de fraude à grande échelle. Certains craignent l’utilisation d’une liste électorale profondément déficiente pour permettre la tenue d’un referendum de modification de la Constitution qui pourrait éliminer les limites de mandats et ainsi autoriser Kabila à présenter sa candidature pour un troisième mandat. Kabila a lui-même refusé à plusieurs reprises d’annoncer publiquement et de manière explicite qu’il ne sera pas candidat à de futures élections. L’année supplémentaire que donne à Kabila le nouveau calendrier lui laisse plus de temps pour tenter des moyens constitutionnels ou extraconstitutionnels de rester au pouvoir.

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) a fermement dénoncé le calendrier « fantaisiste » présenté dimanche par la CENI et a appelé le peuple congolais à se mobiliser et à se défendre pacifiquement contre la « manœuvre honteuse pour faire gagner plus de temps à Kabila et son régime afin d’accomplir leur volonté de rester indéfiniment au pouvoir ». La LUCHA a déclaré que le mouvement ne reconnaît plus Kabila et son gouvernement comme représentants légitimes du peuple congolais et a appelé les partenaires internationaux à en faire autant.

D’autres mouvements citoyens, activistes des droits humains et leaders de l’opposition ont lancé des appels similaires, dénonçant le nouveau calendrier du CENI, et exhortant le peuple congolais à se mobiliser pour œuvrer en faveur d’une « transition citoyenne » sans Kabila pour permettre l’organisation d’élections crédibles.

Pendant ce temps, la répression exercée contre les leaders et les partisans de l’opposition, les activistes œuvrant pour les droits humains et la démocratie, les manifestants pacifiques et les journalistes se poursuit sans relâche. Les forces de sécurité ont arrêté environ 100 partisans de partis d’opposition et activistes pro-démocratie pendant des manifestations qui se sont déroulées à Lubumbashi, Goma, Mbandaka et Beni au cours des deux dernières semaines. Beaucoup d’entre eux ont été relâchés plus tard. Pendant les manifestations du 30 octobre à Goma, les forces de sécurité ont tué cinq civils par balles, dont un garçon de 11 ans, et en ont blessé quinze autres.

Les forces de sécurité ont tué Jean Louis Kandiki, âgé de 19 ans, lors de manifestations à Goma le 30 octobre 2017. © 2017 Privé

De nouvelles manifestations sont prévues dans le pays au cours des jours à venir pour rejeter le calendrier nouvellement annoncé par la CENI. Les responsables du gouvernement congolais et les forces de sécurité ne devraient pas utiliser de force inutile ou excessive contre les manifestants, mais devraient tolérer les manifestations pacifiques et les réunions politiques ainsi que permettre aux activistes, leaders de partis de l’opposition et journalistes de circuler librement et de travailler indépendamment, sans entraves.

Les partenaires internationaux de la RD Congo, dont la mission de maintien de la paix de l’ONU dans le pays, devraient s’employer à protéger les manifestants pacifiques et les personnes en danger et à manifester leur soutien à la quête du peuple congolais pour un avenir plus démocratique et respectueux de leurs droits.

Trois ans plus tard, un éclairage sur le mystère des massacres de Beni en RD Congo

De nouvelles recherches ont jeté un éclairage sur l'un des mystères les plus horribles de la République démocratique du Congo : le massacre de plus de 800 personnes sur le territoire de Beni qui a débuté cela fait trois ans cette semaine.

Les cercueils de trois personnes tuées le 1er décembre 2014 à Eringeti, située à environ 60 kilomètres au nord de la ville de Beni. Au total, six personnes ont été tuées ce jour-là. L’attaque la plus récente que Human Rights Watch a documentée à Eringeti a eu lieu le 3 mai 2016, faisant 19 morts.  © 2014 Privé

Dans l’est de la RD Congo, plus de 120 massacres, au cours desquels les assaillants ont tué des personnes méthodiquement à la hache ou à la machette, ou par balle, se sont poursuivis y compris jusqu’au mois d’août cette année, d’une manière qui a laissé les analystes perplexes. Mais  un nouveau rapport d’investigation du  Groupe d’étude sur le Congo (Congo Research Group) basé à l'Université de New York apporte des éléments de compréhension sur la dynamique de ces violences, et permet d’espérer que les auteurs de ces crimes devront un jour faire face à la justice.

S’appuyant sur deux années de recherches minutieuses, le rapport identifie des phases distinctes de tueries, et divers acteurs armés responsables des massacres : l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF), groupe rebelle islamiste ougandais basé dans l’est de la RD Congo ; d’anciens officiers de l’Armée Patriotique Congolaise (APC) ; la branche armée du Rassemblement Congolais pour la Démocratie-Mouvement de Libération (RCD-ML), groupe rebelle soutenu par l’Ouganda lors de la deuxième guerre de la RD Congo de 1998 à 2003 ; diverses autres milices locales ; ainsi que des éléments de l’armée congolaise. Les meurtres n’ont pas été commis par un groupe unifié visant un objectif politique spécifique, mais par ces divers acteurs qui ont constamment modifié leurs alliances, combattant parfois ensemble et parfois les uns contre les autres.

Lors de la rébellion du mouvement M23 soutenue par le Rwanda dans l’est de la RD Congo en 2012-13, des éléments de l’APC qui se trouvaient toujours dans le territoire de Beni se sont mobilisés et ont établi une alliance informelle avec les combattants du M23, selon le rapport. Après la défaite du M23 en novembre 2013, l’armée congolaise s’est concentrée sur Beni, officiellement pour vaincre les rebelles de l’ADF, présents sur le territoire congolais depuis de nombreuses années. Selon le rapport, d’anciens officiers de l’APC à Beni ont perçu ces opérations comme une tentative de démanteler les lucratifs réseaux politiques et économiques qu'ils avaient établis dans ce territoire, notamment par le biais de leur collaboration avec l’ADF et avec d’autres milices locales. En réponse, ils ont orchestré la première d'une série de meurtres à petite échelle à Beni en 2013. Ces attaques initiales auraient été censées démontrer l'échec du gouvernement congolais à protéger la population, délégitimisant ainsi son autorité et ouvrant la voie à une nouvelle révolte.

Lorsque les tueries ont débuté, certains officiers de l’armée congolaise sous le commandement du Général Akili Mundos ont décidé de coopter le réseau d’anciens officiers de l’APC, de combattants de l’ADF et d’autres combattants appartenant à des milices locales, selon le rapport. Au lieu de mettre un terme aux violences, l’armée a commencé à agir aux côtés des membres du réseau précisément responsable des premières tueries, permettant à celles-ci de se poursuivre à bien plus grande échelle à partir d’octobre 2014.

Une fois ouverte la boîte de Pandore, le réseau d'ennemis et d'amis a changé constamment, divers groupes locaux de milice prenant un rôle plus important alors que les massacres se poursuivaient. Pendant tout ce temps, le gouvernement congolais a rejeté la responsabilité des violences sur les soi-disant « terroristes radicaux de l’ADF », dans une tentative apparente de tromper la population congolaise, les diplomates étrangers, les journalistes, et la mission de maintien de la paix des Nations Unies en RD Congo, qui a continué à soutenir l’armée sans la critiquer.

Bien qu'il y ait encore beaucoup de questions sans réponse, ce nouveau rapport du Groupe d’étude sur le Congo met l'accent sur les responsables des massacres de Beni. Il devrait servir de base à des enquêtes judiciaires crédibles ainsi qu'à des sanctions ciblées de la part du Conseil de sécurité de l'ONU, entre autres.

L'attention portée par la communauté internationale sur la RD Congo est passée de la crise du territoire de Beni à la région du Kasaï dans le centre-sud du pays, où de nouveaux massacres ont tué plus de 5 000 personnes et ont contraint quelque 1,4 million d’autres à abandonner leurs maisons depuis août 2016, selon l’ONU. Pour en finir enfin avec ces cycles dévastateurs de violence et d'impunité, les massacres de Beni ne peuvent être oubliés. Une action forte est nécessaire pour montrer qu'il y a des conséquences pour les responsables, quel que soit leur rang ou leur position.

Three-Year Mystery Behind DR Congo’s Beni Massacres Unravels

New research has cast light onto one of the Democratic Republic of Congo’s most gruesome mysteries – the slaughter of more than 800 people in Beni territory that began three years ago this week.

Coffins of three people killed on December 1, 2014 in Eringeti, around 60 kilometers north of Beni town. A total of six people were killed that day. The most recent attack documented by Human Rights Watch in Eringeti was on May 3, 2016, killing 19. © 2014 Private

The more than 120 massacres in eastern Congo, in which assailants methodically hacked people to death with axes and machetes or fatally shot them, continued through August this year and have baffled analysts. But a new investigative report by the New York University-based Congo Research Group offers a breakthrough in understanding the dynamics and gives hope that perpetrators will one day face justice.

Based on two years of painstaking research, the report identifies distinct killing phases and an array of diverse armed actors responsible for the massacres: the Allied Democratic Forces (ADF), an Islamist Ugandan rebel group based in eastern Congo; former officers from the Congolese Patriotic Army (APC); the armed branch of the Congolese Rally for Democracy-Liberation Movement (RCD-ML), the Ugandan-backed rebellion during Congo’s second war from 1998 to 2003; and various other local militia groups; as well as elements of the Congolese army. Instead of the killings being committed by a cohesive group with a singular political agenda, these actors constantly shifted alliances fighting alongside and against each other.

During the Rwandan-backed M23 rebellion in eastern Congo in 2012 and 2013, remnants of the APC in Beni territory mobilized and established an informal alliance with the M23 fighters, according to the report. After the M23 was defeated in November 2013, the Congolese army turned its focus to Beni, officially to defeat the ADF rebels, who had been present on Congolese territory for many years. According to the report, former APC officers in Beni perceived these operations as an attempt to dismantle the lucrative political and economic networks they had established in Beni, including through collaboration with the ADF and other local militia groups. In response, they orchestrated the first of a series of small-scale killings in Beni in 2013. These initial attacks were reportedly meant to show the Congolese government’s failure to protect the population, and thereby delegitimize its authority and pave the way for a new rebellion.

Once the killings began, some Congolese army officers under the command of Gen. Akili Mundos decided to co-opt the network of former APC officers, ADF combatants, and other local militia fighters, the report found. Instead of ending the violence, the army began working together with members of the same network responsible for the initial killings, allowing the killings to continue on a much larger scale starting in October 2014.

With Pandora’s Box opened, the web of foes and friends changed constantly with various local militia groups taking a more prominent role as the massacres continued. All the while, the Congolese government blamed all the violence on so-called “radical ADF terrorists,” in an apparent attempt to mislead the Congolese population, foreign diplomats, journalists, and the United Nations peacekeeping mission in Congo, which continued to provide uncritical support to the army.

While there are still many unanswered questions, the new Congo Research Group report sheds important light on those responsible for the Beni massacres.   It should serve as a basis for credible judicial investigations as well as targeted sanctions by the UN Security Council and others.

International attention on Congo has shifted from the Beni crisis to Congo’s southern Kasai region, where new massacres have killed more than 5,000 people and displaced some 1.4 million from their homes since August 2016, according to the UN. To finally break these devastating cycles of violence and impunity, the Beni massacres cannot be forgotten. Strong action is needed to show that there are consequences for those responsible – no matter their rank or position. 

Congolese Authorities Arrest, Later Release 49 Activists Holding Anti-Kabila Protests

Sixteen activists were arrested in Kisangani, Democratic Republic of Congo, on September 30, 2017, and released later that day. © 2017 Private

On September 30, Democratic Republic of Congo security forces arbitrarily arrested 49 activists from several citizens’ movements protesting the failure to hold presidential elections before the end of the year.

Activists from Struggle for Change (LUCHA), Countdown (Compte à Rebours), and Bell of the People (Kengele ya Raia) were arrested in Congo’s eastern cities of Goma and Kisangani. Small protests were also held in Bukavu and Bandundu.

The activists were peacefully protesting the electoral commission’s failure to call the presidential elections in time for them to be held before December 31, 2017, as called for in the Catholic Church-mediated agreement signed on December 31, 2016. Under Congo’s constitution, national elections need to be announced at least three months before the voting date, which means the deadline to hold elections during 2017 has now passed.  

In Goma, activists tried to deliver a letter to the electoral commission’s office, but they were prevented by riot police. “They cornered us with two police trucks and tried to take our banners from us,” one LUCHA activist told Human Rights Watch. “Some of us managed to get away but the rest of us were forced onto the police trucks.”

The 16 activists arrested in Kisangani were released later that day, while the 33 activists in Goma were released three days later without charge. These latest arrests show the government’s intent to quickly quash peaceful protests before they build momentum.

Last week, four LUCHA activists in Mbuji-Mayi – Nicolas Mbiya, Josué Cibuabua, Mamie Ndaya, and Josué Kabongo – were released from prison. They had been arbitrarily arrested in mid-July for investigating the voter registration process in Kasai Oriental province. Mbiya and Cibuabua had already been detained for nearly a week in May for demanding the publication of an electoral calendar. Earlier, from December 2016 to February, Mbiya was also detained with another LUCHA activist, Jean Paul Mualaba Biaya, for protesting President Joseph Kabila’s decision to stay in power beyond his constitutionally mandated two-term limit.

The September 30 protests came a week after President Kabila’s address to the United Nations General Assembly in New York. In his public remarks and in reports that have emerged about his private meetings with various foreign officials in New York, Kabila did nothing that would suggest that he is preparing to leave power, making no clear commitments about when elections would be held or that he would not be a candidate.

Earlier this week, a coalition of United States senators led by Cory Booker wrote to US President Donald Trump, urging the US government to “use the means at our disposal” if the Congolese government continues to refuse to implement the “spirit and letter” of the December 31, 2016 agreement, “including sanctions designations under Executive Order 13671 on DRC, anti-money-laundering regulations, and additional tools available under the Global Magnitsky Act – to affect the incentives of individuals who have strong influence over President Kabila to incentivize them to urge him to change course.”

The US – and Congo’s other international partners, including the European Union – would do well to act now, before it’s too late and more Congolese pay the price for Kabila’s unconstitutional intransigence. 

Les autorités congolaises arrêtent puis libèrent 49 activistes participant à des manifestations anti-Kabila

Seize activistes ont été arrêtés à Kisangani, en République démocratique du Congo, le 30 septembre 2017, et libérés plus tard au cours de cette même journée. © 2017 Private

Le 30 septembre, les forces de sécurité de la République Démocratique du Congo ont procédé à l’arrestation arbitraire de 49 activistes issus de plusieurs mouvements citoyens protestant contre l’absence de tenue des élections présidentielles avant la fin de l’année.

Des activistes de Lutte pour le changement (LUCHA), de Compte à Rebours et de Kengele ya Raia (« La cloche du peuple ») ont été arrêtés dans les villes de Goma et de Kisangani, dans l’est de la RD Congo. Des manifestations de petite envergure ont également eu lieu à Bukavu et Bandundu.

Les activistes manifestaient pacifiquement pour protester contre l’échec de la commission électorale à convoquer les élections présidentielles à temps pour qu’elles aient lieu avant le 31 décembre 2017, comme le prévoyait l’accord conclu sous la médiation de l’Église catholique signé le 31 décembre 2016. D’après la constitution de la RD Congo, les élections nationales doivent être annoncées au moins trois mois avant la date du scrutin, ce qui signifie que le délai pour que des élections soient organisées au cours de l’année 2017 est désormais écoulé.

À Goma, les activistes ont essayé de remettre une lettre au bureau de la commission électorale, mais la police anti-émeutes les en a empêchés. « Ils nous ont coincés avec deux camions de police et ont essayé de nous prendre nos banderoles », a raconté un activiste de la LUCHA à Human Rights Watch. « Certains d’entre nous ont réussi à s’enfuir mais les autres ont été mis de force dans des camions de police ».

Les 16 activistes arrêtés à Kisangani ont été libérés plus tard au cours de cette même journée, tandis que les 33 activistes de Goma ont été libérés trois jours plus tard sans inculpation. Ces dernières arrestations montrent la volonté du gouvernement à étouffer rapidement les manifestations pacifiques avant qu’elles ne prennent davantage d’ampleur.

La semaine dernière, quatre activistes de la LUCHA à Mbuji-Mayi – Nicolas Mbiya, Josué Cibuabua, Mamie Ndaya et Josué Kabongo – ont été libérés de prison. Ils avaient été arrêtés arbitrairement mi-juillet pour avoir enquêté sur le processus d’enrôlement des électeurs dans la province du Kasaï oriental. Nicolas Mbiya et Josué Cibuabua avaient déjà été détenus pendant près d’une semaine au mois de mai pour avoir exigé la publication d’un calendrier électoral. Avant cela, entre décembre 2016 et février 2017, Nicolas Mbiya avait aussi été détenu avec un autre activiste de la LUCHA, Jean Paul Mualaba Biaya, pour avoir protesté contre la décision du Président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà de ses deux mandats autorisés par la constitution.

Les manifestations du 30 septembre se sont déroulées une semaine après le discours du Président Kabila prononcé lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Dans ses commentaires publics et dans les déclarations émanant de ses rencontres privées avec plusieurs dirigeants étrangers à New York, le Président Kabila n’a rien fait pouvant laisser à penser qu’il est en train de se préparer à quitter le pouvoir, aucun engagement clair n’ayant été pris quant à la date de tenue des élections ou au fait qu’il ne serait pas candidat.

Plus tôt dans la semaine, une coalition de sénateurs américains dirigée par Cory Booker a écrit au Président des États-Unis, Donald Trump, pour appeler le gouvernement américain à « utiliser les moyens dont nous disposons » si le gouvernement congolais continue de refuser à appliquer « l’esprit et la lettre » de l’accord du 31 décembre 2016, « et notamment les désignations de sanctions en vertu de l’Ordonnance exécutive 13671 sur la RDC, les réglementations anti-blanchiment d’argent et tous les autres outils disponibles en vertu de la loi Global Magnitsky Act – dans le but d’affecter les motivations des personnes ayant une forte influence sur le Président Kabila pour les inciter à le presser à changer de cap ».

Les États-Unis – et les autres partenaires internationaux de la RD Congo, notamment l’Union européenne – feraient bien d’agir dès à présent, avant qu’il ne soit trop tard et que davantage de Congolais ne paient le prix de l’intransigeance anticonstitutionnelle de Kabila.

Violents combats dans l’est de la RD Congo, menace accrue pour les civils

Le risque de voir la violence augmenter et la sécurité pour les civils se dégrader dans la province du Sud-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo s’est vivement accru, depuis l’incursion d’une coalition de groupes armés dans la deuxième ville de la province, Uvira, la semaine dernière.

La ville d’Uvira, située dans province du Sud-Kivu dans l’est de la RD Congo, a été attaquée par des miliciens le 28 septembre 2017. © MONUSCO/Abel Kavanagh

L’impact potentiellement déstabilisant d’une rébellion qui couve au beau milieu de la crise politique régnant actuellement la RD Congo n’augure rien de bon pour les civils, déjà épuisés par deux décennies de conflit.

L’objectif déclaré de l’autobaptisée Coalition nationale du peuple pour la souveraineté du Congo (CNPSC) est de renverser le gouvernement du Président Joseph Kabila, qui est d’après cette coalition illégitime suite à son refus de se retirer au terme de ses deux mandats autorisés par la constitution en décembre dernier. La coalition, qui compte au moins plusieurs centaines de combattants provenant de nombreux groupes armés, a également été dénommée l’Alliance de l’Article 64, en référence à l’Article 64 de la constitution, qui stipule que le peuple congolais a le devoir de faire échec à ceux qui tentent de prendre le pouvoir par la force ou en violation des dispositions de la constitution.

D’autres suggèrent qu’il s’agit d’une tentative de la part du gouvernement congolais d’attiser davantage le chaos et de justifier des reports d’élection, juste au moment où le recours à la violence dans les Kasaïs a servi d’excuse principale pour expliquer que les élections n’auront pas lieu avant la fin de l’année 2017, comme le prévoyait l’accord conclu sous la médiation de l’Église catholique en décembre dernier.

La coalition a commencé à lutter contre l’armée congolaise à la fin du mois de juin dans la province de Maniema et à Fizi, le territoire le plus au sud du Sud-Kivu, et a progressé régulièrement vers le nord et pris le contrôle de plusieurs villages le long du Lac Tanganyika au cours de la dernière semaine. L’armée congolaise et les forces de maintien de la paix des Nations Unies ont envoyé des renforts et ont tenu les rebelles hors de la ville d’Uvira, qui représente un pôle commercial stratégique.

Plus de 100 000 personnes ont été déplacées depuis le début des combats en juin et l’armée congolaise aurait arrêté en nombre des membres de la jeunesse locale soupçonnés d’avoir des liens avec la coalition.

La CNPSC est dirigée par l’auto-proclamé « Général » William Yakutumba, commandant de l’un des plus puissants groupes armés du Sud-Kivu, groupe composé en grande partie par des combattants issus des Bembe. Son groupe, les « Maï Yakutumba », a commis de nombreux abus au cours de la dernière décennie, comme par exemple des attaques contre des travailleurs humanitaires, des vols de bétail à grande échelle, des actes de piraterie sur le Lac Tanganyika, ou encore une exploitation illégale d’or et la taxation de la population. Le groupe revendique représenter les intérêts de plusieurs ethnies locales et protéger ces dernières contre ceux qu’ils considèrent comme des « étrangers », en particulier les membres des Banyamulenge, une minorité ethnique de la province.

L’incursion de la CNPSC à Uvira est intervenue moins de deux semaines après un recours à la force de manière excessive par les forces de sécurité congolaises pour réprimer une manifestation dans un camp de réfugiés burundais à Kamanyola, au nord d’Uvira, ayant entraîné la mort d’une quarantaine de réfugiés burundais et occasionné des blessures à plus d’une centaine d’autres. Un agent des forces de sécurité a également été tué.

La démonstration de force de la CNPSC et l’intensification de la mobilisation armée dans le Sud-Kivu dans un contexte de crise politique nationale est un mauvais présage pour la RD Congo. Le président Kabila s’accrochant au pouvoir, la violence et l’instabilité ne vont probablement que s’accroître, et ce sont les civils ordinaires qui seront les premiers touchés.

Heavy Fighting in Eastern DR Congo, Threats to Civilians Increase

The risk of increased violence and deteriorating security for civilians in South Kivu province in eastern Democratic Republic of Congo has spiked sharply, as a coalition of armed groups moved in on the province’s second largest city, Uvira, last week.

“Militia men attacked the eastern city of Uvira on September 28, 2017.” © MONUSCO/Abel Kavanagh

The potentially destabilizing impact of a brewing rebellion in the midst of Congo’s ongoing political crisis does not bode well for civilians, already fatigued from two decades of conflict.

The stated goal of the so-called National People’s Coalition for the Sovereignty of Congo (Coalition nationale du peuple pour la souveraineté du Congo, CNPSC) is to topple the government of President Joseph Kabila, who they say is illegitimate following his refusal to step down at the end of his constitutionally mandated two-term limit last December. The coalition, which includes at least several hundred fighters from numerous armed groups, has also been referred to as the Alliance of Article 64, a reference to Article 64 of the constitution, which says the Congolese people have an obligation to thwart the efforts of those who seek to take power by force or in violation of the constitution.

Others suggest this is an effort by the Congolese government to stoke further chaos and justify election delays, just as the violence in the Kasais has been used as the main excuse for why elections won’t be held before the end of 2017, as called for in the Catholic Church mediated agreement of last December.

The coalition began fighting the Congolese army in late June in Maniema province and Fizi, the southernmost territory of South Kivu, and has moved steadily north, and taken control of several villages along Lake Tanganyika in the past week. The Congolese army and United Nations peacekeepers sent in reinforcements and have kept the rebels out of the city of Uvira, a strategic trading hub.

More than 100,000 people have been displaced since the fighting began in June, and the Congolese army reportedly arrested scores of local youth suspected of having links with the coalition.

The CNPSC is led by self-proclaimed “General” William Yakutumba, commander of one of the most powerful armed groups in South Kivu, which is largely made up of ethnic Bembe fighters. His “Mai Mai Yakutumba” group has committed many abuses over the past decade, including attacks on aid workers, large-scale theft of cattle, piracy on Lake Tanganyika, and illegal exploitation of gold and taxation of the population. The group claims to represent the interests of various local ethnic groups and to protect them against those they perceive as “foreigners,” especially members of the Banyamulenge, a minority ethnic group in the province.

The CNPSC’s move on Uvira came less than two weeks after Congolese security forces used excessive force to quash a protest at a Burundian refugee camp in Kamanyola, to the north of Uvira, killing around 40 Burundian refugees and wounding more than 100 others. A security force officer was also killed.

The show of force by the CNPSC and increased armed mobilization in South Kivu around the national political crisis is a bad omen for Congo. With Kabila bent on staying in power, violence and instability will likely only increase, with ordinary civilians bearing the brunt of it. 

La RD Congo devrait libérer tous ses prisonniers politiques

De gauche à droite : Timothée Mbuya, Erick Omari, Patrick Mbuya, Jean Mulenda et Jean Pierre Tshibitshabu. Ils ont été arrêtés à Lubumbashi le 31 juillet 2017. © 2017 Privé

La République démocratique du Congo devrait remettre en liberté les nombreuses personnes qu’elle maintient en détention uniquement à cause de leurs opinions politiques ou pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement ou leur droit à la liberté d’expression.

Hier, Human Rights Watch s’est joint à 44 organisation de défense des droits humains internationales et congolaises dans un appel urgent, demandant la libération de neuf activistes pro-démocratie ou défenseurs des droits humains détenus à Lubumbashi et à Mbuji-Mayi. Human Rights Watch a publié aujourd’hui une liste détaillée de 30 personnes arrêtées entre janvier 2015 et juillet 2017 – c’est-à-dire un petit échantillon des centaines de citoyens arrêtés arbitrairement dans le cadre de la répression massive exercée contre les Congolais opposés au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Parmi ces individus, qui sont tous toujours en détention, figurent des dirigeants et des partisans de l’opposition politique, de jeunes activistes pro-démocratie ou défenseurs des droits humains, des journalistes et des personnes soupçonnées d’avoir des liens avec des dirigeants de l’opposition politique. Beaucoup d’entre eux sont détenus depuis des semaines, voire des mois, au secret, sans que des chefs d’accusation n’aient été formulés à leur encontre et sans accès à leurs familles ou à des avocats. Certains affirment avoir été maltraités ou torturés et quelques-uns souffrent de graves problèmes de santé. Beaucoup également ont été poursuivis en justice sur la base de chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces.

Cette liste n’est pas exhaustive et ne comprend que des affaires dans lesquelles Human Rights Watch a été en mesure de confirmer dans quelles circonstances l’individu a été arrêté. Des centaines d’autres manifestants et partisans de l’opposition politique ont été arrêtés au cours des trois dernières années, dont beaucoup sont toujours détenus. Du fait que Human Rights Watch n’a pas pu obtenir confirmation des motifs de leurs arrestations, ces cas supplémentaires ne sont pas inclus sur notre liste.

Human Rights Watch a également documenté les cas de 222 prisonniers arrêtés depuis janvier 2015 et qui ont été remis en liberté par la suite, souvent après des mois de détention arbitraire.

Les autorités congolaises devraient s’assurer que tous les détenus aient accès à des soins médicaux si nécessaire, aux membres de leur famille et à un avocat. Toutes les personnes détenues à cause de leurs opinions ou de leurs activités politiques pacifiques, ou à cause de leurs liens prétendus avec des dirigeants politiques d’opposition, devraient être libérées immédiatement et exonérées de tout chef d’accusation. Les autorités congolaises devraient également ouvrir des enquêtes, puis sanctionner et poursuivre en justice de manière appropriée les responsables des forces de sécurité, des services de renseignement et du gouvernement qui sont impliqués dans des cas d’arrestation et de détention illégale, de mauvais traitements ou de tortures, et d’ingérence politique dans des procédures judiciaires.

La liste des prisonniers politiques dressée par Human Rights Watch peut être consultée en suivant ce lien.  

Congo Should Release All Political Prisoners

From left to right: Timothée Mbuya, Erick Omari, Patrick Mbuya, Jean Mulenda, and Jean Pierre Tshibitshabu. They were arrested in Lubumbashi on July 31, 2017. © 2017 Private

The Democratic Republic of Congo should release the dozens of people detained simply because of their political views or for exercising the rights to peaceful protest or free expression.

Yesterday, Human Rights Watch joined 44 international and Congolese rights organizations in an urgent appeal, calling for the release of nine human rights and pro-democracy activists detained in Lubumbashi and Mbuji-Mayi. Human Rights Watch also published a list list today, detailing 30 people arrested between January 2015 and July 2017 – a small sample of the hundreds arbitrarily arrested in the sweeping crackdown of those opposed to President Joseph Kabila’s extending his hold on power.

These individuals, who are all still in detention, include political opposition leaders and supporters, human rights and pro-democracy youth activists, journalists, and those suspected of having links to political opposition leaders. Many have been held for weeks or months in secret detention, without charge and without access to families or lawyers. Some allege they were mistreated or tortured and some are suffering serious health complications. Many were put on trial on trumped-up charges.

This list is not exhaustive and only includes cases in which Human Rights Watch was able to confirm the circumstances of arrest. Hundreds of other protesters and political opposition supporters have been arrested over the past three years, many of whom remain in detention. Because Human Rights Watch has not confirmed the grounds for their arrests, these additional cases are not included in our list.

Human Rights Watch has also documented the cases of 222 prisoners arrested since January 2015 who were subsequently released, often after months of arbitrary detention.

Congolese authorities should ensure all detainees have access to necessary medical care, their family members, and a lawyer. All those detained because of peaceful political views or activities or alleged connections to political opposition leaders should be released immediately and cleared of all charges. Congolese authorities should also investigate and appropriately sanction and prosecute security force, intelligence, and government officials implicated in cases of illegal arrest and detention, mistreatment or torture, and political interference in judicial proceedings.

Human Rights Watch’s list of political prisoners in detention can be found here.  

Detained Opposition Leader Forcibly Removed from Hospital

Opposition leader Franck Diongo in Kinshasa’s central prison, Democratic Republic of Congo. © 2017 Private

Congolese opposition leader Franck Diongo has told Human Rights Watch that Congolese military intelligence officials and Republican Guard soldiers removed the intravenous drip and dragged him out of his hospital bed in Kinshasa, capital of the Democratic Republic of Congo, last Thursday, August 31. Diongo was then taken back to Kinshasa’s central prison.

Diongo, who appeared to be in a seriously weakened state when he spoke to Human Rights Watch, said that the Republican Guard and military intelligence soldiers showed no documents and did not speak to the doctors before forcing him to leave the hospital. In a letter sent on Sunday to a doctor who treated him in the past, quoted by Actualité.cd, Diongo writes that he “vomits blood” and suffers from “severe headaches and stomach pains,” and asks to be returned to the hospital. Denial of medical care in such cases amounts to cruel and inhuman treatment in violation of the Convention Against Torture, to which Congo is a party.

Diongo is president of the opposition party Movement of Progressive Lumumbists (MLP), part of the Rassemblement opposition coalition. He was a member of parliament at the time of his arrest.

Authorities in Kinshasa arrested Diongo on December 19, 2016, the last day of President Joseph Kabila’s second and final term in office, after Diongo and his colleagues allegedly apprehended, held, and beat three Republican Guard soldiers wearing civilian clothes. Diongo said he feared they had been sent to attack him. “Security forces staged a stunt to arrest me,” he later told us.

Diongo was detained in several locations and says he was severely beaten in the following days, including at the Tshatshi military camp and the military intelligence headquarters in Kinshasa. According to the United Nations, Diongo was “subjected to cruel, inhumane or degrading treatments” while he was held by military intelligence officers.

Congo’s Supreme Court of Justice sentenced Diongo to five years in prison on December 28, 2016, following a hasty trial that he attended in a wheelchair and on an intravenous drip, which his lawyers said was due to the treatment he endured during arrest and detention. According to Diongo and his lawyers, this amounted to torture. Diongo was convicted of “aggravated arbitrary arrest” and “illegal detention.” As a member of parliament, Diongo was tried by the Supreme Court; he has no possibility to appeal the judgement.

After his conviction, Diongo was sent to Kinshasa’s central prison, still in a wheelchair. As Diongo’s health continued to deteriorate, the doctor treating him in prison submitted a report to the prison’s director, who then wrote to the minister of justice, asking for Diongo to be treated in a specialized hospital. Diongo was finally transferred to the Centre Médical de Kinshasa on August 18. As his treatment was ongoing, Diongo was then forcibly removed from this hospital last Thursday.

In June, Diongo’s lawyers submitted a request in his name to the UN Working Group on Arbitrary Detention. The document, seen by Human Rights Watch, argues that Congolese authorities did not respect minimum fair trial standards and that Diongo was targeted because of his political opinions. They also made the case that Diongo’s right to his conviction and sentence being reviewed by a higher tribunal was violated given that he was convicted in the first and last instance by the Supreme Court. If the Group decides that “the arbitrary nature of the deprivation of liberty is established,” it will render an opinion to that effect and make recommendations to the Congolese government.

Diongo also faced problems attempting to register to vote, which would be a pre-condition for him to run again for parliament or another office. On June 21, when other prisoners were registering to vote, the director of the voter registration center at Kinshasa’s central prison did not allow Diongo to register, without offering any reason. While Diongo’s conviction stripped him of his status as a member of parliament, he did not lose his civil and political rights, including the right to register to vote.

“The members of my political party and myself are victims of persecution and harassment,” Diongo told Human Rights Watch. “I am a fierce opponent who refused to participate in the two dialogues with Joseph Kabila … knowing that President Kabila is not a sincere person, and that he’d only want to buy time to extend his presidency.”

Congolese authorities should urgently ensure that Diongo is given the medical care he needs, that he can register to vote like other Congolese citizens, and that the legality and necessity of his detention are reviewed, given the serious irregularities and mistreatment surrounding his case.

Across the Democratic Republic of Congo, dozens of political opposition members and activists are in detention for participating in peaceful demonstrations, speaking out against election delays, or criticizing government policies. Many have been held in secret detention without charge or access to family or lawyers. Others have been put on trial on trumped-up charges. Many suffer regular beatings and horrendous living conditions, which have received little international attention.

L’opposant Diongo enlevé de force de l’hôpital

Le leader d’opposition Franck Diongo à la prison centrale de Kinshasa, en RD Congo. © 2017 Privé

Le leader d’opposition congolais Franck Diongo a déclaré à Human Rights Watch que des responsables du renseignement militaire congolais et des militaires de la Garde républicaine avaient retiré sa perfusion intraveineuse et l’avaient l’arraché à son lit d’hôpital à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, jeudi dernier, 31 août. Franck Diongo a ensuite été reconduit à la prison centrale de Kinshasa.

Franck Diongo, qui semblait sérieusement affaibli lorsqu’il s’est entretenu avec Human Rights Watch, a dit que les soldats de la Garde républicaine et du renseignement militaire n’avaient présenté aucun document et n’avaient pas parlé aux médecins avant de le forcer à quitter l’hôpital. Dans une lettre envoyée dimanche à un médecin qui l’avait soigné dans le passé, dont des extraits ont été publiés par Actualité.cd, Diongo écrit qu’il souffre notamment de « vomissement de sang », ainsi que de « maux de tête et d’estomac aigus », et demande la reprise de son traitement. Le refus de soins médicaux dans de tels cas équivaut à un traitement cruel et inhumain, en violation de la Convention contre la torture, à laquelle la RD Congo est partie.

Franck Diongo est le président du parti d’opposition Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), un membre de la coalition d’opposition du Rassemblement. Il était député national au moment de son arrestation.

Les autorités à Kinshasa ont arrêté Franck Diongo le 19 décembre 2016, le dernier jour du second et dernier mandat du président Joseph Kabila, après que Franck Diongo et ses collègues auraient appréhendé, détenu et battu trois militaires de la Garde républicaine habillés en civil. Diongo a expliqué qu’il craignait qu’ils n’aient été envoyés pour l’attaquer. « Les forces de sécurité ont monté un coup pour m’arrêter », nous a-t-il dit plus tard.

Franck Diongo a été détenu dans plusieurs endroits et affirme qu’il a été sévèrement battu les jours suivants, y compris au camp militaire Tshatshi et au siège du renseignement militaire à Kinshasa. Selon les Nations Unies, Franck Diongo a été « soumis à des traitements cruels, inhumains ou dégradants » lorsqu’il était détenu par des agents du renseignement militaire.

La Cour suprême de justice de la RD Congo a condamné Franck Diongo à cinq ans de prison le 28 décembre 2016, à la suite d’un procès expéditif lors duquel il a comparu en fauteuil roulant et sous perfusion intraveineuse, ce qui selon ses avocats était dû aux mauvais traitements subis lors de son arrestation et de sa détention. Selon Franck Diongo et ses avocats, ceci était constitutif de tortures. Franck Diongo a été condamné pour « arrestation arbitraire aggravées » et « détention illégale ». En tant que député national, Franck Diongo a été jugé par la Cour suprême ; il n’a pas la possibilité de faire appel du jugement. 

Après sa condamnation, Franck Diongo a été conduit à la prison centrale de Kinshasa, alors qu’il était toujours en chaise roulante. Alors que la santé de Franck Diongo continuait à se dégrader, le médecin le traitant en prison a soumis un rapport au directeur de la prison, qui a ensuite écrit au ministre de la justice, demandant que Franck Diongo soit soigné dans un hôpital spécialisé. Franck Diongo avait finalement été transféré au Centre médical de Kinshasa le 18 août. Alors que son traitement était en cours, Franck Diongo a été enlevé de force de son hôpital jeudi dernier.

En juin, les avocats de Franck Diongo ont soumis une communication en son nom au Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. Le document, consulté par Human Rights Watch, soutient que les autorités congolaises n’ont pas respecté les garanties relatives au droit au procès équitable et que Franck Diongo a été ciblé en raison de son opinion politique. Les avocats ont également mis en avant que le droit de Franck Diongo de faire examiner sa déclaration de culpabilité par une juridiction supérieure avait été violé, étant donné qu’il avait été condamné par la Cour suprême siégeant en premier et dernier ressort. Si le Groupe estime que « le caractère arbitraire de la privation de liberté est établi », il rendra un avis dans ce sens et fera des recommandations au gouvernement congolais.

Franck Diongo a également connu des difficultés alors qu’il tentait de se faire enrôler, ce qui constitue une précondition pour lui permettre de se présenter aux élections législatives ou à d’autres élections. Le 21 juin, alors que d’autres prisonniers se faisaient enrôler, le directeur du centre d’enrôlement de la prison n’a pas autorisé Franck Diongo à se faire enrôler, sans donner aucune raison. Si la condamnation de Franck Diongo lui a fait perdre son statut de député national, il n’a pas été déchu de ses droits civils et politiques, y compris le droit de s’inscrire sur les listes électorales.

« Les membres de mon parti politique et moi-même sommes victimes d’une persécution et d’un acharnement », a déclaré Franck Diongo à Human Rights Watch. « Je suis un opposant farouche qui a refusé de participer aux deux dialogues avec Joseph Kabila … sachant que le président Kabila n’est pas une personne sincère, ne voulant que gagner du temps pour prolonger son mandat. »

Les autorités congolaises devraient de manière urgente faire en sorte que Franck Diongo reçoive les soins médicaux dont il a besoin, qu’il soit autorisé à se faire enrôler comme les autres citoyens congolais, et que la légalité et la nécessité de sa détention soient réexaminées, étant donné les graves irrégularités et les mauvais traitements entourant son cas.

À travers la République démocratique du Congo, des dizaines de membres de l’opposition et d’activistes sont détenus pour avoir participé à des manifestations pacifiques, s’être opposés au report des élections, ou avoir critiqué des politiques du gouvernement. Beaucoup sont détenus au secret sans inculpation ni accès à leur famille ou à des avocats. D’autres sont jugés sur base d’accusations forgées de toutes pièces. Beaucoup souffrent de passages à tabac réguliers et de conditions de vie épouvantables, qui passent largement inaperçus dans le monde extérieur.

‘Manifesto of the Congolese Citizen’ Calls for a Transition without Kabila

Leaders of citizens’ movements, civil society organizations, Catholic Church representatives, and other independent Congolese leaders launch the “Manifesto of the Congolese Citizen,” in Paris, August 18, 2017. © 2017 Private

Today, about 40 leaders of citizens’ movements, civil society organizations, Catholic Church representatives, and other independent Congolese leaders launched the “Manifesto of the Congolese Citizen,” following a three-day meeting in Paris to discuss the “return of constitutional order” to the Democratic Republic of Congo.

The two-page document makes the case that President Joseph Kabila has violated the country’s constitution by using “force and financial corruption” to stay in power and “entrench his regime of depredation, pauperization, and the pillaging of the country’s resources for the benefit of himself, his family, his sycophants, and his foreign allies in Africa and beyond.”

It further states that Kabila and a “group of individuals” have “deliberately refused to organize elections,” in defiance of the constitution’s two-term presidential term limit and the Catholic-Church mediated New Year’s Eve agreement, a power-sharing deal calling for elections to be held by December 2017. In doing so, “zones of insecurity” and “deadly tragedies” have emerged across the country, “as part of a clear objective” to declare a “state of emergency” and delay elections, while “terror has once again become the preferred method of government, making it impossible for the Congolese people to claim their rights,” according to the document.

The manifesto calls on the Congolese people “to perform their sacred duty, using peaceful and non-violent means, to thwart President Joseph Kabila’s attempt to remain in power after December 31, 2017, in application of Article 64 of the constitution.” It “demands the resignation” of Kabila and calls for a “citizens’ transition” whose primary objective would be the organization of credible elections, and which would be led by leaders who could not be candidates in the future elections and who would be appointed after national consultations.

The document also called for the immediate and unconditional release of political prisoners and the reopening of media outlets, and for security forces to “protect” citizens and not allow themselves to be “used as instruments of repression.”

“All citizens of Congo” are called upon to “adhere massively” to the manifesto, and to “participate actively in the campaign of peaceful and non-violent actions to bring about a return to constitutional, democratic order.”

Finally, the document calls for a “new system of governance … built on an independent judiciary, security services who are there to protect our citizens, free expression of our constitutional freedoms, transparent and fair management of all national resources, and strong and democratic institutions that put the interests of the Congolese citizen at the heart of every political initiative.”

The participants at the Paris meeting, which was initiated by the Institute for Democracy, Governance, Peace, and Development in Africa, also worked to develop an “action plan” for peaceful mobilization.

Un ‘manifeste du citoyen congolais’ appelle à une transition sans Joseph Kabila

Des leaders de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile, des représentants de l'Église catholique, et d’autres leaders congolais indépendants lancent le « Manifeste du citoyen congolais », à Paris, le 18 août 2017. © 2017 Private

Aujourd’hui, une quarantaine de leaders de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile, de représentants de l’Église catholique, et d’autres leaders congolais indépendants ont lancé le « Manifeste du citoyen congolais », après une réunion de trois jours à Paris pour discuter du « retour de l’ordre constitutionnel » en République démocratique du Congo.

Le document de deux pages soutient que le président Joseph Kabila a violé la constitution du pays par « la violence des armes et la corruption financière » pour se maintenir au pouvoir et « asseoir durablement son régime de prédation, de paupérisation et de pillage des ressources du pays à son bénéfice personnel, celui de sa famille, de ses courtisans et de ses alliés étrangers tant en Afrique qu’à travers le monde. »

Il soutient en outre que Joseph Kabila et « un groupe d’individus » ont « volontairement refusé d’organiser les élections », en contradiction avec la limite de deux mandats présidentiels inscrite dans la constitution et avec l’accord de la Saint-Sylvestre, conclu sous l’égide de l’Église catholique, un accord de partage du pouvoir appelant à la tenue des élections au plus tard en décembre 2017. Ainsi, des « zones d’insécurité » et des « tragédies meurtrières » ont émergé à travers le pays, « dans le but de décréter indûment l’état d’urgence » et de retarder les élections, alors que « la terreur est devenue un mode de gouvernance qui empêche le peuple congolais de revendiquer ses droits », selon le document.

Le manifeste appelle le peuple Congolais à « user de son devoir sacré de faire échec, avec des moyens pacifiques et non-violents, à la tentative du Président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà du 31 décembre 2017 en application de l’article 64 de la Constitution ». Il « exige le départ » de Joseph Kabila et appelle à une « transition citoyenne » dont l’objectif principal serait l’organisation d’élections crédibles, et qui serait dirigée par des leaders qui ne seraient pas candidats aux futures élections et qui seraient désignés au terme de consultations nationales.

Le document a aussi appelé à la libération immédiate et sans condition des prisonniers politiques et à la réouverture des médias fermés, et demande aux forces de sécurité d’assurer la « protection » des citoyens, et de ne pas « servir d’instrument de répression ».

« Tous les Congolais » sont alors appelés à « adhérer massivement » au manifeste, et à « prendre part active à la grande campagne d’actions pacifiques et non violentes devant mener au retour de l’ordre démocratique constitutionnel ».

Enfin, le document appelle à « un nouveau système de gouvernance, basé sur une justice indépendante, des services de sécurité protégeant les citoyens, assurant l’exercice effectif des libertés constitutionnelles, garantissant une gestion transparente et équitable de toutes les ressources nationales, des institutions fortes et démocratiques mettant les intérêts des citoyens Congolais au centre de tout projet politique ».

Les participants à la réunion de Paris, conviés par l’Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique (IDGPA), ont également travaillé à l’élaboration d’un « plan d’action » pour une mobilisation pacifique.

---------

À lire aussi :

Actualité.CD

 

Confusion autour de manifestations d’une secte en RD Congo qui ont fait au moins 27 morts

Au moins 27 personnes ont été tuées au cours d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité en République démocratique du Congo lundi, alors que des partisans de Bundu dia Kongo (BDK), une secte politico-religieuse, sont descendus dans la rue à Kinshasa et dans la province du Kongo central.

Selon des témoins, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur les foules, touchant des manifestants et des passants.

Les manifestants protestaient ostensiblement contre le refus du Président Joseph Kabila de quitter ses fonctions à la fin de son deuxième et dernier mandat autorisé par la Constitution. Cependant, l’opposition politique et des sources bien placées soutiennent que les autorités ont autorisé les manifestations dans le but de créer le chaos et une répression qui justifieraient l’imposition de nouveaux retards dans l’organisation des élections.

Des habitants du quartier autour de la prison centrale de Kinshasa, dans la commune de Selembao, ainsi que d’autres personnes des communes de Bumbu, Kimbaseke, Matete, Masina, N’djili, Ngaliema et Ngiri-Ngiri, ont indiqué à Human Rights Watch qu’ils avaient entendu des coups de feu ou vu des manifestants défiler dans les rues à partir de 9h du matin. Dans le Kongo central, des manifestations ont eu lieu à Matadi, la capitale provinciale, ainsi qu’à Boma, Kimpese, Kinzau-Mvuete, Kisantu, Kwilu-Ngongo, Lukula et Muanda.

Des groupes de manifestants portant des bandeaux rouges autour de la tête et tenant des bâtons et des coques de noix de palme ont défilé sur certaines artères de Kinshasa et de villes du Kongo central, chantant des slogans hostiles à Kabila. Selon une communication de la police, des « assaillants » étaient armés de fusils et d’armes blanches. Certains manifestants à Kinshasa tenaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Le Congo aux congolais, le Rwanda au Rwandais » et « Hyppolite Kanambe, alias Kabila, et ses frères, dehors !, » –  une référence aux allégations faites par certains partisans de BDK et d’autres personnes, selon lesquelles Kabila ne serait pas d’origine congolaise. Des signes appelant « Kabila et les rwandais » à quitter la RD Congo ont aussi été aperçus dans le Kongo central, y compris à Boma, Kwilu-Ngongo et Lukula. (Les messages xénophobes qui constituent une incitation à la violence ou à la discrimination devraient être pénalement poursuivis.)

Les manifestations semblent avoir été suscitées par un ultimatum lancé par le leader de BDK, Ne Muanda Nsemi, fin juin. Nsemi, qui avait été arrêté le 3 mars 2017 et inculpé entre autres pour incitation à la haine tribale et à des actes de violence, et pour outrage au Chef de l’État, s’est évadé de la prison centrale de Kinshasa au cours d’une évasion massive de la prison en mai, et le lieu où il se trouve demeure inconnu. Dans un message vidéo partagé sur les réseaux sociaux qui semble avoir été filmé le 27 juin, Nsemi a appelé « les rwandais et le président Kabila » à quitter la RD Congo avant le 7 août, menaçant que ses partisans appliqueraient « la loi divine qui dit œil pour œil, dent pour dent », s’ils ne se conformaient pas à ces exigences.

La recherche de Human Rights Watch indique qu’au moins 23 personnes ont été tuées à Kinshasa lors des manifestations de lundi, y compris 11 membres de BDK et 10 passants apparents abattus par les forces de sécurité, ainsi que deux policiers tués par des manifestants. Dans le Kongo central, au moins deux membres de BDK ont été tués à Matadi, ainsi qu’un membre de BDK et un policier militaire à Muanda. Human Rights Watch a reçu des rapports supplémentaires non vérifiés d’autres personnes tuées dans la province du Kongo central et à Kinshasa.

Un témoin à Kinshasa a déclaré que des membres de BDK avaient encouragé des personnes à les suivre pour « chasser » Kabila du pouvoir, demandant aux hommes de mettre du sable dans les poches de leur pantalon et aux femmes d’en mettre dans leur pagne, supposément pour les rendre invincibles aux balles. Alors que les manifestants défilaient dans la commune de Selembao, la police a tiré en l’air pour les disperser. L’un des manifestants a lancé une coque de noix de palme, à l’aide d’un bâton, en direction d’un officier de police. L’officier de police a été atteint à la tête et tué. Un autre témoin à Kinshasa a déclaré que des officiers de la police militaire avaient abattu quatre personnes dans le Marché de la Liberté, dans la commune de Masina, peu après que des membres de BDK soient passés par le marché. La police a d’abord tiré en l’air pour disperser les manifestants, et ensuite, des militaires sont arrivés et ont tiré à bout portant sur la foule de vendeurs du marché et d’acheteurs en débandade.

Plusieurs groupes de manifestants ont été autorisés à manifester sans interférence, encadrés par des membres des forces de sécurité congolaise qui n’ont fait aucun effort pour bloquer ou arrêter les manifestations, selon des témoins, ainsi que des photos et des séquences vidéo que nous avons visionnées. Ceci présentait un contraste flagrant avec d’autres manifestations planifiées récemment, y compris les manifestations nationales du 31 juillet, appelées par une coalition de mouvements citoyens et d’organisations de défense des droits humains connue sous le nom de Collectif d’actions de la société civile (CASC), et soutenue par de nombreux partis d’opposition. Dans ce cas, les forces de sécurité s’étaient déployées lourdement à l’avance pour empêcher le déroulement des manifestations, avaient fait usage de gaz lacrymogènes et tiré à balles réelles pour disperser ceux qui manifestaient, et avaient arrêté au moins 128 personnes à travers le pays.

De la même façon, avant les ‘villes mortes’, ou grèves générales, appelées par la coalition d’opposition du Rassemblement à se tenir mardi et mercredi, les forces de sécurité se sont déployées lourdement dans les principales villes de la RD Congo dès le petit matin pour dissuader toute personne de manifester dans la rue. Le gouvernement congolais a même demandé aux compagnies de télécommunication de restreindre l’accès aux réseaux, dans une tentative apparente d’empêcher les gens de partager ou de publier des photos de villes vides à Kinshasa et dans d’autres villes ou la ‘ville morte’ a été respectée.

La volonté inattendue des autorités congolaises de ne pas empêcher les manifestations de lundi a suscité des allégations selon lesquelles le gouvernement aurait cherché à créer une situation qui entrainerait des restrictions encore plus fortes aux manifestations et à l’espace politique, ainsi que de nouveaux retards dans l’organisation des élections. Selon une déclaration du porte-parole du leader d’opposition et candidat à la présidence Moïse Katumbi, les manifestations de lundi et les violences qui en ont découlé auraient été pensées par le gouvernement pour « faire régner le chaos » afin d’« instaurer l’état d’urgence ».

Un individu proche des forces de sécurité a affirmé à Human Rights Watch que les manifestations et les attaques de lundi n’étaient « que du théâtre ; l’objectif est de créer les chaos partout ». Il a allégué, bien que nous ne soyons pas en mesure de le confirmer, que des militaires s’étaient mêlés aux vrais partisans de BDK, et que les forces de sécurité avaient reçu pour ordre de laisser « libre passage » aux manifestants. Il a déclaré que les autorités avaient l’intention d’utiliser le prétexte du mouvement BDK « pour créer une milice que le gouvernement pourra attaquer. Ce qu’ils ont fait avec les Kamuina Nsapu dans les Kasaïs, à présent ils le feront [au Kongo central] ». Il a également soutenu que « les officiers de police et les militaires qui ont été tués ou blessés n’avaient pas été informés de l’opération à l’avance ».

Au cours d’une cérémonie officielle à Kinshasa mercredi avec entre autres les ministres de la défense, de l’intérieur, et des communications, ainsi que l’administrateur général de l’agence nationale de renseignement (ANR), la police a présenté 31 suspects des manifestations de lundi, qu’ils ont accusés d’avoir tenté un « coup d’État ». Le porte-parole de la police a aussi déclaré que 19 personnes avaient été tuées au cours des violences de lundi, et sept autres blessées.

Des enquêtes menées promptement et impartialement sont nécessaires pour déterminer qui est responsable des pertes de vies de lundi. La violence par les manifestants ou l’usage excessif de la force par les forces de sécurité ne devraient pas être tolérés, et les personnes responsables devraient être tenues de rendre des comptes comme il convient.

Confusion Surrounds DR Congo Sect Protests Leaving at Least 27 Dead

At least 27 people were killed in clashes between demonstrators and security forces in the Democratic Republic of Congo on Monday, as supporters of Bundu dia Kongo (BDK), a political religious sect, took to the streets in Kinshasa and Kongo Central province.

Ne Muanda Nsemi, the leader of Bundu dia Kongo (BDK). © 2015 Radio Okapi/Ph. John Bompengo

According to witnesses, security forces fired live ammunition into crowds, hitting demonstrators and bystanders.

The demonstrators were ostensibly protesting President Joseph Kabila’s refusal to step down at the end of his constitutionally mandated two-term limit. However, the political opposition and well-placed sources contend that the authorities allowed the protests with the aim of creating chaos and repression that would justify the imposition of further election delays.

Residents from the area surrounding Kinshasa’s central prison in Selembao neighborhood and others in Bumbu, Kimbaseke, Matete, Masina, N’djili, Ngaliema, and Ngiri-Ngiri neighborhoods told Human Rights Watch they either heard gunshots or saw protesters marching through the streets beginning about 9 a.m. In Kongo Central, protests were held in the provincial capital, Matadi, as well as in Boma, Kimpese, Kinzau-Mvuete, Kisantu, Kwilu-Ngongo, Lukula, and Muanda.

Groups of protesters wearing red bandanas and holding sticks and palm nut husks marched along the main roads of Kinshasa and towns in Kongo Central, while chanting slogans hostile to Kabila. According to a police statement, “assailants” carried shotguns and crude weapons. Some of the protesters in Kinshasa held banners that read: “Congo for Congolese, Rwanda for Rwandans,” and “Hyppolite Kanambe alias Kabila and his brothers, get out!” – a reference to allegations by some BDK members and others that Kabila is not of Congolese origin. Signs calling on “Kabila and Rwandans” to leave Congo were also seen in Kongo Central, including in Boma, Kwilu-Ngongo, and Lukula. (Xenophobic messages that amount to incitement to violence or discrimination should be criminally prosecuted.)

The protests appeared to have been prompted by an ultimatum issued by the BDK leader, Ne Muanda Nsemi, in late June. Nsemi, who had been arrested on March 3, 2017 and charged with incitement to tribal hatred and violence, and insulting the head of state, among other charges, escaped from Kinshasa’s central prison during a massive prison break in May, and his whereabouts are unknown. In a video message shared on social media that appears to have been filmed on June 27, Nsemi called on “the Rwandans and President Kabila” to leave Congo before August 7, threatening that his supporters would apply the “divine law” of “an eye for an eye, and a tooth for a tooth,” if they failed to comply.

Human Rights Watch research found that at least 23 people were killed in Kinshasa during Monday’s protests, including 11 BDK members and 10 apparent bystanders shot dead by security forces, and two police officers killed by the protesters. In Kongo Central, at least two BDK members were killed in Matadi, and one BDK member and a military police officer in Muanda. Human Rights Watch has received additional unverified reports of others killed in Kongo Central province and Kinshasa.

A witness in Kinshasa said BDK members had encouraged people to follow them to “chase” Kabila from power, asking the men to put sand in their trousers’ pockets and the women to put sand in their underwear, supposedly to make them invincible to bullets. While the protesters were marching in Selembao neighborhood, police fired in the air to disperse them. One of the protesters launched a palm nut shell, using a stick, at a police officer. The police officer was hit in the head and killed. Another witness in Kinshasa said military police officers shot dead four people in the Marché de la Liberté, a market in Masina neighborhood, soon after BDK members had marched through the market. The police first shot in the air to disperse demonstrators, and then soldiers arrived and fired at point-blank range into the crowd of market vendors and shoppers fleeing the commotion.  

Several groups of protesters were allowed to demonstrate without interference, accompanied by members of the Congolese security forces who made no effort to block or stop the protests, according to witnesses and photographs and video footage we reviewed. This was in stark contrast to other recent planned protests, including the July 31 nationwide protests called for by a coalition of citizens movements and human rights organizations known as the Collective of Civil Society Actions (CASC), and supported by many opposition parties. In that instance, security forces deployed heavily in advance to prevent the protests from going forward, fired teargas and live bullets to disperse those who protested, and arrested at least 128 people across the country.

Similarly, in advance of the “ville morte,” or general strike, called for on Tuesday and Wednesday by the Rassemblement opposition coalition, security forces deployed heavily in Congo’s main cities from the early hours to try to deter anyone from protesting in the streets. The Congolese government even instructed telecommunications companies to restrict social media access, in an apparent effort to prevent people from sharing or posting photographs of the empty streets in Kinshasa and other towns where the ville morte was respected.

The unexpected willingness of the Congolese authorities not to prevent Monday’s protests sparked allegations that the government sought to create a situation that would lead to even tighter restrictions on demonstrations and political space and further delays in the organization of elections. According to a statement by opposition leader and presidential aspirant Moïse Katumbi’s spokesperson, Monday’s demonstrations and resulting violence was intended by the government to “create chaos” and “impose a state of emergency.”

An individual close to the security forces told Human Rights Watch that the protests and attacks on Monday were “all theater; the goal is to create chaos everywhere.” He alleged, though we could not confirm, that soldiers were mixed in with real BDK supporters, and security forces had been instructed to give “free passage” to demonstrators. He said that the authorities intended to use the pretext of the BDK movement “to create a militia that the government can attack. What they did with the Kamuina Nsapu in the Kasais, now they’ll do in [Kongo Central].” He said that the “police officers and soldiers who were killed or injured hadn’t been informed of the operation in advance.”

In an official ceremony in Kinshasa on Wednesday with the ministers of defense, interior, and communications, and the head of the national intelligence agency (ANR), among others, the police presented 31 suspects from Monday’s protests who they alleged had attempted a “coup d’état.” The police spokesperson also said that 19 people were killed during Monday’s violence and seven others wounded.

Prompt and impartial investigations are needed to determine who was responsible for Monday’s loss of life. Violence by protesters or the excessive use of force by the security forces should not be tolerated, and those responsible should be appropriately held to account.

Crackdown on Students, Opposition as Government Blames Them for Kinshasa Attacks

Last Friday, 15 alleged perpetrators of a slew of recent attacks in Kinshasa – including the assault on the city’s central prison in May, which allowed some 4,000 prisoners to escape – were paraded before the media at police headquarters. The ceremony was attended by numerous, high-ranking officials in the Democratic Republic of Congo – including the director of the national intelligence agency (ANR), the national police commissioner, the prosecutor general, the governor of the city of Kinshasa, the vice prime minister and interior minister, the justice minister, and the government spokesperson.

On July 21, 2017, Congolese police shot live rounds and used tear gas to disperse students at the University of Kinshasa who protested against the kidnapping of fellow students the day before.  © 2017 Private

Many of the alleged perpetrators are members of the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) opposition political party of the late Etienne Tshisekedi. Human Rights Watch has documented numerous cases over the past two months of UDPS members who were victims of illegal arrests or enforced disappearances. At least four of the individuals presented to the press in Friday’s ceremony were among the cases we documented; until that day, their families did not even know where their loves ones were being held or if they were even still alive.

Ben Tshimanga, a student at Kinshasa’s Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM), was also in the group of 15. In the early evening on July 20, military intelligence officers wearing civilian clothes with masks covering their faces approached Tshimanga and a group of his friends while they were chatting outside a dormitory at the University of Kinshasa (UNIKIN), the students later told us. Tshimanga at first managed to escape, but the officers grabbed two of his friends, threw them into a black jeep, and drove away. Tshimanga was then arrested later in the evening and taken to an unknown location.

One of the friends, Freddy Likambelo, a student at UNIKIN, was taken to a military detention center at Camp Kokolo, he later told us. The other, Aimée Lowadji, a nurse and former ISTM student who lives with her aunt at the UNIKIN campus, was detained at the provincial police headquarters, she told us later. Tshimanga, Likambelo, and Lowadji are all members of the UDPS. Lowadji and Likambelo also hold positions with the Mouvement des Tshikedistes pour le Changement (MTC), an international network of UDPS supporters.

When other students learned of the arrests that evening, they started to protest but were quickly dispersed by security forces who arrived and fired live bullets in the air, according to several students who were present. The next morning, a larger crowd of students gathered in front of the university’s administrative building, demanding the release of their fellow students and chanting hostile slogans about President Joseph Kabila, who has held on to power beyond the end of his constitutionally mandated two-term limit. Some students threw rocks at the university’s administrative building, shattering its windows, and burned vehicles parked nearby, witnesses said.

Five police jeeps soon arrived at the scene, and police officers fired live bullets and teargas at the protesters. Some students responded by throwing rocks in the direction of the police officers. Several students who appeared to have been hit by bullets were quickly evacuated by the police, according to witnesses. Many other students were beaten by the police or arrested.

On July 21, 2017, Congolese police shot live rounds and used tear gas to disperse students at the University of Kinshasa who protested against the kidnapping of fellow students the day before.  © 2017 Private

Likambelo was released soon after the protest on July 21, and Lowadji was freed on July 22. “Someone in a face mask interrogated me,” Likambelo later told us. “He asked if I knew the reason for my arrest, and I said no. Then he threatened me but let me go. He said they were only releasing me because I’m popular and my colleagues had demonstrated for my release, but he warned that they’d be watching me closely.”

Tshimanga had been held in detention at an unknown location, without access to his family or lawyer, until he reappeared Friday, his family said.

The accusations made by intelligence and police officials at Friday’s ceremony contradict earlier claims by Congo’s justice minister and the government spokesperson, who blamed the attack on Kinshasa’s prison on followers of the Bundu dia Kongo politico-religious sect.

The officials at Friday’s ceremony did not present any evidence or explanation indicating how or why Tshimanga and the others would have orchestrated these attacks. Many fear that the charges are baseless and were brought as part of an effort to silence the political opposition and their supporters. There are also concerns that these accusations might be intended to lay the groundwork for future judicial proceedings against UDPS party leaders and other members.

During Friday’s ceremony, the police also announced they were looking for other suspected assailants still at large and that a payment of US $2,000 would be made to anyone who turned in one of the suspects alive. They cited the names of some of those they were looking for, including the pro-democracy youth activist and former member of the UDPS youth league Rossy Mukendi. Mukendi had been arrested previously on May 17, 2017, with 13 other youth activists who were protesting the bad state of the roads in their neighborhood in Kinshasa. The 13 others were released two days later, while Mukendi was held at a military intelligence detention center, without charge and without access to his family or lawyer, until he was released on June 15.

Congolese authorities should either urgently release Tshimanga and other opposition and pro-democracy activists, or promptly charge them with a credible offense and ensure they are given a fair and credible trial, free of political interference. 

Répression contre des étudiants et membres de l'opposition accusés par le gouvernement d'être responsables des attaques de Kinshasa

Vendredi dernier, 15 auteurs présumés d’une série d’attaques récentes à Kinshasa – notamment l’assaut contre la prison centrale de la ville en mai, qui a permis à quelques 4 000 prisonniers de s’évader – ont été présentés aux médias au quartier général de la police. De nombreux hauts fonctionnaires de la République démocratique du Congo étaient présents lors de la cérémonie, notamment l'administrateur général de l’agence nationale de renseignement (ANR), le commissaire général de la police, le procureur général de la République, le gouverneur de la ville de Kinshasa, le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, le ministre de la Justice et le porte-parole du gouvernement.

Le 21 juillet 2017, la police congolaise a tiré à balles réelles et a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les étudiants à l’Université de Kinshasa qui manifestaient contre l’enlèvement de leurs camarades la veille. © 2017 Privé

Nombre des auteurs présumés sont membres du parti politique d’opposition Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de feu Étienne Tshisekedi. Human Rights Watch a documenté de nombreux cas au cours des deux derniers mois de membres de l’UDPS qui ont été victimes d’arrestations illégales ou de disparitions forcées. Au moins quatre des individus présentés à la presse lors de la cérémonie de vendredi figuraient parmi les cas que nous avons documentés ; jusqu’à ce jour-là, leurs familles ne savaient même pas où leurs proches étaient détenus, ni même s’ils étaient encore en vie.

Ben Tshimanga, étudiant de l’Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM) de Kinshasa, faisait partie de ce groupe de 15 personnes. En début de soirée le 20 juillet, des agents du renseignement militaire portant des vêtements civils et le visage masqué se sont approchés d’un groupe composé de Tshimanga et de ses amis pendant qu’ils discutaient à l’extérieur d’un dortoir à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), nous ont déclaré ensuite les étudiants. Tshimanga a tout d’abord réussi à s’échapper, mais les agents se sont saisis de deux de ses amis, les ont poussés dans une jeep noire et sont partis. Tshimanga a été arrêté plus tard dans la soirée et emmené vers une destination inconnue.

L’un de ses amis, Freddy Likambelo, étudiant à l’UNIKIN, a été conduit dans un centre de détention militaire, nous a-t-il expliqué plus tard. L’autre, Aimée Lowadji, infirmière et ancienne étudiante de l’ISTM vivant avec sa tante sur le site de l’UNIKIN, a été détenue à l’Inspection provinciale de la police de la ville de Kinshasa, nous a-t-elle déclaré plus tard. Tshimanga, Likambelo et Lowadji sont tous membres de l’UDPS. Lowadji et Likambelo occupent également des positions au sein du Mouvement Tshikediste pour le Changement (MTC), un réseau international de sympathisants de l’UDPS.

Lorsque d’autres étudiants ont appris les arrestations ce soir-là, ils ont commencé à manifester, mais ont été rapidement dispersés par les forces de sécurité qui sont arrivées et ont tiré en l’air à balles réelles, selon plusieurs étudiants présents. Le lendemain matin, une plus grande foule d’étudiants s’est rassemblée devant le bâtiment administratif de l’université, exigeant la libération de leurs camarades et scandant des slogans hostiles au président Joseph Kabila, qui s’est maintenu au pouvoir au-delà de la limite de deux mandats inscrite dans la Constitution. Des étudiants ont jeté des pierres sur le bâtiment administratif de l’université, brisant ses fenêtres, et ont brûlé des véhicules garés à proximité, selon des témoins.

Cinq jeeps de la police sont arrivées rapidement sur les lieux et les policiers ont tiré à balles réelles et utilisé des gaz lacrymogènes contre les manifestants. Quelques étudiants ont répliqué en lançant des pierres en direction des policiers. Plusieurs étudiants semblant avoir été touchés par balle ont été rapidement évacués par la police, selon les témoins. De nombreux autres étudiants ont été passés à tabac par la police ou arrêtés.

Le 21 juillet 2017, la police congolaise a tiré à balles réelles et a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les étudiants à l’Université de Kinshasa qui manifestaient contre l’enlèvement de leurs camarades la veille. © 2017 Privé

Likambelo a été relâché peu après la manifestation du 21 juillet, et Lowadji l’a été libérée le 22 juillet. « Un homme masqué m’a interrogé », nous a expliqué Likambelo. « Il m’a demandé si je connaissais le motif de mon arrestation, et j’ai dit non. Puis il m’a menacé, mais m’a laissé partir. Il a déclaré qu’ils ne me relâchaient que parce que je suis populaire et que mes collègues avaient manifesté pour ma libération, mais il m’a prévenu qu’ils allaient me surveiller de près. »

Tshimanga avait été détenu à un endroit inconnu, sans accès à sa famille ni à un avocat, jusqu’à sa réapparition vendredi dernier, a expliqué sa famille.

Les accusations portées par les services de renseignement et de police lors de la cérémonie de vendredi contredisent les affirmations antérieures du ministre congolais de la Justice et du porte-parole du gouvernement, qui imputaient l’attaque contre la prison de Kinshasa aux adeptes de la secte politico-religieuse Bundu Dia Kongo.

Les autorités lors de la cérémonie de vendredi n’ont présenté aucune preuve ni explication indiquant comment ou pourquoi Tshimanga et les autres auraient orchestré ces attaques. Beaucoup craignent que les charges ne soient sans fondement et ne s’inscrivent dans le cadre d’un effort pour faire taire l’opposition politique et ses partisans. On craint également que ces accusations ne soient destinées à jeter les bases d’une procédure judiciaire future contre des dirigeants du parti UDPS et d’autres membres.

Lors de la cérémonie de vendredi, la police a également annoncé qu’elle cherchait d’autres assaillants présumés encore en liberté et qu’une récompense de 2 000 $ US serait versée à quiconque remettrait l’un des suspects en vie. Ils ont cité les noms de ceux qu’ils cherchaient, y compris Rossy Mukendi, un jeune activiste pro-démocratie et ancien membre de la ligue de jeunes de l’UDPS. Mukendi avait été arrêté auparavant le 17 mai 2017 avec 13 autres jeunes activistes qui protestaient contre le mauvais état des routes dans leur quartier de Kinshasa. Les 13 autres personnes avaient été libérées deux jours plus tard, tandis que Mukendi avait été gardé dans un centre de détention des services de renseignements militaires, sans chef d’accusation et sans accès à sa famille ni à un avocat, jusqu’à ce qu’il soit libéré le 15 juin.

Les autorités congolaises devraient soit libérer de toute urgence Tshimanga et les autres activistes de l’opposition et pro-démocratie, soit les mettre en accusation rapidement pour une infraction crédible et assurer qu’ils bénéficient d’un procès juste et équitable, exempt de toute ingérence politique. 

Au moins 128 arrestations au cours de manifestations à travers la RD Congo

Les autorités congolaises ont arrêté au moins 128 personnes dans neuf villes à travers le pays hier, alors que les mouvements citoyens et les partis d’opposition avaient appelé à des manifestations à l’échelle nationale pour protester contre l’annonce que les élections ne se tiendront pas cette année.

Timothée Mbuya, activiste éminent des droits humains et président de l’organisation non gouvernementale Justicia, a été arrêté à Lubumbashi le 31 juillet 2017. © 2017 Privé

Un accord pour des élections avant la fin du mois de décembre était l’engagement clé contenu dans l’accord conclu sous la médiation de l’Église catholique et signé le 31 décembre 2016, après que le Président Joseph Kabila a omis de se retirer à l’issue de son deuxième mandat, limite prescrite par la constitution.

Selon des témoins, les forces de sécurité ont arrêté au moins 57 personnes hier à Goma, 24 à Kinshasa, 10 à Butembo, huit à Beni, huit à Lubumbashi, sept à Mbandaka, cinq à Kasindi, cinq à Bukavu et quatre à Kindu. Parmi les personnes arrêtées figuraient Timothée Mbuya, activiste des droits humains et président de l’organisation non gouvernementale Justicia, ainsi que plusieurs membres du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA), des journalistes et d’autres manifestants pacifiques. Au moins 22 des personnes arrêtées ont été libérées.

À Goma, les autorités ont arrêté plusieurs groupes d’activistes de la LUCHA à différents endroits alors qu’ils essayaient d’entrer au bureau provincial de la commission électorale pour remettre leur plainte officielle. Cinq d’entre eux ont pu rencontrer le secrétaire exécutif, mais ils ont été arrêtés dès leur sortie du bureau par des agents des services du renseignement, selon d’autres activistes.

Les autorités ont utilisé des gaz lacrymogènes à Butembo, Goma et Bukavu pour réprimer les manifestants pacifiques. À Bukavu, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles et ont blessé plusieurs manifestants, ont indiqué des témoins. Les autorités ont également dispersé les manifestants à Kisangani. Dans les villes de Mbuji-Mayi et de Kananga dans le centre de la RD Congo, la combinaison d’arrestations récentes, de menaces et de déploiement de forces de sécurité a conduit les activistes à annuler les manifestations planifiées.

Au total, 13 journalistes à Goma, Bukavu, Lubumbashi et Kinshasa ont été interrogés, temporairement détenus et/ou se sont vu confisquer leur matériel, selon des témoins, dans ce qui est devenu une tendance très inquiétante à la répression contre les observateurs indépendants en RD Congo, ont déclaré des témoins. « Les agents du renseignement m’ont demandé de les suivre à leur bureau. Ils ont pris mon appareil photo, disant qu’ils allaient effacer mes images », a expliqué à Human Rights Watch une journaliste à Goma. La journaliste a finalement récupéré son appareil photo, mais les photos avaient été supprimées.

La coalition des mouvements citoyens et des organisations de défense des droits humains ayant appelé à manifester – le Collectif d’actions de la société civile (CASC) – a déclaré que les manifestations étaient destinées à montrer que la « patience » du peuple congolais avait « atteint ses limites » et que la « misère qui accable ... la population » ne sera résolue que par « l’organisation des élections prévues en décembre 2017 et l’alternance attendue par le peuple. »  

Des mouvements citoyens et des partis d’opposition en RD Congo avaient appelé à des manifestations nationales le 31 juillet 2017 pour protester contre l’annonce par le président de la commission électorale que les élections ne se tiendront avant la fin de décembre 2017. © 2017 Privé

Les principaux dirigeants de l’opposition congolaise ont soutenu les manifestations, de même que la conférence des évêques catholiques du pays, dont le secrétaire général a déclaré plus tôt ce mois-ci que « seul un soulèvement populaire peut amener le changement au Congo ».

Les syndicats de la RD Congo ont également commencé à se mobiliser. Le 21 juillet, le collectif des syndicats de l’administration publique a appelé à une grève immédiate et générale pour tous les employés de l’État à travers le pays. Cet appel fait suite à la dépréciation massive du franc congolais ces derniers mois. En effet les employés de l’État perdent près de la moitié de leurs salaires, étant donné qu’ils perçoivent encore 930 francs congolais par dollar US, même si le dollar est maintenant évalué à environ 1 700 francs congolais, selon les représentants syndicaux. Le président du collectif des syndicats a ensuite annulé la grève lorsque le gouvernement a accepté de commencer à payer aux fonctionnaires 1 425 francs par dollar, à partir d’août. Mais le président du collectif nous a indiqué que la grève continuerait si cet engagement n’était pas respecté. 

Cependant, trois syndicats représentant des médecins et des infirmières ont poursuivi la grève, leurs membres n’assurant qu’un « service minimum » dans les hôpitaux et les centres de santé du pays. 

Avec des frustrations déjà si élevées dans un large éventail de la population congolaise, il est probable que les tensions ne feront qu’augmenter s’il n’y a pas un signe clair de volonté politique de la part du président Kabila qu’il se retirera d’ici la fin de l’année et permettra une transition pacifique et démocratique.  

Scores of Arrests During Protests Across DR Congo

Congolese authorities arrested at least 128 people in nine cities across the country today as youth movements and opposition parties called for nationwide demonstrations to protest the announcement that elections will not be held this year.

An agreement to hold a vote before the end of December was the key commitment in the Catholic Church-mediated agreement signed on New Year’s Eve 2016, after President Joseph Kabila failed to step down at the end of his constitutionally mandated two-term limit.

Prominent human rights activist and president of the nongovernmental organization Justicia, Timothée Mbuya, was arrested in Lubumbashi on July 31, 2017.  © 2017 Private
According to witnesses, security forces arrested at least 57 people today in Goma, 24 in Kinshasa, 10 in Butembo, eight in Beni, eight in Lubumbashi, seven in Mbandaka, five in Kasindi, five in Bukavu, and four in Kindu. Among those arrested were Timothée Mbuya, human rights activist and president of the nongovernmental organization Justicia, as well as members of the youth movement Struggle for Change (LUCHA), journalists, and other peaceful protesters. At least 22 of those arrested have been released.

In Goma, authorities arrested several groups of LUCHA activists at different locations as they were trying to enter the provincial office of the electoral commission to hand over their official complaint. Five of them were granted a meeting with the executive secretary, only to be arrested by intelligence officers upon leaving the office, according to fellow activists.

Authorities used tear gas in Butembo, Goma, and Bukavu to crack down on the peaceful protesters. In Bukavu, security forces fired live bullets and wounded several protesters, witnesses said. Authorities also dispersed protesters in Kisangani. In the cities of Mbuji-Mayi and Kananga in central Congo, the combination of recent arrests, threats, and the deployment of security forces led activists to cancel planned protests.

A total of 13 journalists in Goma, Bukavu, Lubumbashi, and Kinshasa were interrogated, temporarily detained and/or had their material confiscated, according to witnesses, in what has become a very worrying pattern of repression levelled against independent observers in Congo. “The intelligence officers asked me to come with them to their office. They took my camera, saying they will erase my images,” a journalist in Goma told Human Rights Watch. The journalist eventually got her camera back, but the photographs had been deleted.

The coalition of youth movements and human rights organizations that called for the protests—known as the Collective of Civil Society Actions (CASC)—said the protests were meant to show that the “patience of the Congolese people has reached its limit” and that the “misery overwhelming…the population” will only be resolved by the “organization of elections planned for December 2017 and the change in leadership the people are waiting for.”  

Youth movements and opposition parties in Congo called for nationwide demonstrations on July 31, 2017, to protest the announcement by the electoral commission’s president that elections will not be held before the end of December 2017. © 2017 Private
Congo’s main opposition leaders backed the protests, as did the country’s conference of Catholic bishops, whose secretary general said earlier this month that “only a popular uprising can bring change to Congo.”

Congo’s trade unions have also started to mobilize. On July 21, the collective of public administration trade unions called for an immediate and general strike for all state employees across the country. This was in response to the massive depreciation of the Congolese franc in recent months; state employees are losing out on almost half of their salaries, given that they’re still paid 930 Congolese francs per US dollar, even though the dollar is now valued at around 1700 Congolese francs, according to union representatives. The president of the trade union’s collective later called off the strike when the government agreed to start paying public employees 1425 francs to the dollar, starting in August. But the president of the collective told us the strike will go forward if this commitment isn’t respected. 

Three trade unions representing doctors and nurses have gone ahead with the strike though, with their members only carrying out a “minimum service” at hospitals and health centers across the country. 

With frustrations already so high across such a broad spectrum of the Congolese population, it’s likely that tensions will only escalate unless there’s a clear sign of political will for President Kabila to step down by the end of the year and allow for a peaceful, democratic transition.  

La fortune familiale derrière le président de la RD Congo

Dans un rapport de 48 pages publié la semaine dernière avec le soutien du Centre Pulitzer de documentation des crises (Pulitzer Center on Crisis Reporting), le Groupe d’Étude sur le Congo (Congo Research Group) révèle comment les membres de la famille de Joseph Kabila ont amassé une fortune depuis qu’il est devenu le président de la République démocratique du Congo en 2001, tandis que dans un autre rapport, Global Witness documente comment des centaines de millions de dollars versés ces dernières années par des compagnies minières à des organes de l’État « se sont évaporées », ne parvenant jamais dans les caisses du Trésor national.

Le président Joseph Kabila s'adresse à la nation au Palais du Peuple à Kinshasa, capitale de la RD Congo, le 5 avril 2017. © 2017 Reuters

Ces constatations peuvent expliquer pourquoi Kabila a refusé d’abandonner le pouvoir lorsque son second mandat autorisé par la constitution a pris fin le 19 décembre 2016. Elles peuvent également aider à comprendre pourquoi l’extrême pauvreté et le sous-développement persistent dans un pays aussi bien pourvu en ressources naturelles.

La RD Congo est le plus gros producteur de cuivre d’Afrique et la première source mondiale de cobalt, métaux utilisés dans la fabrication de piles pour véhicules électriques et d’autres formes d’énergie renouvelable. Selon Global Witness, chaque année, une quantité de cuivre et de cobalt pouvant atteindre jusqu’à 10 milliards de dollars est extraite en RD Congo et vendue à l’étranger. Mais malgré ces richesses, 10% des enfants congolais meurent avant l’âge de cinq ans et plus de 40% présentent des retards de croissance dus à la malnutrition. Alors que l’enseignement primaire devrait être gratuit selon la loi congolaise, la plupart des parents doivent payer pour envoyer leurs enfants à l’école. De nombreux enfants, en particulier des filles, restent à la maison ou sont mis sur le marché du travail parce que leurs parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité.

Dans son rapport, le Groupe d’Études sur le Congo détaille comment les membres de la famille de Kabila sont propriétaires, soit partiellement, soit dans leur totalité, de plus de 80 compagnies et affaires en RD Congo et à l’étranger. Ces entreprises sont réputées avoir gagné des centaines de millions de dollars depuis 2003, tandis que les actifs détenus par les membres de la famille Kabila « valent facilement plusieurs dizaines de millions de dollars. » Les conclusions du rapport s’appuient presque exclusivement sur des documents accessibles au public, dont des titres de propriété, des documents de constitution en société, des licences d’exploitation minière et des pactes d’actionnaires.

Le rapport fournit les plus amples détails sur les intérêts économiques et commerciaux de Kabila lui-même, de sa femme, Olive Lembe, de leurs deux enfants, de sa sœur jumelle Jaynet Kabila Kyungu, et de son frère cadet Zoé Kabila. Jaynet et Zoé sont également membres du parlement. Ils sont réputés détenir des intérêts dans presque toutes les activités de la RD Congo, dont des exploitations agricoles, des banques, des sociétés de télécommunications, des compagnies aériennes, des hôtels, ainsi que des compagnies minières actives dans l’extraction de diamants, d’or, de cuivre et de cobalt. Le rapport affirme que le président Kabila, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une compagnie dont il est le propriétaire avec ses enfants, possède plus de 71 000 hectares de terres agricoles en RD Congo. Deux compagnies appartenant à la famille détiennent des permis d’extraction de diamants qui couvrent une zone de plus de 700 kilomètres le long de la frontière de la RD Congo avec l’Angola. Jaynet Kabila détient des parts du plus important réseau de téléphone mobile du pays. Au-delà du Congo, le rapport documente les avoirs immobiliers de la famille Kabila en Afrique du Sud et en Tanzanie, et certaines des sociétés que la famille possèderait utilisent des adresses à l’étranger, comme au Panama, à l’île Niue ou au Luxembourg.

Le rapport établit que les sociétés contrôlées par la famille Kabila ont bénéficié d’importants contrats gouvernementaux, tels qu’une licence d’octroi de permis de conduire, ainsi que de contrats avec la Banque mondiale, avec l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) américaine, et avec les Nations Unies. Il s’interroge sur la question de savoir si les bailleurs de fonds et les entreprises étrangers ont été « suffisamment scrupuleux » lorsqu’ils ont conclu des partenariats avec ces compagnies ou les ont soutenues.

Selon le rapport, certaines transactions d’affaires de la famille semblent avoir été conclues en violation de la loi ou des codes congolais, tandis que d’autres suscitent de graves questions de conflit d’intérêts. Le ministère des Mines a accordé à Jaynet Kabila davantage de licences d’extraction que ne le permet le code minier du pays, affirme le rapport. Les versements d’impôts relatifs à de nombreux permis d’extraction détenus par la famille ont été suspendus pour cause de force majeure, sans qu’aucune explication claire n’ait été donnée sur « les événements imprévus » qui auraient justifié l’octroi d’un tel statut spécial. Le rapport établit que certains actifs commerciaux de la famille bénéficient de la protection de la Garde républicaine, l’unité d’élite qui assure la sécurité personnelle du président, dans ce qui apparaît comme étant en dehors du mandat de cette force.

La semaine dernière, Bloomberg News a également examiné l’empire économique tentaculaire de Zoé Kabila, le frère cadet du président. Ses compagnies ont construit des routes, vendu des diamants, développé un projet d’extraction de cuivre, et fait des affaires avec une compagnie minière basée au Canada et avec Sicomines, un partenariat de 3,2 milliards de dollars entre la RD Congo et la Chine pour l’exploitation du cuivre. Cette série de reportages fait suite à une enquête sur la fortune de la famille publiée par Bloomberg en décembre.

Plus tôt ce mois-ci, la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique, travaillant en coopération avec des journalistes du quotidien Le Monde et avec l’Organized Crime and Corruption Reporting Project, ainsi qu’avec le banquier et lanceur d’alerte congolais Jean-Jacques Lumumba, ont affirmé que deux personnes proches du président Kabila et leurs sociétés avaient acquis et rénové un luxueux yacht de 72 mètres, l’Enigma XK, équipé d’une hélisurface et qui peut être loué pour 275 000 euros par semaine. Le groupe a affirmé que des embarcations appartenant aux mêmes individus ont transporté du poisson surgelé et acheté des animaux sauvages, dont des girafes, des buffles et des zèbres, en Namibie vers la Ferme Espoir en RD Congo, une société appartenant à Kabila.

Dans son rapport publié vendredi dernier, Global Witness affirme que le Trésor national congolais a perdu plus de 750 millions de dollars en revenus miniers versés à la compagnie minière d’État Gécamines et aux services fiscaux du pays entre 2013 et 2015. Ce chiffre monte à 1,5 milliard de dollars si l’on y inclut les versements effectués par des compagnies à d’autres organes gouvernementaux et à une ancienne agence fiscale provinciale. Bien qu’il soit impossible d’établir clairement où l’essentiel de cet argent est allé, le rapport affirme qu’« qu’une partie au moins a été répartie entre plusieurs réseaux de corruption liés au régime du Président Joseph Kabila. » Le rapport documente le rôle joué par le président de la Gécamines, Albert Yuma, qui dirige également le comité d’audit de la Banque centrale de RD Congo et la Fédération des entreprises congolaises (FEC), et qui, selon un haut responsable de la direction de la Gécamines interrogé par Global Witness, « ne rend compte qu’au Président de la République. »

Les membres de la famille Kabila et le gouvernement ont réagi de manière critique, mais peu convaincante, à ces divers rapports. En réponse au rapport de Bloomberg, Zoé Kabila a écrit sur Twitter que, « dans le souci de nuire » à Joseph Kabila, « désespérés les détracteurs publient des info notoires en y ajoutant des mensonges. » Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a déclaré à Radio France Internationale que Zoé et Jaynet Kabila avaient le droit de faire des affaires, ajoutant qu’ils ne travaillaient que six mois par an en tant que députés. Il a demandé à Global Witness et au Groupe d’Étude sur le Congo de partager toutes leurs informations avec le système judiciaire congolais et avec les services de l’Inspection générale des finances. Il a également affirmé que le gouvernement était à la recherche d’argent compte tenu de la crise économique que connaît le pays, et qu’il avait pris des mesures d’urgence depuis janvier, notamment pour lutter contre les détournements. Le ministre congolais des Mines, Martin Kabwelulu, a affirmé, lors d’une conférence de presse, que Global Witness avait « volontairement » fait « une lecture à l'envers des chiffres » publiés par l’ITIE-RDC (Initiative pour la transparence des industries extractives) et d’autres données. Quant à l’enquête effectuée par Bloomberg, il a affirmé qu’il s’agissait là « de la provocation, des faussetés parce que tous les contrats sont publiés sur le site du ministère des Mines. »

En dépit des dénégations de la famille et du gouvernement, ces nouveaux rapports apportent d’importantes informations sur le cheminement de la richesse tirée des ressources naturelles de la RD Congo, et met en lumière la nécessité de mettre en place des politiques nationales qui assureraient une plus grande transparence et une meilleure traçabilité. Les partenaires internationaux de la RD Congo devraient s’assurer que leurs investissements, leurs prêts, ou leurs autres versements de fonds au gouvernement ne servent pas par mégarde à financer la campagne de répression et de violence du président Kabila. Les institutions comme la Banque mondiale, qui ont pour mandat d’aider à réduire la pauvreté, devraient prendre des mesures supplémentaires pour faire en sorte que les projets qu’elles financent bénéficient effectivement aux personnes qui vivent dans la pauvreté, en menant une supervision rigoureuse et indépendante. Les États-Unis et l’Union européenne devraient élargir leurs sanctions ciblées aux membres de la famille Kabila et à leurs associés qui détournent des fonds et abusent de leurs pouvoirs pour saper le processus démocratique dans le pays. 

-----------------

Dans la presse :

Actualite.cd 27.07.17

The Family Fortune Behind DR Congo’s President

A 48-page report published last week by the Congo Research Group, with support from the Pulitzer Center on Crisis Reporting, reveals how President Joseph Kabila’s close family members have amassed a fortune since he became president of the Democratic Republic of Congo in 2001, while a new Global Witness report documents how hundreds of millions of dollars paid by mining companies to state bodies in the past few years have “disappeared,” never making it to the national treasury.

President Joseph Kabila addresses the nation at the Palais du Peuple, in the Democratic Republic of Congo's capital, Kinshasa, April 5, 2017. © 2017 Reuters


These findings might explain Kabila’s refusal to step down from the presidency when his constitutionally mandated two-term limit ended on December 19, 2016. They may also lend insight into why abject poverty and underdevelopment persist in a country extremely well endowed with natural resources.

Congo is Africa’s biggest copper producer and the world’s largest source of cobalt, used to produce batteries for electric cars and other forms of renewable energy. According to Global Witness, up to US$10-billion of copper and cobalt from Congo is sold each year. Despite these riches, 10 out of 100 children in Congo die before they reach the age of 5, and more than 40 percent have stunted growth due to malnutrition. While primary education should be free according to Congolese law, most parents have to pay to send their children to school. Many, especially girls, are kept home or sent to work because their parents cannot afford the fees.

The Congo Research Group report details how Kabila family members own either partially or wholly more than 80 companies and businesses in Congo and abroad. These companies have allegedly made hundreds of millions in revenues since 2003, while assets owned by the family members are “easily worth many tens of millions of dollars.” The report’s findings are based almost exclusively on publicly available documents, including land titles, incorporation documents, mining permits, and shareholder agreements.



The report provides the most detail on the business interests of Kabila himself, his wife, Olive Lembe, his two children, his twin sister Jaynet Kabila Kyungu, and his younger brother Zoé Kabila. Jaynet and Zoé are also members of parliament. Their interests allegedly extend to almost every part of Congo and include farms, banks, telecommunications companies, airlines, hotels, and companies that mine for diamonds, gold, copper, and cobalt. The report states that President Kabila directly and through a company he owns with his children holds more than 71,000 hectares of farmland in Congo. Two companies that belong to the family own diamond permits that extend for more than 700 kilometers along Congo’s border with Angola. Jaynet Kabila owns a stake in the country’s largest mobile phone network. Beyond Congo, the report documents Kabila family real estate holdings in South Africa and Tanzania, and some of the companies the family allegedly owns use addresses abroad, such as in Panama, Niue, and Luxembourg.

The report finds that Kabila family businesses have benefited from large government contracts, such as one for issuing drivers licenses, as well as contracts with the World Bank, the United States Overseas Private Investment Corporation (OPIC), and the United Nations. The report questions whether foreign donors and corporations were “sufficiently scrupulous” when they partnered with or supported these companies.

According to the report, some of the family’s business dealings appear to violate Congolese law or codes, while others raise serious questions of conflict of interest. The ministry of mines has granted Jaynet Kabila more mining permits than allowed under the country’s mining code, the report says. Tax payments for many of the mining permits linked to the family have been suspended due to force majeure, with no clear explanation for what “unforeseen events” would have triggered this special status. The report found that some of the family’s business assets are protected by the Republican Guard, the elite presidential security detail, in what appears to be outside the legal mandate of the force.

Last week, Bloomberg news also examined the sprawling business empire of Zoé Kabila, the president’s younger brother. His companies have built roads, sold diamonds, developed a copper project, and done business with a Canadian-based mining company and with Sicomines, the US$3.2 billion copper partnership between Congo and China. This series of reporting follows Bloomberg’s reporting on the family’s fortune last December.

Earlier this month, the Platform to Protect Whistleblowers in Africa, working together with journalists from Le Monde and the Organized Crime and Corruption Reporting Project and the Congolese whistleblower and banker Jean-Jacques Lumumba, alleged that two people close to President Kabila and their companies acquired and refurbished a 72-meter luxury yacht, named the Enigma XK, which is equipped with a helipad and can be chartered for €275,000 a week. The group reported that vessels owned by the same individuals have carried frozen fish and wild animals purchased in Namibia – including giraffes, wildebeests, and zebras – to Congo’s Ferme Espoir, a company owned by Kabila.

The Global Witness report published last Friday alleges that Congo’s national treasury lost more than US$750 million in mining revenues paid to the state-owned mining company Gécamines and national tax agencies between 2013 and 2015. The figure rises to US$1.5 billion when company payments to other government bodies and a former provincial tax agency are included. While it is unclear where most of the money went, the report says that “at least some went to corrupt networks linked to Kabila.” The report documents the role played by Gécamines chairman Albert Yuma, who also heads Congo’s Central Bank’s audit committee and the Congolese business federation (FEC), and who, according to a senior Gécamines executive interviewed by Global Witness, reportedly “only answers to the president.”

Kabila family members and the government have responded critically, if not convincingly, to the various reports. In response to the Bloomberg report, Zoé Kabila wrote on Twitter that, “with a view of harming” Joseph Kabila, “hopeless detractors publish known information while adding lies.” The government’s spokesperson, Lambert Mende, told Radio France Internationale that Zoé and Jaynet Kabila had the right to do business, adding that they only work six months per year as members of parliament. He asked Global Witness and the Congo Research Group to share all their information with the justice system and to the General Inspectorate of Finance. He also said that the government is looking for money in light of the country’s economic crisis, and that it had taken urgent measures since January, including to fight against misappropriations. Congo’s minister for mines, Martin Kabwelulu, said in a press conference that Global Witness had “voluntarily” misinterpreted data published by ITIE-RDC (Initiative pour la transparence des industries extractives) and others. He said the Bloomberg investigation was “a provocation, and false, because all contracts are published on the ministry of mines’ website.”

Family and government claims notwithstanding, these new reports provide important information on where Congo’s natural resource wealth is going, and highlight the need for national policies that would ensure greater transparency and accountability. Congo’s international partners should make sure their investments, loans, or other payments to the government are not inadvertently funding President Kabila’s campaign of repression and violence. Institutions like the World Bank that are mandated to reduce poverty should take additional measures to ensure that projects they fund actually benefit those living in poverty by carrying out rigorous, independent monitoring. The United States and European Union should expand targeted sanctions to Kabila’s family members and close associates who have been misusing funds and abusing power to undermine the democratic process in the country.

Gabriel Tambwe, détenu depuis 14 mois en RD Congo

Il y a 14 mois, l’activiste congolais Gabriel Tambwe Mwidima a été arrêté et inculpé pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

Malgré la gravité de ces accusations, aucune atteinte à la sûreté de l’État prétendument causée par Tambwe et 10 autres accusés ne s’est jamais matérialisée. Gabriel Tambwe, le directeur d’une organisation non gouvernementale, l’Œuvre Spéciale pour les Amis Chrétiens (OSAC), est toujours à la prison centrale de Kinshasa dans l’attente d’un procès. OSAC est une petite organisation chrétienne qui œuvre pour la protection des groupes vulnérables, notamment des enfants, et lutte contre les maladies tropicales négligées.

« Je ne connais pas mon sort », a déclaré Gabriel Tambwe aux visiteurs de Human Rights Watch dans sa prison. « Jusqu’à ce jour, aucune suite n’a été réservée à mon dossier. Mon souhait est que je sois libéré, parce que je suis innocent ».

Son épouse lutte à ses côtés : « Mon mari souffre beaucoup en prison. C’est un orphelin de père et mère. Sa famille est très pauvre et n’a pas de moyens pour nous prendre en charge. Gabriel est innocent, et je souhaite qu’il soit libéré. Seule, je ne peux rien faire. »

La vie de Gabriel Tambwe a commencé à tourner au cauchemar le 13 mai 2016, lorsqu’il a été arrêté par des agents du renseignement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

Une semaine avant son arrestation, le 4 mai, le ministre congolais de la Justice avait annoncé une enquête à l’encontre du candidat à la présidence Moïse Katumbi – le principal rival du président Joseph Kabila – pour son prétendu « recrutement des mercenaires, [parmi lesquels] plusieurs anciens militaires américains » en RD Congo. Si l’organisation de Gabriel Tambwe avait invité quatre citoyens des États-Unis pour le compte d’une organisation partenaire, ces individus n’ont jamais été accusés d’avoir des liens avec Katumbi, et de tels liens n’ont par ailleurs jamais été établis, aucune preuve n’a été découverte à propos du prétendu recrutement de mercenaires, et Katumbi n’a jamais été inculpé pour ces allégations. Katumbi a été plus tard inculpé et condamné par défaut dans une affaire distincte, qui semble également motivée par des considérations politiques.

Plus d’une année plus tard, ce père de trois enfants, âgé de 38 ans, est toujours en prison à Kinshasa. Gabriel Tambwe a été détenu au secret au quartier général de l’Agence nationale de renseignements (ANR) pendant un mois, avant d’être transféré à la prison centrale de Kinshasa. Les 10 autres qui avaient été arrêtés à peu près au même moment ont aussi été accusés d’avoir des liens avec Katumbi.

« Pendant ma détention sécrète à l'ANR, j’ai été menacé de mort si je refusais de dénoncer Moïse Katumbi », a dit Gabriel Tambwe. « Mais je ne l’ai pas fait ».  

L’épouse de Gabriel Tambwe a décrit la situation de sa famille depuis l’arrestation de son mari :

Je vis tellement en difficulté. Gabriel était le seul à supporter notre famille [financièrement] ; moi, je ne travaille pas. Lorsqu’il a été arrêté, notre fils cadet était encore un bébé. Je ne pouvais plus payer le loyer. Je loge actuellement chez la grand-mère de Gabriel, dans une très petite maison, dans de très mauvaises conditions. Nos enfants tombent tout le temps malade et n’étudient plus.

Les autorités congolaises devraient abandonner toutes les accusations motivées par des considérations politiques et libérer Gabriel Tambwe et les 10 autres personnes. Personne ne devrait être détenu pendant plus d’une année au seul motif de liens supposés avec un leader de l’opposition politique.

À travers la République démocratique du Congo, des dizaines de membres de l’opposition et d’activistes sont détenus pour avoir participé à des manifestations pacifiques, s’être opposés au report des élections, avoir critiqué des politiques du gouvernement, ou en raison de leurs liens présumés avec des leaders de l’opposition. Beaucoup sont détenus au secret sans inculpation ni accès à leur famille ou à des avocats. D’autres sont jugés sur base d’accusations forgées de toutes pièces. Beaucoup souffrent de passages à tabac réguliers et de conditions de vie épouvantables, qui passent largement inaperçus dans le monde extérieur.

Gabriel Tambwe, Detained 14 Months in DR Congo

It’s been 14 months since Congolese activist Gabriel Tambwe Mwidima was arrested and charged with “threatening state security.”

Despite the seriousness of those charges, any threat to state security that Tambwe and 10 other accused supposedly caused has never materialized. Tambwe, director of a nongovernmental organization, Œuvre Spéciale pour les Amis Chrétiens (OSAC), remains in Kinshasa’s central prison awaiting trial. OSAC is a small Christian group that works for the protection of vulnerable groups, including children, and fights against neglected tropical diseases.

“I don’t know my fate,” Tambwe told Human Rights Watch visitors to his prison. “Until now, there hasn’t been any follow-up on my case. My wish is that I be released because I’m innocent.”

His wife struggles with him: “My husband suffers a lot in prison. His parents are no longer alive, and his family is very poor. They don’t have the resources to provide for us. Gabriel is innocent, and I hope that he will be released. I can’t do anything alone.”

Tambwe’s life began to unravel on May 13, 2016, when he was arrested by intelligence agents in Kinshasa, capital of the Democratic Republic of Congo.

A week before his arrest, on May 4, Congo’s justice minister had announced an investigation into presidential aspirant Moïse Katumbi – President Joseph Kabila’s main rival – for alleged “recruitment of mercenaries, [including] several retired American soldiers.” Tambwe was accused of having facilitated the entry of such “American mercenaries” into Congo. While Tambwe’s organization had invited four United States citizens to Congo on behalf of a partner organization, these individuals were never accused or found to have any links to Katumbi, no evidence emerged regarding the supposed recruitment of mercenaries, and Katumbi was never charged regarding these allegations. Katumbi was later charged and convicted in absentia in an unrelated case that also appeared to be politically motivated.

More than a year later, the 38-year-old father of three remains in prison in Kinshasa. Tambwe was held incommunicado at the National Intelligence Agency (ANR) headquarters for a month before being transferred to Kinshasa’s central prison. The 10 others who were arrested around the same time were also accused of having links to Katumbi.

“While I was at the ANR, they threatened me with death if I refused to denounce Moïse Katumbi,” Tambwe said. “But I didn’t do that.”

Tambwe’s wife described her family’s situation since her husband was arrested:

I live with so many difficulties. Gabriel was the only person to support our family [financially]; I myself don’t work. When he was arrested, our youngest son was still a baby. We’ve had to move because I couldn’t pay the rent anymore. I now stay with Gabriel’s grandmother, in a very little house, in very harsh conditions. Our children get sick all the time and aren’t in school any more.

The Congolese authorities should drop all politically motivated charges and free Tambwe and the 10 others. No one should be detained for over a year merely because of alleged links to a political opposition leader.

Across the Democratic Republic of Congo, dozens of political opposition members and activists are in detention for participating in peaceful demonstrations, speaking out against election delays, criticizing government policies, or for their alleged links to opposition leaders. Many have been held in secret detention without charge or access to family or lawyers. Others have been put on trial on trumped-up charges. Many suffer regular beatings and horrendous living conditions, which have received little international attention

A ‘State of Emergency’ in DR Congo?

About 1:30 p.m. on Friday, July 14, a dozen or so young men sporting red headbands and armed with guns, knives, machetes, and wooden sticks attacked Kinshasa’s bustling main market known as the “Grand Marché.” The assailants burned two police stations near the market before vanishing into the crowd of shoppers and sellers fleeing the commotion. The market’s administrator, 50-year-old Chantal Mboyo, and two police officers were killed.

People gather outside the office of the administrator of Kinshasa’s central market, Democratic Republic of Congo, on July 15, 2017, one day after she was killed. © 2017 Radio Okapi/Billy Ivan Lutumba
Gen. Célestin Kanyama, who until Monday was Kinshasa’s police commissioner, immediately blamed the attack on “a group of thieves and criminals.” But many observers in the Democratic Republic of Congo question whether assailants could have pulled off such a brazen attack in the middle of the day in the capital – and then manage to get away – without a degree of government complicity. Others speculated that the market attack would be used to justify a 'state of emergency' that could be used as another excuse to delay elections and crack down further on political protests and free speech.

So unsurprisingly, the day after the attack, Patrick Nkanga, youth league president of the People’s Party for Reconstruction and Democracy (PPRD), the main party of President Joseph Kabila’s ruling coalition, issued a communiqué calling for additional security measures – “even if” that means imposing a "state of emergency" – to respond to the “terrorist acts” perpetrated in Congo’s central Kasai region and now Kinshasa.

On Monday evening, presidential decrees were read out on state media, announcing new police and military nominations. Among the new appointments: National police commissioner Gen. Charles Bisengimana was replaced by Gen. Dieudonné Amuli Bahigwa, the former deputy chief of staff of the army in charge of operations. This changing of the guard raises questions over whether it signals a further militarization of the police, the security force primarily charged with protecting the population and maintaining public order.

Kinshasa’s central market, Democratic Republic of Congo, on July 15, 2017, the day after the market was attacked. © 2017 Radio Okapi/Billy Ivan Lutumba
The Kinshasa market attack came a week after the president of the national electoral commission, Corneille Nangaa, announced elections could not be organized before the end of the year, as called for by the Catholic Church-mediated power sharing deal signed late last year, after Kabila’s second and last term, according to the constitution, expired on December 19. Nangaa blamed the delay on violence in the Kasai region, which he said has made voter registration impossible in some areas. More than 3,300 people have been killed and 1.4 million displaced from their homes since violence broke out last August, and as security forces used excessive force to eliminate local militias.

Critics of the government expressed outrage at Nangaa’s announcement. Opposition leader Felix Tshisekedi said Nangaa had “declared war on the Congolese people.” The citizens’ movement LUCHA (Struggle for Change) called for nationwide protests on July 31, the date when the electoral commission was supposed to have finalized the voter roll for elections to be held by the end of 2017. Earlier, the Catholic Church’s bishops’ conference had called on Congolese to “stand up” and protest the government’s failure to organize elections in accordance with the constitution.

The Congolese people have a right under their constitution and international law to hold genuine periodic elections – and to freely express their views about them. These rights cannot be taken away by a state of emergency or other measures that would deprive them of a credible, democratic process.

Un ‘état d’urgence’ en RD Congo ?

Le vendredi 14 juillet, à environ 13h30, une douzaine de jeunes gens au front ceint d’un bandeau rouge et armés de fusils, couteaux, machettes et bâtons de bois attaquent le marché central très animé de Kinshasa, dit « Grand Marché ». Les assaillants incendient deux postes de police proches du marché avant de se fondre dans la foule des acheteurs et des vendeurs fuyant ces troubles. L’administratrice du marché, Chantal Mboyo, âgée de 50 ans, et deux policiers trouvent la mort.

Des gens se rassemblent devant le bureau de l'administratrice du​ marché central de Kinshasa, en RD Congo, le 15 juillet 2017, un jour après qu'elle ait été tuée. © 2017 Radio Okapi/Billy Ivan Lutumba

Le général Célestin Kanyama, qui jusqu’à lundi, était le commissaire de la police de Kinshasa, a immédiatement imputé l’attaque à « un groupe de voleurs et criminels ». Toutefois, en République démocratique du Congo, de nombreux observateurs doutent que des assaillants aient pu mener une attaque aussi audacieuse en plein jour dans la capitale – et puis réussir à s’échapper – sans une part de complicité du gouvernement. D’autres ont émis l’hypothèse que l’attaque du marché justifierait l’instauration d’un ‘état d’urgence’ qui pourrait servir de prétexte supplémentaire pour retarder les élections et pour réprimer davantage encore les manifestations politiques et la liberté d’expression.

Rien de surprenant donc, à ce que, le lendemain de l’attaque, Patrick Nkanga, président de la ligue des jeunes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le principal parti de la coalition au pouvoir du président Joseph Kabila, ait publié un communiqué appelant à des mesures de sécurité complémentaires, « même si » cela signifiait proclamer « l’état d’urgence » – pour contrer les « actes terroristes » perpétrés dans la région centrale du Kasaï et maintenant à Kinshasa.

Lundi soir, des ordonnances présidentielles ont été lues dans les médias d’état annonçant de nouvelles nominations au sein de la police et de l’armée. Parmi les nouvelles nominations, l’inspecteur général de la police nationale Gén. Charles Bisengimana a été remplacé par le Gén. Dieudonné Amuli Bahigwa, l’ancien chef d’état-major adjoint de l’armée en charge des opérations. Ce changement de garde conduit à se demander s’il annonce une militarisation plus poussée de la police, la force de sécurité essentiellement chargée de la protection de la population et du maintien de l’ordre public.

La marché central de Kinshasa, en RD Congo, le 15 juillet 2017, le lendemain de l'attaque du marché. © 2017 Radio Okapi/Billy Ivan Lutumba

L’attaque du marché de Kinshasa est survenue une semaine après l’annonce par le président de la commission électorale nationale, Corneille Nangaa, de l’impossibilité d’organiser des élections avant la fin de l’année, comme en appelait l’accord de partage de pouvoir signé à la fin de l’an dernier sous la médiation de l’Église catholique après l’expiration le 19 décembre du second et dernier mandat de Kabila autorisé par la constitution. Nangaa a attribué le retard à la violence régnant dans la région du Kasaï, qui, selon lui, a rendu impossible dans certains endroits, l’inscription sur les listes électorales. Plus de 3 300 personnes ont été tuées et 1,4 million déplacées de leur foyer depuis que la violence a éclaté en août dernier, et les forces de sécurité ont utilisé une force excessive pour éliminer les milices locales.

L’annonce de Nangaa a suscité l’indignation des critiques du gouvernement. Le leader d’opposition Félix Tshisekedi a estimé que Nangaa avait « déclaré la guerre au peuple congolais ». Le mouvement citoyen LUCHA (Lutte pour le changement) a lancé un appel à des manifestations nationales le 31 juillet, date à laquelle la commission électorale était censée avoir terminé l’enrôlement des électeurs pour les scrutins devant se dérouler d’ici la fin 2017. Auparavant, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) avait appelé les congolais à « se mettre debout » et à protester contre l’échec du gouvernement à organiser des élections conformément à la constitution.

Les Congolais ont droit en vertu de leur constitution et du droit international à la tenue d’élections périodiques véritables, et à exprimer librement leur opinion à ce sujet. Ces droits ne peuvent leur être retirés par un état d’urgence ou d’autres mesures qui les priveraient d’un processus démocratique crédible.

--------

À lire aussi :

MediaCongo.net 21.07.17

Free Sephora Bidwaya and 11 Co-detainees

Despite suffering from severe headaches and asthma and being held in “revolting” conditions, activist Sephora Astride Bidwaya remains defiant after more than six months in a Goma prison, in eastern Democratic Republic of Congo.

“I keep telling myself that, if one day I’m able to serve this country, I will have many ideas about what needs to be fixed,” she told us from Goma’s Munzenze prison. “I will never stop demanding justice for my friends and me.”

Security forces arrested Bidwaya, 25, on December 19, 2016, along with 11 other opposition party members during a peaceful protest against President Joseph Kabila’s decision to stay in power past his constitutionally mandated two-term limit, which ended that day. 

A law graduate from the University of Goma, Bidwaya  became politically active at 18, when she joined the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) opposition party and later became the vice-president of the party’s youth wing in Goma, in charge of culture and gender issues.

Bidwaya’s husband, Blaise Mulume Vuninka, told us she had been beaten and detained simply for holding a red card, held by protesters to symbolize that Kabila’s time in power was up.

Bidwaya told us how her health is rapidly deteriorating. She continues to suffer from severe headaches, and several rashes on her head have led to a loss of hair. Bidwaya’s asthma and pain related to her miscarriage in October are making the situation even worse, and she hasn’t gotten the medicine she needs to relieve the pain.

Despite the “revolting” situation at Goma’s Munzenze prison, Bidwaya told us that she’s trying “to stay positive”:

The environment here makes it really difficult to go on, but I need to do the best that I can. Over 40 women are detained here and 14 children. Most of the children suffer from diarrhea. They distribute food to us – just a large bowl of beans – once every other week. Most people here sleep on the floor. The situation is really appalling…We should be released immediately because we haven’t committed any crimes…We were only calling for the respect of the constitution, which is a legitimate thing!

Across the Democratic Republic of Congo, dozens of political opposition members and activists are in detention for participating in peaceful demonstrations, speaking out against election delays, or criticizing government policies. Many have been held in secret detention without charge or access to family or lawyers. Others have been put on trial on trumped-up charges. Many suffer regular beatings and horrendous living conditions, which have received little international attention.

Libérez Sephora Bidwaya et ses 11 codétenus

Malgré le fait qu’elle souffre de terribles migraines et d’asthme, et qu’elle est détenue dans des conditions « révoltantes », l’activiste Sephora Astride Bidwaya reste déterminée, après plus de six mois dans une prison à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo.

« Je me dis que, si un jour je dois servir ce pays, je saurai par où commencer pour apporter des solutions », nous a-t-elle expliqué depuis la prison de Munzenze à Goma. « Je ne cesse de réclamer justice à corps et à cris pour tous mes amis et moi. »

Les forces de sécurité ont arrêté Sephora Bidwaya, âgée de 25 ans, le 19 décembre 2016, avec 11 autres membres de partis de l’opposition, lors d’une manifestation pacifique contre la décision du Président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà de son deuxième et dernier mandat autorisé par la constitution, qui prenait fin ce jour-là.

Diplômée en droit de l’Université de Goma, Sephora s’est engagée en politique à l’âge de 18 ans, quand elle a rejoint l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti d’opposition, avant de devenir vice-présidente des jeunes de ce parti à Goma, chargée de la culture et du genre.

Le mari de Sephora, Blaise Mulume Vuninka, nous a dit qu’elle avait été passée à tabac et détenue simplement pour avoir porté un carton rouge, brandi par les manifestants pour symboliser que le temps de Joseph Kabila au pouvoir était fini.

Sephora Bidwaya nous a expliqué comment sa santé se détériore rapidement. Elle continue à souffrir de terribles migraines, et des éruptions cutanées sur la tête qui entrainent une perte de cheveux. L’asthme de Sephora Bidwaya, et la douleur liée à une césarienne lors de sa fausse couche en octobre rendent la situation encore pire, et elle n’a pas eu le médicament dont elle a besoin pour soulager la douleur.

Malgré la situation « révoltante » à la prison de Munzenze de Goma, Sephora Bidwaya nous a dit qu’elle essayait de « positiver les choses » :

C’est un environnement presque hostile à la survie sur tous les points, mais je fais avec. Il y a plus de 40 femmes détenues ici et 14 enfants. La plupart des enfants souffrent de diarrhée. On nous distribue à manger – un grand bol de haricots – une fois par deux semaines. La plupart des gens ici dorment à même sol. C’est vraiment révoltant… Nous devons être immédiatement libérés, parce que nous n’avons commis aucun crime… Nous n’avons fait que réclamer le respect de la constitution, ce qui est une chose légitime !

À travers la République démocratique du Congo, des dizaines de membres de l’opposition et d’activistes sont détenus pour avoir participé à des manifestations pacifiques, s’être opposés au report des élections, ou avoir critiqué des politiques du gouvernement. Beaucoup sont détenus au secret sans inculpation ni accès à leur famille ou à des avocats. D’autres sont jugés sur base d’accusations forgées de toutes pièces. Beaucoup souffrent de passages à tabac réguliers et de conditions de vie épouvantables, qui passent largement inaperçus dans le monde extérieur.

Un activiste et son avocat détenus arbitrairement à Kinshasa ; les quatre artistes de Goma libérés

Les forces de sécurité congolaises ont arrêté le jeune activiste pro-démocratie Jean-Marie Kalonji ainsi que son ami et avocat Sylva Mbikayi Kabanga, le 23 juin à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Ils sont toujours en détention au siège du renseignement militaire sans avoir été inculpés et sans accès à leur famille ou à un conseiller juridique.

Jean-Marie Kalonji est le coordinateur du mouvement pro-démocratie Quatrième Voie/Il Est Temps RDC. Des militaires l’ont arrêté alors qu’il rentrait chez lui après s’être rendu à la maison de son frère dans le camp militaire Bumba à Kinshasa.

Une personne soutenant le groupe de Jean-Marie Kalonji était au téléphone avec ce dernier au moment de son arrestation et a entendu la conversation entre Jean-Marie Kalonji et les militaires. Selon cette source, les militaires ont dit à Jean-Marie Kalonji qu’il « n’aime pas le Congo ». Ce à quoi Jean-Marie Kalonji a répondu qu’il travaillait « pour le bien » du pays. Il a dit aux militaires qu’il était membre de La Quatrième Voie et leur a expliqué les objectifs du mouvement.

Les militaires l’ont emmené dans un bureau dans le camp. L’avocat de Jean-Marie Kalonji, Sylva Mbikayi, est arrivé au camp aussitôt après avoir été alerté par la collègue avec qui Jean-Marie Kalonji avait été au téléphone. Mais au lieu de laisser Sylva Mbikayi assister son client, les militaires l’ont arrêté, et ont confisqué leurs effets personnels et du cash. Les deux ont été emmenés au siège du renseignement militaire. 

Un membre de la famille de Sylva Mbikayi a été empêché de lui apporter de la nourriture (En RD Congo, les détenus ne mangent souvent que quand des membres de leur famille apportent de la nourriture à la prison). « Je suis vraiment stupéfait », a déclaré ce proche de Sylva Mbikayi. « Je ne sais pas comment ce pays est dirigé. Comment peut-on arrêter un avocat qui vient assister une personne ? La justice est absente dans ce pays. »

Ce n’est pas la première fois que Jean-Marie Kalonji est détenu arbitrairement. Le 15 décembre 2015, Jean-Marie Kalonji a été arrêté et détenu par l'agence de renseignements à Kinshasa pendant 132 jours, en l’absence de chef d’inculpation et privé d’accès à sa famille et à un avocat. Il a finalement été transféré à la prison centrale de Kinshasa, où il est resté jusqu’à sa libération le 27 août 2016.

Les autorités congolaises devraient libérer Jean-Marie Kalonji et Sylva Mbikayi immédiatement et sans condition ou les inculper pour une infraction crédible. Les activistes pro-démocratie et les avocats devraient pouvoir travailler librement et exprimer leur opinion de manière pacifique sans craindre d’être arrêtés.

Entre-temps, à Goma, quatre artistes arrêtés le 23 juin ont été libérés. Benoît Mugabo, Benito Mupenzi, Precy Numbi et Cruzz Taylor avaient organisé une action artistique pour protester contre les massacres à travers la région des Kasaïs et à Beni, dans la province du Nord Kivu. Couverts de faux sang, ils se sont allongés sur le bord de la route, portant des croix pour les milliers de victimes tuées. La police les a arrêtés, les a accusés d’incitation à la désobéissance et de rébellion, avant de les envoyer en prison.

Un vidéo montre les artistes menottés, peu de temps après leur arrestation, entourés d’officiers de police et de passants. Benoît Mugabo, un photographe, les interpelle alors : « Regardez ce qu’on fait à ceux qui parlent ! Regardez les menottes ! » S’adressant à un officier de policier, il ajoute : « Tu as des menottes ici pour venir m’arrêter. Va arrêter les gens qui tuent des élèves à Beni ! » – faisant référence à une attaque au mortier la veille dans un centre d’examen, qui avait blessé cinq étudiants. Au moins 700 personnes, et probablement beaucoup plus, ont été tuées dans le territoire de Beni depuis octobre 2014.

 

Activist, Lawyer Arbitrarily Detained in Kinshasa

Congolese security forces arrested pro-democracy youth activist Jean-Marie Kalonji and his friend and lawyer, Sylva Mbikayi Kabanga, on June 23, in Kinshasa, capital of the Democratic Republic of Congo. They remain in detention at the military intelligence headquarters without charge or access to family or legal counsel.

Kalonji is the coordinator of the pro-democracy movement La Quatrième Voie/Il Est Temps RDC (Fourth Way/It is Time DRC). Soldiers arrested him while he was returning home after visiting his brother’s home in the Bumba military camp in Kinshasa.

A member of Kalonji’s group was on the phone with Kalonji at the time of his arrest and overheard Kalonji’s conversation with the soldiers. The soldiers reportedly told Kalonji he “doesn’t like Congo.” To which Kalonji replied he worked “for the good” of the country. He told the soldiers he was a member of La Quatrième Voie and explained the movement’s objectives.

The soldiers took him to an office in the camp. Kalonji’s lawyer, Mbikayi, arrived at the camp as soon as he was alerted by the colleague Kalonji had been on the phone with. But instead of letting Mbikayi assist his client, soldiers arrested him, and confiscated their belongings and cash. The two were then taken to the military intelligence headquarters.



A relative of Mbikayi was prevented from bringing him food. In Congo, detainees often only eat if family members bring food to the prison. “I’m really stunned,” Mbikayi’s family member said. “I don’t know how this country is ruled. How can you arrest a lawyer who comes to help a person? There’s no justice in this country.”

This isn’t the first time Kalonji has been arbitrarily detained. On December 15, 2015, Kalonji was arrested and detained by the intelligence agency in Kinshasa for 132 days, without charge or access to family or a lawyer. He was eventually transferred to Kinshasa’s central prison, where he remained until his release on August 27, 2016.

Congolese authorities should immediately and unconditionally release Kalonji and Mbikayi or charge them with a credible offense. Pro-democracy activists and lawyers should be able to work freely and express peaceful opinions without fear of arrest.

Meanwhile, in Goma, four artists arrested on June 23 have been released. Benoit Mugabo, Benito Mupenzi, Precy Numbi, and Cruzz Taylor had organized an artistic demonstration to protest the killings across the central Kasai region and in Beni in North Kivu province. Covered in fake blood, they lay on the side of the road, bearing crosses for the thousands killed. Police arrested them, accused them of inciting disobedience and rebellion, and sent them to prison.

A video shows the artists in handcuffs, shortly after their arrest, surrounded by police officers and bystanders. Mugabo, a photographer, asserts, “Look at what’s done to those who speak out! Look at the handcuffs!” Turning to a police officer, he adds, “You have handcuffs here to come arrest me. Go and arrest those who kill students in Beni!” – referring to a mortar attack the previous day in a building where exams were being held, which wounded five students. At least 700 people, and possibly many more, have been killed in Beni territory since October 2014.

Catholic Bishops Call on Congolese to ‘Stand Up’

Congolese Catholic Church (CENCO) Bishops Fidele Nsielele (left), Marcel Utembi (center), and Fridolin Ambongo (right) arrive to mediate talks between the opposition and the government of President Joseph Kabila in the Democratic Republic of Congo's capital Kinshasa, December 21, 2016. © 2016 Reuters

Religious leaders in the Democratic Republic of Congo have expressed concern that the country is in a “very bad state” and called on Congolese to “stand up” and “take [their] destiny into [their] own hands.”

The dire warning came in a statement on Friday from the 49 archbishops and bishops of Congo’s influential national Episcopal conference (CENCO) after a week-long meeting in the capital, Kinshasa.

The church leaders painted a somber picture of the country’s challenges: The economic crisis is worsening “by the day,” leading to an “explosion” of unemployed youth and making families struggle to make ends meet. They decried the “almost generalized insecurity,” from the horrific violence in the central Kasai region to the presence of foreign armed groups, clashes between government security forces and armed groups, inter-ethnic violence, kidnappings, abductions, and “apparently planned” prison breaks across the country. The bishops said restrictions on free expression and peaceful demonstrations have only increased, and that “instead of confidence building measures,” we have instead seen a “hardening” of those in power.

The bishops blamed the dizzying array of challenges largely on the failure to hold elections in accordance with the constitution. They said it was “unacceptable” that a minority of Congolese people had “decided to take hostage the lives of millions” of others.

They reiterated their call for all signatories to respect and fully implement the New Year’s Eve agreement, which was mediated by CENCO and signed on December 31, 2016. The deal included clear commitments to hold elections by the end of 2017 and that President Joseph Kabila would not be a candidate or amend the constitution. The deal also provided for the main opposition coalition to lead the transitional government as well as a national oversight council, and measures would be taken to open political space. These commitments have largely been ignored, and as a result, CENCO withdrew from its mediation role in late March.

The bishops also called for the establishment of a “serious and objective” investigation in the Kasai region. The United Nations Human Rights Council adopted a resolution on Friday directing the UN High Commissioner for Human Rights to send a team of independent international experts to investigate alleged human rights violations and abuses in Congo’s central region. The resolution’s full implementation will be critical for ensuring justice.

Read CENCO’s full statement here (in French).

Les évêques catholiques appellent les Congolais à « se mettre debout »

Les évêques Fidèle Nsielele (gauche), Marcel Utembi (centre) et Fridolin Ambongo (droite) arrivent aux négociations entre l'opposition et la majorité, à Kinshasa, capitale de la RD Congo, le 21 décembre 2016.  © 2016 Reuters
 
Des dirigeants religieux de la République démocratique du Congo se sont déclarés préoccupés du fait que le pays, selon eux, « va très mal » et ont appelé les Congolais à « se mettre debout » et à « prendre [leur] destin en main. »
 
Cette sévère mise en garde est contenue dans une déclaration faite vendredi par les 49 archevêques et évêques membres de l’influente Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), à l’issue d’une réunion qui a duré une semaine dans la capitale, Kinshasa.
 
Les dirigeants de l’Église ont brossé un sombre tableau des défis auxquels est confronté le pays : la crise économique, ont-ils dit, empire « au jour le jour », conduisant à une « explosion » du chômage des jeunes et à une situation où les familles peinent à joindre les deux bouts. Ils ont déploré « l’insécurité quasi-généralisée », caractérisée par les horribles violences commises dans la région centrale des Kasaïs, par la présence de groupes armés étrangers, par des affrontements entre forces de sécurité du gouvernement et groupes armés, par des violences interethniques, par des enlèvements et par des évasions de prison « apparemment programmées » à travers le pays. Les évêques ont affirmé que les restrictions imposées à la liberté d’expression et aux manifestations pacifiques n’ont fait qu’augmenter et qu’« au lieu de mesures visant à décrisper la politique », on a assisté au « durcissement » des acteurs qui sont au pouvoir.
 
Les évêques ont imputé dans une large mesure la multitude de défis auxquels la RD Congo fait face à la non-organisation des élections conformément à la constitution. Ils ont qualifié d’« inacceptable » le fait qu’une minorité de Congolais ait « décidé de prendre en otages les vies de millions » d’autres personnes.
 
Ils ont réitéré leur appel à tous les signataires à respecter et à mettre pleinement en œuvre l’Accord de la Saint-Sylvestre, négocié sous l’égide de la CENCO et signé le 31 décembre 2016. Cet accord comprenait l’engagement clair de tenir des élections avant la fin de 2017 et stipulait que le président Joseph Kabila ne serait pas candidat et n’amenderait pas la constitution. L’accord prévoyait également que la principale coalition d’opposition dirigerait le gouvernement de transition, ainsi qu’un conseil national de suivi de l’accord, et que des mesures seraient prises pour ouvrir l’espace politique. Ces engagements ont été dans une large mesure ignorés et, en conséquence, la CENCO a renoncé fin mars à son rôle de médiatrice.
 
Les évêques ont également appelé à la mise sur pied d’une enquête « sérieuse et objective » sur les atrocités commises dans la région du Grand Kasaï. Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté une résolution vendredi dernier, donnant pour instruction au Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme d’envoyer une équipe d’experts internationaux indépendants pour enquêter sur les allégations de violations des droits humains et d’abus dans la région centrale de la RD Congo. La pleine mise en œuvre de cette résolution sera essentielle aux efforts visant à assurer que justice soit rendue.
 
Pour prendre connaissance de la totalité de la déclaration de la CENCO, veuillez suivre ce lien.

Un espoir de justice dans la région des Kasaïs

Vue du Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, en Suisse, le 6 juin 2017. © 2017 Reuters
 
Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté hier une résolution donnant au Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme l’instruction d’envoyer une équipe d’experts internationaux enquêter sur des allégations de violations des droits humains et d’abus commis dans la région des Kasaïs, dans le centre de la République démocratique du Congo. La résolution finale, adoptée par consensus, est le résultat d’intenses négociations ces derniers jours et incorpore du langage de propositions préparées par les groupes africain et européen au Conseil.
 
La résolution ne va pas aussi loin que la situation ne l’exige. Elle ne va pas aussi loin que ce que les milliers de victimes dans les Kasaïs méritent. Cependant, elle apporte un espoir de faire la lumière sur les horribles crimes et d’identifier les auteurs et les commanditaires. C’est une étape vers la justice.
 
Le gouvernement congolais a accepté de coopérer avec l’équipe d’experts, notamment en lui facilitant l’accès au pays ainsi qu’aux sites et individus concernés. Toutefois, il existe des préoccupations quant à savoir si ces engagements seront respectés. Certains responsables congolais brouillent les cartes en criant « victoire » au Conseil ; le gouvernement congolais s’est jusqu’à présent opposé à toute enquête internationale sur les Kasaïs, et certains disent maintenant de façon erronée qu’il n’y aura pas d’enquête indépendante, mais uniquement un appui technique à l’enquête judiciaire congolaise. Cela a créé une certaine confusion sur ce qui se trouve réellement dans la résolution, et suscite des doutes quant à savoir si l’équipe d’experts se verra accorder un accès sans entrave pour mener l’enquête solide et indépendante nécessaire.
 

 

Il reste aussi à voir qui rendra au bout du compte justice aux victimes. Étant donné l’ampleur des violations et les sérieux doutes quant à la capacité ou la volonté des tribunaux congolais à garantir la justice dans ce contexte, nous avons exhorté la procureure de la Cour pénale internationale à envisager d’enquêter sur les crimes commis dans la région des Kasaïs.

Pour lire le communiqué de presse complet de Human Rights Watch sur la résolution du Conseil, cliquez ici.

Entre-temps, la police a arrêté quatre artistes – Benoit Mugabo, Benito Mupenzi, Precy Numbi et Cruzz Taylor – à Goma, ville dans l’est du pays, hier matin alors qu’ils menaient une action pacifique et artistique pour protester contre les massacres à travers la région des Kasaïs et à Beni, dans la province du Nord Kivu. Couverts de faux sang, ils se sont allongés sur le bord de la route, portant des croix pour les milliers de victimes tuées. Un procureur du Tribunal de Grande Instance de Goma les a interrogés, et ils étaient toujours détenus à la marie au moment de la rédaction de cet article.

 

Hope for Justice in the Kasai Region

Overview of the United Nations Human Rights Council is seen in Geneva, Switzerland June 6, 2017. © 2017 Reuters

The United Nations Human Rights Council adopted a resolution yesterday directing the UN High Commissioner for Human Rights to send a team of independent international experts to investigate alleged human rights violations and abuses in the central Kasai region of the Democratic Republic of Congo. The final resolution, adopted by consensus, is the result of intense negotiations over the past several days and incorporates language from proposals prepared by the African and European Groups at the council.
 
The resolution doesn’t go as far as the situation warrants. It doesn’t go as far as the thousands of victims in the Kasais deserve. But it does bring hope of uncovering the truth of the horrific crimes and identifying perpetrators and commanders. And it’s a step toward justice.
 
The Congolese government has agreed to cooperate with the team of experts, including by facilitating access to the country and relevant sites and people. There are concerns, however, whether these commitments will be respected. Some Congolese officials are muddying the waters by claiming “victory” at the council; the Congolese government has until now opposed any international investigation into the Kasais, and some are now wrongly saying there will be no independent investigation, just technical support to the Congolese judicial investigation. This has created confusion about what’s really in the resolution, and raises doubts about whether the expert team will be given unhindered access to carry out the needed robust and independent investigation.
 

 

It also remains to be seen who will ultimately deliver justice for the victims. Given the scale of the abuses and serious doubts about the Congolese courts’ ability or willingness to ensure justice in this context, we’ve urged the prosecutor of the International Criminal Court to consider investigating the crimes committed in the Kasai region.

Read Human Rights Watch’s full news release on the council’s resolution here.

 


Meanwhile, police arrested four artists – Benoit Mugabo, Benito Mupenzi, Precy Numbi, and Cruzz Taylor – in the eastern city of Goma yesterday morning while they were staging a peaceful, artistic demonstration to protest the killings across the Kasai region and in Beni in North Kivu province. Covered in fake blood, they lay on the side of the road, bearing crosses for the thousands of victims killed. A prosecutor at Goma’s High Court questioned them and they were still detained at the mayor’s office at the time of writing. 

Les autorités congolaises refusent de renouveler l’accréditation d’une journaliste française

Radio France Internationale (RFI) a annoncé jeudi que les autorités congolaises n’avaient pas renouvelé l’accréditation de sa correspondante Sonia Rolley.

Cet incident est le dernier en date de la répression menée par le gouvernement congolais contre les médias et la liberté d’expression.

Ayant travaillé sur la République démocratique du Congo pendant ces 13 dernières années, Sonia Rolley a développé un large réseau d’auditeurs et de lecteurs, et est reconnue et très respectée dans l’ensemble de la région. La journaliste française a couvert la crise politique en profondeur ces derniers mois et est l’auteure d’une enquête récente détaillée sur les violences dans la région des Kasaïs, dans le centre de la RD Congo. Le non-renouvellement de l’accréditation de Sonia Rolley est une indication de plus que les autorités congolaises veulent cacher la vérité sur les massacres et autres violations des droits humains dans les Kasaïs. 

Entre-temps, le signal de RFI est bloqué à Kinshasa depuis plus de sept mois, ce qui prive de nombreux Congolais d'une source essentielle d'informations. Au moins cinq médias proches de l’opposition restent fermés, malgré les « mesures de décrispation » comprises dans l’accord de la Saint-Sylvestre.

Au cours des deux dernières années et demie, le gouvernement a élargi le champ de répression de ses détracteurs en forçant des responsables et des observateurs des droits humains internationaux à quitter la RD Congo. En octobre 2014, le gouvernement a expulsé le directeur du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme en RD Congo, Scott Campbell, après que son bureau ait publié un rapport concernant des exécutions sommaires et des disparitions forcées lors d'une opération de police à Kinshasa. Le directeur du Groupe d’Étude sur le Congo, Jason Stearns, a été contraint de quitter le pays en avril 2016 à la suite de la publication d’un rapport de son organisation sur des massacres commis dans la région de Béni, dans l’est du pays. En juillet, les autorités ont forcé deux chercheurs de l’organisation internationale Global Witness à quitter la RD Congo alors qu'ils enquêtaient sur certaines pratiques en matière d’exploitation forestière. Et en août, le gouvernement a empêché ma collègue Ida Sawyer de continuer à travailler dans le pays – l’obligeant à quitter la RD Congo, après qu’elle ait vécu et travaillé dans ce pays pendant plus de huit ans.

Congolese Authorities Refuse to Renew Accreditation of French Journalist

Radio France Internationale (RFI) announced on Thursday that the Congolese authorities had not renewed the accreditation of its correspondent Sonia Rolley.

This is just the latest incident in the Congolese government’s crackdown on media and freedom of expression.

Having worked on Congo for the past 13 years, Rolley has developed a significant following and is well-known and widely respected across the region. The French journalist has extensively covered Congo’s political crisis in recent months and recently authored a detailed investigation into the violence in Congo’s central Kasai region. The non-renewal of Rolley’s accreditation is yet another indication that Congolese authorities want to hide the truth about massacres and other abuses in the Kasais.

Meanwhile, the signal for RFI has been blocked in Kinshasa for over seven months, denying many Congolese access to a vital source of information. At least five media outlets close to the opposition remain barred, despite the “confidence-building measures” included in the so-called New Year’s Eve agreement.

Over the last two and a half years, the government has broadened its suppression of criticism by forcing international officials and human rights monitors to leave Congo. In October 2014, the government expelled the director of the United Nations Joint Human Rights Office in Congo, Scott Campbell, after his office published a report about summary executions and enforced disappearances during a police operation in Kinshasa. The director of the Congo Research Group, Jason Stearns, was forced to leave in April 2016, following his organization’s report on massacres in the Beni region of eastern Congo. In July, the authorities forced two researchers from the international organization Global Witness to leave Congo while they were investigating logging practices. And in August, the government blocked my colleague Ida Sawyer from continuing to work in the country – forcing her to move away from Congo after having lived and worked in the country for over eight years.

Repression, Violence Amid Pressure for Peaceful, Democratic Transition in DR Congo

More than six months after President Joseph Kabila’s constitutionally mandated two-term limit ended in December, credible democratic elections in the Democratic Republic of Congo are still nowhere in sight.

Contrary to the main tenets of the so-called New Year’s Eve agreement – which sets out how a transition would be managed until elections are held before the end of December 2017 – Kabila’s ruling coalition has appointed a new government that excludes members of the main opposition coalition, the oversight council has yet to be appointed, there is still no electoral calendar, and the “confidence building measures” outlined in the agreement have not been implemented. Meanwhile, government repression continues against those calling for timely elections. Kabila himself said in a recent interview he had made no promises, refusing to rule out the possibility of a third term or make a clear commitment on when elections will be held.

In June, security forces arrested or forcibly disappeared at least seven members of the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) political party, while the opposition members were attempting to mobilize people to register to vote. All seven have been held in incommunicado detention without charge and with no access to family or lawyers. The apparent strategy to prevent opposition members from participating in the democratic process raises serious doubts about the government’s willingness to hold transparent and fair elections.

For several months, Congo’s international and regional partners gave Congolese authorities the benefit of the doubt – easing up the pressure while hoping the New Year’s Eve agreement would be implemented. Now they are once again sounding the alarm.

The European Union and United States imposed new targeted sanctions against top Congolese officials on May 29 and June 1, sending a clear message there are consequences for the ongoing repression and election delays. The US sanctions showed that Kabila does not have the unconditional support from the new Trump administration that many Congolese officials were hoping for, while the European sanctions went higher up the chain of command than earlier sanctions.

The European Parliament also weighed in with a new resolution on June 14, denouncing the “continuous cycles of conflict and brutal political repression” and strongly regretting “the delays in organizing the next presidential and legislative elections” in Congo and the “lack of progress” in implementing the New Year’s Eve agreement. The parliament called “for further investigations of, and sanctions to be extended against, the persons responsible, at the highest level of government, for the violence and crimes” committed in Congo.

After a complaint and request for physical protection filed on June 2 by Congo’s self-exiled opposition leader and Kabila’s main rival, Moïse Katumbi, a letter was made public on June 16, in which the United Nations Office of the High Commissioner for Human Rights calls on the Congolese government to take all necessary measures to ensure that Katumbi can “return to Congo” and “participate freely and in complete safety, as a candidate, in the presidential elections,” which includes protecting him from arbitrary arrest or detention. After initially bringing charges against Katumbi for alleged recruitment of mercenaries, a court in Lubumbashi convicted him in absentia in June 2016 for forgery regarding a real estate deal many years earlier and sentenced him to three years in prison. Congo’s Catholic bishops have denounced the judicial proceedings as “nothing but farces.” This week Congo’s justice minister presented a possible new roadblock for Katumbi, saying that, if there’s evidence that he has dual nationality, he could not be a candidate in presidential elections.

African leaders have also taken a stand. On June 15, former UN Secretary-General Kofi Annan and nine former African presidents launched an “urgent appeal” to President Kabila and other Congolese leaders for a peaceful, democratic transition. They warned that the future of the country is in “grave danger” in light of its political situation in, “which represents a threat to the stability, prosperity and peace of the Great Lakes region, and indeed for Africa as a whole.”

Officials from Congo’s powerful southwestern neighbor Angola also appear increasingly concerned about Kabila’s inability to resolve the crises facing the country, including horrific levels of violence in Congo’s central Kasai region that forced more than 30,000 people to flee across the border into Angola.

In what many viewed as a sign that Congolese officials are not ‘protected’ and can be held accountable for past crimes, media reported recently that a Belgian court has opened an investigation into the role of Congo’s current justice minister, Alexis Thambwe Mwamba, in the shooting down of a civilian jetliner in 1998.

Thambwe was already facing the heat, with many activists in Congo calling for his resignation after a series of prison breaks across the country. Five prisons have been attacked and more than 5,000 prisoners escaped in recent weeks, fueling insecurity and setting justice efforts back for years. On May 17, unknown assailants launched a large-scale, coordinated attack on the central prison in the capital, Kinshasa, allowing at least 4,000 prisoners to flee under mysterious circumstances. Two days later, 14 prisoners escaped in Kalemie, Tanganyika province, while another 68 reportedly broke free in Kasangulu in Kongo Central province. On June 10, assailants attacked the prosecutor’s office and a police prison in Matete, Kinshasa, setting 17 prisoners free. This incident was followed by a massive prison break the next day in Beni, North Kivu province, where more than 930 prisoners escaped. Early on June 19, shots were fired close to the prison in the town of Butembo, also in North Kivu province.

The Congolese government has also been under pressure to accept an independent international investigation into alleged abuses in the Kasai region of central Congo by the Congolese army and militia groups. More than 3,300 people have been killed in the region since last August, according to the Catholic Church, while over 600 schools have been attacked or destroyed and more than 1.3 million people have been forced to flee their homes.

The renewed pressure on the government will only be effective if it is sustained, targeted, and well-coordinated at the national, regional, and international levels. This is needed to stop the escalation of violence, repression, and instability across the country and get progress toward a peaceful, democratic transition back on track. 

Répression et violences en RD Congo, dans un contexte de pressions pour une transition démocratique pacifique

L'ex-Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan (1938-2018), photographié en 2016. © 2016 Reuters

Plus de six mois après l’expiration, en décembre, du second et dernier mandat autorisé par la constitution du président Joseph Kabila, la tenue d’élections démocratiques crédibles en République démocratique du Congo n’est toujours pas en vue.

Contrairement aux principaux engagements contenus dans l’accord du 31 décembre 2016 – qui établissait la manière dont une transition serait gérée jusqu’à la tenue d’élections avant la fin de décembre 2017 – la coalition au pouvoir dirigée par Kabila a nommé un nouveau gouvernement dont sont exclus les membres de la principale coalition d’opposition, le conseil de suivi de l’accord n’est toujours pas nommé, il n’y a toujours pas de calendrier électoral et les « mesures de décrispation » définies dans l’accord n’ont pas été mises en place. Pendant ce temps, le gouvernement poursuit sa répression contre quiconque appelle à la tenue d’élections dans les délais prévus. Kabila lui-même a affirmé, dans un récent entretien, qu’il n’avait fait aucune promesse, refusant d’exclure la possibilité d’un troisième mandat ou de prendre un engagement clair sur la date à laquelle des élections se tiendraient.
 
En juin, les forces de sécurité ont arrêté ou fait disparaître de force au moins sept membres du parti politique Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), alors que ces membres de l’opposition tentaient de mobiliser les citoyens pour les inciter à se faire inscrire sur les listes électorales. Tous les sept ont été détenus au secret sans chef d’inculpation et sans contact avec les membres de leurs familles ou avec des avocats. Ce qui apparaît comme une stratégie visant à empêcher les membres de l’opposition de participer au processus démocratique suscite de sérieux doutes sur la volonté du gouvernement de tenir des élections transparentes et équitables.
 
Pendant plusieurs mois, les partenaires internationaux et régionaux de la RD Congo ont donné le bénéfice du doute aux autorités congolaises – relâchant leur pression en espérant que l’accord de la Saint-Sylvestre serait mis en œuvre. Maintenant, ils sonnent de nouveau l’alarme.
 
L’Union européenne et les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions ciblées à des responsables congolais de haut rang, le 29 mai et le 1er juin, envoyant un signal clair selon lequel la poursuite de la répression et des reports des élections ne peut rester sans conséquences. Les sanctions américaines ont démontré que Kabila ne jouit pas, de la part de la nouvelle administration Trump, du soutien inconditionnel que de nombreux responsables congolais espéraient, tandis que les sanctions européennes ciblent des personnages plus haut placés le long de la chaîne de commandement que les précédentes sanctions.
 
Le Parlement européen est également intervenu, avec une nouvelle résolution adoptée le 14 juin, dénonçant les « cycles continus de conflit et de répression politique brutale » et regrettant fortement « les atermoiements dans l’organisation des prochaines élections présidentielles et législatives » en RD Congo, ainsi que « le manque de progrès » dans la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016. Le Parlement a appelé « à poursuivre les enquêtes sur les personnes responsables, au plus haut niveau du gouvernement, de la violence et des crimes commis en RDC […] et à étendre les sanctions contre ces personnes ».
 
Après une plainte et à une demande de protection déposées le 2 juin par le leader d’opposition en exil et principal rival de Kabila, Moïse Katumbi, une lettre a été rendue publique le 16 juin, dans laquelle le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme appelle le gouvernement congolais à prendre toutes les mesures nécessaires pour que Katumbi « puisse rentrer en RDC et puisse participer librement et en toute sécurité, en tant que candidat, à l’élection présidentielle », ce qui implique qu’il soit protégé contre toute arrestation ou détention arbitraire. Après avoir tout d’abord inculpé Katumbi d’un prétendu recrutement de mercenaires, un tribunal de Lubumbashi l’a jugé par défaut et déclaré coupable en juin 2016 de faux et usage de faux relatifs à un contrat immobilier signé plusieurs années auparavant, et l’a condamné à trois ans de prison. Les évêques catholiques de RD Congo ont dénoncé ces procédures judiciaires comme n’étant « rien d’autre que des mascarades ». Cette semaine, le ministre de la Justice congolais a présenté ce qui pourrait devenir un nouvel obstacle pour Katumbi, affirmant que, s’il existe des preuves qu’il a une double nationalité, il ne peut pas se présenter à l’élection présidentielle.
 
Des dirigeants africains ont, eux aussi, pris position. Le 15 juin, l’ancien Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et neuf anciens présidents africains ont lancé un « appel urgent » au président Kabila et aux autres dirigeants congolais en faveur d’une transition pacifique et démocratique. Ils les ont avertis que l’avenir du pays était en « grave danger » du fait de sa situation politique, qui « constitue une menace à la stabilité, à la prospérité et à la paix de toute la région des Grands Lacs, voire de l’Afrique dans son ensemble ».
 
Les responsables du puissant voisin de la RD Congo au sud-ouest, l’Angola, semblent également de plus en plus préoccupés par l’incapacité de Kabila à résoudre les crises auxquelles le pays est confronté, notamment celle qui découle d’horribles niveaux de violence dans la région congolaise centrale des Kasaïs, qui ont provoqué la fuite de plus de 30 000 personnes vers la frontière pour passer en Angola.
 
Dans un épisode largement interprété comme le signe que les responsables congolais ne sont pas ‘protégés’ et peuvent être amenés à rendre des comptes pour des crimes commis dans le passé, les médias ont récemment annoncé qu’un tribunal belge avait ouvert une enquête sur le rôle de l’actuel ministre de la Justice congolais, Alexis Thambwe Mwamba, dans la destruction en vol d’un avion civil en 1998.
 
Thambwe était déjà sur la sellette en RD Congo, où de nombreux activistes ont demandé sa démission à la suite d’une série d’évasions de détenus de droit commun à travers le pays. Cinq prisons ont été attaquées et plus de 5 000 détenus se sont évadés ces dernières semaines, entretenant l’insécurité et infligeant une reculade de plusieurs années aux efforts de la justice. Le 17 mai, des assaillants non identifiés ont lancé une attaque coordonnée de grande ampleur contre la prison centrale de la capitale, Kinshasa, libérant au moins 4 000 détenus dans des circonstances mystérieuses. Deux jours plus tard, 14 détenus se sont évadés à Kalémie, dans la province du Tanganyika, tandis que 68 autres se seraient échappés à Kasangulu dans la province de Kongo Central. Le 10 juin, des assaillants ont attaqué le parquet et une maison d’arrêt de la police de Matete, à Kinshasa, libérant 17 détenus. Cet incident a été suivi le lendemain d’une évasion collective massive à Béni, dans la province du Nord Kivu, dans laquelle plus de 930 prisonniers se sont échappés. Dans la matinée du 19 juin, des coups de feu ont été tirés à proximité de la prison de la ville de Butembo, également située au Nord Kivu.
 
Le gouvernement congolais s’est également trouvé sous pression pour accepter l’ouverture d’une enquête internationale indépendante sur des abus présumés commis dans la région des Kasaïs dans le centre du pays, par l’armée congolaise et par des milices. Plus de 3 300 personnes ont été tuées dans cette région depuis août dernier, selon l’Église catholique, tandis que plus de 600 écoles ont été attaquées ou détruites et plus de 1,3 million de personnes ont été contraintes de s’enfuir de leurs domiciles.
 
Cette pression renouvelée sur le gouvernement ne sera efficace que si elle est durable, ciblée et bien coordonnée aux niveaux national, régional et international. Ceci est nécessaire pour faire cesser l’escalade de la violence, de la répression et de l’instabilité à travers le pays et pour remettre sur les rails le processus visant à assurer une transition démocratique pacifique.

Sephora, battue et emprisonnée pour un carton rouge

À travers la République démocratique du Congo, des dizaines de membres de l’opposition et d’activistes sont détenus pour avoir participé à des manifestations pacifiques, s’être opposés au report des élections, ou avoir critiqué des politiques du gouvernement. Beaucoup sont détenus au secret sans inculpation ni accès à leur famille ou à des avocats. D’autres sont jugés sur base d’accusations forgées de toutes pièces. Beaucoup souffrent de passages à tabac réguliers et de conditions de vie épouvantables, qui passent largement inaperçus dans le monde extérieur.

Dans une nouvelle série, Human Rights Watch s’entretient avec des détenus, et interroge des membres de familles au sujet de leurs proches derrière les barreaux, nous montrant la tragédie personnelle des arrestations et détentions arbitraires et leur énorme impact sur les familles et les amis.

Sephora Astride Bidwaya, âgée de 25 ans, est une activiste politique qui est en prison à Goma, ville dans l’est du pays, depuis plus de cinq mois. Diplômée en droit de l’Université de Goma, Sephora s’est engagée en politique à l’âge de 18 ans, quand elle a rejoint l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti d’opposition, avant de devenir vice-présidente des jeunes de ce parti à Goma, chargée de la culture et du genre. Les forces de sécurité l’ont arrêtée le 19 décembre 2016, avec 11 autres membres de partis de l’opposition, lors d’une manifestation pacifique contre la décision du Président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà de son deuxième et dernier mandat autorisé par la constitution, qui prenait fin ce jour-là.

Le mari de Sephora, Blaise Mulume Vuninka, a parlé à Human Rights Watch du jour où sa femme a été arrêtée :

Le 19 décembre, j’ai été arrêté au travail. Je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle j’étais détenu. Ce n’est qu’après 72 heures que j’ai été informé que ma femme avait aussi été arrêtée le 19 décembre, en possession d’un carton rouge [brandi par les manifestants pour symboliser que Kabila avait fait son temps]. On m’a dit que j’avais aussi été arrêté en raison des activités politiques de ma femme. Puis le 26 décembre, j’ai finalement été libéré.

Une fois sorti de détention, Blaise Vuninka a été informé que la police avait transféré sa femme de ses cellules de détention au parquet de Goma :

Trois policiers avaient alors tiré ma femme par le pantalon. Ils lui ont donné des coups de botte dans le ventre et le dos. Pour la faire monter dans la camionnette, on l’y avait pratiquement jetée. Pendant que les autres la battaient, la colonelle l’insultait, disant : « Tu vas là-bas [à l’UDPS] pour te chercher des hommes. Tu es une sale pute ! Tu vas en avoir pour ton compte et regretter d’être descendue dans la rue ce jour-là [pour manifester]. » Je crois que ces coups sont à la base de tous les problèmes de santé qu’elle a actuellement. Quand j’y pense, j’en ai les larmes aux yeux.

Sephora Bidwaya a été transférée plus tard à la prison centrale de Munzenze à Goma, où elle est toujours détenue. Blaise Vuninka a décrit comment son état de santé se détériorait :

Deux mois avant qu’elle soit arrêtée, Sephora avait subi une opération, au cours de laquelle nous avons perdu notre premier bébé. Ses plaies n’étaient pas bien cicatrisées lors de son arrestation, et les coups ont provoqué des douleurs atroces. Elle est aussi asthmatique. En prison, elle a toujours des malaises. Elle s’est évanouie cinq fois pendant la nuit du 17 mai. … Elle dort à même le sol. L’eau à boire n’est pas potable, et les toilettes sont sales.

Sephora Bidwaya et les 11 autres manifestants détenus ont été accusés d’ « outrage au chef de l'État », mais le procès doit encore commencer en raison de questions de procédure contestées.

Blaise Vuninka a conclu :

Je me demande quand cela finira. J’ai besoin de ma femme. Elle n’a fait que porter un petit carton rouge et descendre dans la rue avec d’autres. Elle ne mérite pas tout ce qu’elle vit juste à cause d’une si petite chose.

Au cours d’une réunion à Kinshasa avec des activistes du mouvement de jeunes LUCHA (Lutte pour le changement) le 25 mai, la ministre des droits humains de la RD Congo, Marie Ange Mushobekwa, a dit que Sephora Bidwaya serait rapidement libérée. Espérons que cela sera le cas.

Sephora, Beaten, Jailed for Holding a Red Card

Across the Democratic Republic of Congo, scores of political opposition members and activists are in detention for participating in peaceful demonstrations, speaking out against election delays, or criticizing government policies. Many are held in secret detention without charge or access to family or lawyers. Others have been put on trial on trumped-up charges. Many suffer regular beatings and horrendous living conditions, which go largely unnoticed by the outside world.

In a new series, Human Rights Watch interviews detainees, and asks family members about their loved ones behind bars, showing us the personal tragedy of arbitrary arrest and detention and the tremendous impact on family and friends.

Sephora Astride Bidwaya is a 25-year-old political activist who has been in prison in the eastern city of Goma for over five months. A law graduate from the University of Goma, Sephora became politically active at 18, when she joined the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) opposition party and later became the vice-president of the party’s youth wing in Goma, in charge of culture and gender issues. Security forces arrested her on December 19, 2016, with 11 other opposition party members, during a peaceful protest against President Joseph Kabila’s decision to stay in power past his constitutionally-mandated two-term limit, which ended that day. 

Bidwaya’s husband, Blaise Mulume Vuninka, told Human Rights Watch about the day his wife was arrested:

On December 19, I was arrested at work. I had no idea why I was being detained. Only three days later, I was informed that my wife had also been arrested on December 19 for carrying a red card [waved by protesters as a symbol that Kabila’s time in power was up]. They told me I was also arrested because of my wife’s political work. Then on December 26, they finally released me.

Once out of detention, Vuninka was informed that the police transferred his wife from the police holding cell to the prosecutor’s office in Goma:

Three police officers dragged my wife by her pants. They kicked her with their boots in her stomach and back. To force her into the van, they almost threw her in. While the others beat her, a colonel insulted her, saying: “You go there [to the UDPS] to find yourself men. You’re a dirty whore! You’ll get what you deserve and regret that you went out on the street that day [to protest].” I think that these beatings are the main cause for all her current health issues. When I think about it, it brings tears to my eyes.

Bidwaya was later transferred to Munzenze central prison in Goma, where she is still detained. Vuninka described his wife’s worsening health conditions:

Two months before she was arrested, Sephora had to have surgery and we lost our first baby. Her wounds had not yet healed by the time she was arrested, and the beatings caused her intense pain. She also suffers from asthma. In prison, she still faints sometimes. Just on the night of May 17, she fainted five times. … She has to sleep on the ground. She doesn’t have drinking water, and the toilets are dirty.

Bidwaya and the other 11 detained protesters were charged with “insulting the head of state,” but the trial has yet to start because of contested procedural issues.

Vuninka said:

I am asking myself when this will end. I need my wife. The only thing she did was to hold a little red card and walk down the street with the others. She doesn’t deserve to go through all this because of such a small thing.

During a meeting in Kinshasa with activists from the youth movement LUCHA (Struggle for Change) on May 25, Congo’s human rights minister, Marie Ange Mushobekwa, said that Bidwaya would soon be released. Let’s hope she’s right. 

Un sondage national met en garde contre un avenir morose pour la RD Congo

La vaste majorité des Congolais interrogés lors d’un récent sondage considèrent que leur pays avance dans la mauvaise direction et s’attendent à de nouveaux conflits dans les mois à venir.

© Congo Research Group/Bureau d’Études, de Recherches, et Consulting International (BERCI) © Congo Research Group/Bureau d’Études, de Recherches, et Consulting International (BERCI)

Le sondage réalisé par le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) basé à l’Université de New York et par un institut de sondage congolais, le Bureau d’Études, de Recherches et Consulting International (BERCI), a montré que 77 % des 2 301 personnes interrogées en République démocratique du Congo en février et avril 2017 partageaient cette perspective morose.

Les autres résultats incluaient :

  • 69 % ont indiqué que le président Joseph Kabila aurait dû quitter ses fonctions le 19 décembre 2016 à la fin de la limite des deux mandats consécutifs permise par la constitution ;
  • 83 % ont répondu soutenir l’accord politique conclu le 31 décembre pour sortir de l’impasse politique du pays ;
  • L’Église catholique, sous la médiation de laquelle l’accord a été conclu, bénéficie d’une cote de confiance de 84 % ;
  • En février, 72 % des personnes interrogées ont imputé l’impasse politique à la coalition au pouvoir de Kabila, alors que 27 % l’ont imputé à la coalition d’opposition Rassemblement.

L’accord de la Saint-Sylvestre inclut un engagement à ce que des élections présidentielles aient lieu d’ici la fin de l’année 2017 et qu’aucune tentative ne soit faite pour organiser un référendum ou une modification de la constitution permettant au président de briguer un troisième mandat.

Depuis que l’accord a été conclu, les membres de la coalition au pouvoir ont invoqué à plusieurs reprises la possibilité de tenir un référendum. Peu après la signature de l’accord, de hauts responsables de la coalition au pouvoir de Kabila ont déclaré qu’ils avaient signé l’accord « sous réserve » et certains ont affirmé que l’accord n’était pas constitutionnel parce qu’il empêche explicitement l’organisation d’un référendum pour modifier la constitution. À la fin du mois de janvier dernier, une source anonyme proche de Kabila a indiqué à Jeune Afrique que l’« hypothèse [d’un référendum] doit sérieusement être discutée ». Le 16 avril, le président de la province du Nord-Kivu, appartenant au parti d’opposition modéré Union nationale des nationalistes (UNANA) a appelé à la tenue d’un référendum à la place des élections d’ici la fin de l’année, à la lumière des contraintes budgétaires.

Plus récemment, le 13 mai, le porte-parole de la coalition au pouvoir, André Alain Atundu, a appelé la classe politique du pays à ne pas ravir au peuple congolais son « droit de s’exprimer [...] par référendum », après une réunion de la coalition à Kinshasa. Au cours des récentes semaines, Télé 50, une chaîne de télévision progouvernementale, a diffusé des annonces publicitaires montrant des images de violence dans certains pays africains, dont la RD Congo, mises en parallèle avec des images de référendums apparemment paisibles en République du Congo et au Rwanda voisins. Le narrateur affirme que les personnes dans ces pays ont « privilégié leur patrie ».

Le sondage a aussi montré que le mouvement de jeunes Lutte pour le Changement (LUCHA) bénéfice d’une cote de confiance de 65 %, alors que la répression du gouvernement à l’encontre du groupe se poursuit. Le 15 mai, quatre membres de LUCHA ont été arrêtés devant le bureau de la commission électorale (CENI) à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-Oriental, lors d’une manifestation pacifique appelant à la publication du calendrier électoral. Ils ont été libérés le 21 mai. Quatorze membres d’un autre mouvement de jeunes, Collectif 2016, ont été arrêtés le 17 mai, alors qu’ils manifestaient contre le mauvais état des routes dans leur quartier à Kinshasa. Treize ont été libérés deux jours plus tard, tandis que l’un des activistes, Rossy Mukendi, est toujours détenu dans un centre de détention du renseignement militaire à Kinshasa, sans contact avec sa famille ou un avocat.

Une vaste majorité des personnes interrogées (72 %) ont indiqué qu’elles approuvaient les sanctions ciblées imposées par les États-Unis et l’Union européenne contre les hauts responsables du gouvernement et des forces de sécurité l’an dernier. L’UE et les États-Unis discutent de nouvelles sanctions, qui pourraient être annoncées dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

Le sondage du GEC et du BERCI offre un aperçu rare et instructif sur l’opinion publique congolaise. Il laisse entendre qu’il y aurait un fort support public pour sauvegarder l’accord de la Saint-Sylvestre et pour garantir l’organisation d’élections présidentielles dignes de foi d’ici la fin de l’année, alors qu’il pourrait y avoir une opposition considérable à un processus de référendum pour modifier la constitution.

Nationwide Poll Warns of a Gloomy Future for DR Congo

The vast majority of Congolese people questioned in a new poll believe their country is going in the wrong direction and are expecting more strife in the coming months.

© Congo Research Group/Bureau d’Études, de Recherches, et Consulting International (BERCI) © Congo Research Group/Bureau d’Études, de Recherches, et Consulting International (BERCI)


The poll by the New York University-based Congo Research Group and a Congolese polling agency, the Bureau d’Études, de Recherches, et Consulting International (BERCI), found that 77 percent of the 2,301 people surveyed in the Democratic Republic of Congo in February and April 2017 shared that gloomy outlook.

Other results included:

  • 69 percent said President Joseph Kabila should have resigned at the end of his constitutionally mandated two-term limit on December 19, 2016;
  • 83 percent support the political agreement struck on December 31 to overcome the country’s political impasse;
  • The Catholic Church, which mediated the deal, enjoys an 84 percent approval rating;
  • In February, 72 percent of respondents blamed the political impasse on Kabila’s ruling coalition, while 27 percent blamed the Rassemblement opposition coalition.

The New Year’s Eve agreement includes a commitment that presidential elections will be held by the end of 2017, and no attempts would be made to hold a referendum or change the constitution to allow the president to run for a third term.

Since the agreement was signed, members of the ruling coalition have repeatedly invoked the possibility of holding a referendum. Soon after the deal was signed, senior officials from Kabila’s ruling coalition said they had signed the agreement “with reservations,” and some asserted the agreement wasn’t constitutional because it explicitly prevents a referendum to change the constitution. In late January, an anonymous source close to Kabila told Jeune Afrique that the “hypothesis [of a referendum] has to be seriously discussed.” On April 16, the North Kivu provincial president of the moderate opposition party Union of Nationalists (UNANA) called for the holding of a referendum instead of elections by the end of the year, in light of budgetary constraints.

Most recently, on May 13, 2017, the ruling coalition’s spokesperson André Alain Atundu called on the country’s political class not to take away the “right [of the Congolese people] to express themselves through a referendum,” following a meeting of the coalition in Kinshasa. In recent weeks, Télé 50, a pro-government television station, has been showing advertisements with images of violence in several African countries, including Congo, juxtaposed by images of seemingly peaceful referenda in neighboring Republic of Congo and Rwanda. The narrator states that people in these countries “privileged their homelands.”

The poll also found that the youth movement Struggle for Change (LUCHA) enjoys a 65 percent approval rating, as government repression against the group continues. On May 15, four LUCHA members were arrested in front of the office of the electoral commission (CENI) in Mbuji-Mayi, Kasai Oriental province, during a peaceful protest calling for publication of the electoral calendar. They were released on May 21. Fourteen members of another youth movement, Collectif 2016, were arrested on May 17, while protesting bad road conditions in their neighborhood in Kinshasa. Thirteen were released two days later, while one of the activists, Rossy Mukendi, is still being held at a military intelligence detention center in Kinshasa, without access to his family or lawyer.

A large majority – 72 percent – of all survey respondents said they approved of the targeted sanctions imposed by the United States and European Union against senior government and security force officials last year. The EU and US are discussing new sanctions, which might be announced in the coming days or weeks.

The CRG/BERCI poll provides a rare and insightful glimpse into Congolese public opinion. The poll suggests that there would be strong public support for salvaging the New Year’s Eve deal and ensuring the organization of credible presidential elections by year’s end, while there might be considerable opposition to a referendum process to change the constitution. 

Des actions fortes sont nécessaires pour sauver l'accord de la Saint-Sylvestre en RD Congo

La perspective d'élections démocratiques d'ici la fin de l'année en République démocratique du Congo semble s’éloigner de plus en plus, alors que les termes d'un accord posant les bases d'un vote sont largement ignorés.

Non seulement la coalition au pouvoir en RD Congo défie certains principes clés de l'accord de la Saint-Sylvestre, mais les forces gouvernementales exercent une répression politique effrénée et commettent des violations à grande échelle des droits humains. Le manque de mise en œuvre de l’accord commence à ressembler à une manœuvre dilatoire de plus pour maintenir le président Joseph Kabila au pouvoir. Des actions fortes, y compris de nouvelles sanctions ciblées, sont nécessaires de toute urgence afin de renouveler la pression et de tenter de remettre l’accord sur la bonne voie.

Le président Joseph Kabila s'adresse à la nation au Palais du Peuple à Kinshasa, capitale de la RD Congo, le 5 avril 2017. © 2017 Reuters

Ce type de pression a fonctionné en RD Congo par le passé. Les partenaires internationaux du pays – notamment les États-Unis, l'Union européenne et les leaders régionaux – ont fait pression sur Kabila et son gouvernement dans les mois précédant le 19 décembre 2016, marquant la fin de son deuxième et dernier mandat autorisé par la constitution. Cela avait entraîné des concessions importantes et l'aval de Kabila à l’accord conclu grâce à la médiation de l’Église catholique, qui stipule qu'il ne tentera pas de modifier la constitution ni de briguer un nouveau mandat, et que les élections auront lieu avant fin décembre 2017.

Mais la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) s’est retirée de son rôle de médiatrice fin mars, en raison de l’impasse dans laquelle se trouvait la mise en œuvre de l’accord. Peu après, Kabila a refusé de permettre à la coalition d’opposition du Rassemblement de choisir le Premier ministre intérimaire, en apparente violation de l’accord de la Saint-Sylvestre. Au lieu de cela, le 7 avril, il a nommé Bruno Tshibala, un ancien leader de l’opposition qui avait été exclu du principal parti d’opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

L’Union européenne, la Belgique et la France ont toutes soulevé des préoccupations au sujet de sa nomination et ont appelé à la pleine mise en œuvre de l'accord de décembre. Le 21 avril, les évêques catholiques de RD Congo ont qualifié sa désignation d’« entorse » à l’accord pour lequel ils avaient servi de médiateurs.

Le dénommé « arrangement particulier », une annexe à l’accord de la Saint-Sylvestre exposant la façon dont cet accord sera mis en œuvre, a été finalement signé le 27 avril – mais seulement par la coalition au pouvoir et par quelques éléments de l’opposition modérée. La coalition du Rassemblement a refusé de le signer, dénonçant ce qu’elle a qualifié de « mascarade ». De nombreuses ambassades de même que l’Église catholique n’ont pas assisté à la cérémonie de signature.

Les « mesures de décrispation » mentionnées dans l’accord ont à peine été traitées. Des dizaines de prisonniers politiques demeurent en détention, au moins cinq médias proches de l'opposition restent fermés, et le signal de Radio France Internationale (RFI) est bloqué à Kinshasa depuis six mois.

Un rapport confidentiel de la CENCO sur deux des « cas emblématiques » traités par la commission du dialogue sur les mesures de décrispation, qui a fuité dans la presse la semaine dernière et consulté par Human Rights Watch, a conclu que les procès contre les leaders d’opposition Moïse Katumbi et Jean-Claude Muyambo reposaient sur des motifs politiques, étaient entachés d’irrégularités et n’étaient « rien d’autre que des mascarades ». Le rapport, qui a été communiqué confidentiellement à Kabila le 29 mars, appelle à la libération immédiate de Muyambo, qui avait été arrêté pendant les manifestations nationales en janvier 2015 et condamné le 12 avril 2017 à cinq ans de prison. Il appelle également au retrait du mandat d’arrêt et à l’abandon des poursuites contre Katumbi, qui vit en exil depuis mai 2016, ainsi qu’à la libération des associés de Katumbi qui avaient été arrêtés.

Au cours des manifestations politiques qui ont eu lieu à travers le pays au mois de décembre, les forces de sécurité ont tué plus de 60 personnes et ont emprisonné des centaines de dirigeants et de partisans de l’opposition, d’activistes pro-démocratie et de manifestants pacifiques. Des officiers supérieurs des services de renseignement et des forces de sécurité responsables de la répression en décembre, et au cours des deux années et demi passées, occupent toujours des postes supérieurs, et aucun effort n’a été fait pour s’assurer qu’ils rendent des comptes.

Plus récemment, le 10 avril, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et arrêté plus de 80 personnes pour disperser ou empêcher de petites manifestations en RD Congo. Trente-trois activistes du mouvement citoyen LUCHA (Lutte pour le Changement) ainsi que deux autres personnes ont été arrêtés le 12 avril au cours d’un sit-in pacifique devant la Banque centrale à Goma. Ils protestaient contre le fait que des milliers de personnes qui avaient placé leurs épargnes auprès de prêteurs de microcrédit supervisés par la Banque centrale avaient ensuite été dans l’incapacité de les recouvrer. Les activistes voulaient dénoncer « l’incompétence » et la « complaisance » de la Banque centrale dans ce processus. Ils ont été relâchés plus tard le même jour. La police a également agressé plusieurs journalistes couvrant le sit-in. Le 19 avril, les forces de sécurité ont de nouveau arrêté 17 activistes de la LUCHA, dont trois jeunes femmes, au cours d’une manifestation similaire à Goma. Ils ont été relâchés le 22 avril, sans inculpation.

À Kinshasa, 24 activistes des mouvements LUCHA et « Il est temps » ont été arrêtés le 27 avril, alors qu’ils protestaient contre l’insalubrité dans la capitale. Des policiers ont pris les t-shirts des activistes et ont arraché d'autres symboles de leurs mouvements, laissant deux femmes à moitié nues. Ils ont été détenus dans un camp de la police et libérés plus tard, après que le gouverneur de Kinshasa soit intervenu. Treize activistes de LUCHA et de « Il est temps » ont été arrêtés le 5 mai devant l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa, où ils s’étaient rendus pour remettre un document réclamant davantage d’emplois pour les jeunes. Ils ont été relâchés plus tard le même soir.

À Lubumbashi le 6 mai, les forces de sécurité ont dispersé des personnes qui s’étaient rassemblées au centre ville pour une réunion de la coalition d’opposition Rassemblement, arrêtant plusieurs partisans du Rassemblement.

Les autorités congolaises ont un long chemin à parcourir pour « assurer un environnement propice à la conduite de ce processus électoral », tel que demandé par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans une déclaration du 4 mai, le Conseil a exhorté le gouvernement de la RD Congo et toutes les autres parties concernées à « créer les conditions nécessaires pour que le processus électoral soit libre, […] qu’il s’accompagne d’un débat politique libre et constructif, et que soient assurés la liberté d’opinion et d’expression, y compris pour la presse, la liberté de réunion, un accès équitable aux médias, y compris aux médias d’État, la sécurité de toutes les acteurs politiques et la liberté de circulation de tous les candidats, ainsi que des observateurs et témoins, des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et des acteurs de la société civile, notamment des femmes. »

Entretemps, il n'y a toujours pas de calendrier électoral, et l’enrôlement des électeurs a été entravé par l'insécurité et les défis logistiques. Le 1er mai, la commission électorale a annoncé que l’enrôlement dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central avait été reporté sine die. Cette région du centre de la RD Congo – un bastion de l’opposition – s’est retrouvée en proie aux violences entre forces gouvernementales et milices locales et aux attaques ciblées contre des civils ces derniers mois, avec plus de 400 personnes tuées et 1, 27 million de personnes déplacées de leurs foyers, y compris plus de 100,000 nouveaux déplacés internes uniquement pour la semaine dernière. Plus de 40 fosses communes ont été documentées, et deux experts de l’ONU ont été assassinés en mars.

Il existe de graves préoccupations concernant une répression gouvernementale accrue à travers le pays. L’UDPS a annoncé que le corps d’Étienne Tshisekedi, le leader d’opposition de longue date en RD Congo décédé en Belgique le 1er février, serait rapatrié en RD Congo le 12 mai. Alors que la date pourrait être reportée à nouveau, le retour du corps de Tshisekedi pourrait être un point critique pour les violences entre les partisans de l'opposition mobilisés et les forces de sécurité gouvernementales.

Les États-Unis, l’Union européenne et le Conseil de sécurité devraient imposer de nouvelles sanctions ciblées à l’encontre des principales autorités de RD Congo les plus responsables des graves violations des droits humains et des tentatives de retarder ou d’entraver les élections. Une nouvelle série de sanctions ciblées par les États-Unis adresserait un message clair selon lequel la pression sur le gouvernement Kabila continuera sous la nouvelle administration Trump. Le 6 mars les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont chargé la Haute représentante Federica Mogherini d’entamer le processus menant à de nouvelles sanctions ciblées, et ils devraient désormais passer à l’adoption de ces sanctions lors du prochain Conseil des Affaires étrangères le 15 mai.

Ces mesures devraient être accompagnées d'une forte campagne de messages publics et privés de la part des partenaires internationaux et régionaux de la RD Congo, indiquant qu'il y aura des conséquences graves dans leurs relations avec la RD Congo si des élections crédibles ne sont pas organisées d'ici la fin de l'année.

Les partenaires internationaux ainsi que les dirigeants politiques et religieux congolais devraient appeler plus fermement les autorités à libérer les prisonniers politiques, abandonner les accusations basées sur des motifs politiques contre des activistes et des dirigeants politiques en exil, rouvrir les médias interdits, lever les interdictions de manifestations politiques pacifiques, et permettre aux jeunes activistes et à tous les Congolais d’exprimer librement leurs points de vue sans crainte d'arrestation ou de mauvais traitements. Ils devraient également faire en sorte de garantir que le Conseil national de suivi de l'accord (CNSA), conçu pour surveiller la mise en œuvre de l'accord de la Saint-Sylvestre et l'organisation des élections, soit établi rapidement. Ce Conseil devrait pouvoir agir de manière indépendante et avec un mandat fort pour soutenir l'organisation d'élections crédibles, transparentes et pacifiques avant la fin de l'année.

Des mesures vigoureuses et un engagement de haut niveau sont nécessaires maintenant, tant qu'il y a encore un espoir de mettre la RD Congo sur la voie d'élections crédibles et transparentes, et avant que le pays ne sombre dans davantage de violence et de violations des droits humains. 

------------

À lire aussi :

Adiac-Congo 10.05.17

Strong Action Needed to Salvage DR Congo Elections Deal

The prospect of democratic elections by year’s end in the Democratic Republic of Congo seems to be moving further and further away, as the terms of a deal laying the groundwork for a vote are largely ignored.

Congo’s ruling coalition is not only defying key tenets of the New Year’s Eve agreement, but government forces are meting out unchecked political repression and large-scale human rights abuses. The lack of implementation of the deal is starting to seem like yet another delaying tactic to keep President Joseph Kabila in power. Strong actions, including new targeted sanctions, are urgently needed to renew the pressure and try to get the deal back on track.

President Joseph Kabila addresses the nation at the Palais du Peuple, in the Democratic Republic of Congo's capital, Kinshasa, April 5, 2017. © 2017 Reuters


This type of pressure has worked in Congo before. The country’s international partners – including the United States, the European Union, and regional leaders – pressured Kabila and his government in the months leading to the end of his constitutionally mandated two-term limit on December 19, 2016. This led to significant concessions and Kabila’s endorsement of the Catholic Church-mediated deal, which states that he will not attempt to change the constitution or run for another term and that elections will be held before the end of December 2017.

But Congo’s conference of Catholic bishops, CENCO, withdrew from their mediation role in late March, due to the impasse over the implementation of the deal. Shortly thereafter, Kabila refused to allow the Rassemblement opposition coalition to choose the interim prime minister in apparent violation of the New Year’s Eve agreement. Instead, on April 7, he nominated Bruno Tshibala, a former opposition leader who had been dismissed from the main opposition party, the Union for Democracy and Social Progress (UDPS).

The EUBelgium, and France all raised concerns about his appointment and called for full implementation of the December deal. On April 21, Congo’s Catholic bishops called his appointment an “infringement” of the agreement they had mediated.

The so-called “arrangement particulier”, an annex to the New Year’s Eve deal setting out how it will be implemented, was finally signed on April 27 – but only by the ruling coalition and some moderate opposition. The Rassemblement coalition refused to sign, denouncing what they called a “masquerade.” Many embassies and the Catholic Church did not attend the signing ceremony.

The “confidence building measures” (mesures de décrispation) referred to in the agreement have hardly been addressed. Dozens of political prisoners remain in detention, at least five media outlets close to the opposition remain barred, and the signal for Radio France Internationale (RFI) has been blocked in Kinshasa for the past six months.

A confidential CENCO report on two of the “emblematic cases” addressed by the dialogue’s commission on confidence-building measures, which was leaked to the press last week and seen by Human Rights Watch, found that the trials against opposition leaders Moïse Katumbi and Jean-Claude Muyambo were politically motivated, plagued by irregularities, and “nothing but farces.” The report, which was shared confidentially with Kabila on March 29, calls for the immediate release of Muyambo, who was arrested during nationwide demonstrations in January 2015, and sentenced on April 12, 2017 to five years in prison. It also calls for the withdrawal of the arrest warrant and dismissal of proceedings against Katumbi, who has been living in exile since May 2016, and the release of Katumbi’s associates who were arrested.

During political protests across the country in December, security forces killed more than 60 people and jailed hundreds of opposition leaders and supporters, pro-democracy activists, and peaceful protesters. Senior intelligence and security force officers responsible for the repression in December, and over the past two-and-a-half years, still hold senior positions, and no efforts have been made to hold them to account.

More recently, security forces fired teargas and arrested more than 80 people to break up or prevent small demonstrations across Congo on April 10. Thirty-three activists from the citizens’ movement LUCHA (Struggle for Change) and two bystanders were arrested on April 12 during a peaceful sit-in outside the Central Bank in Goma. They were protesting how thousands of people who had placed their savings with micro-credit lenders that the Central Bank oversees were later unable to pay their clients, and to denounce the Central Bank’s “incompetence” and “complacency” in this process. They were released later that day. Police also roughed-up several journalists covering the sit-in. On April 19, security forces again arrested 17 LUCHA activists, including three young women, during a similar protest in Goma. They were released on April 22, without charge.

In Kinshasa, 24 activists from the LUCHA and Il est temps (It is time) movements were arrested on April 27, while protesting the lack of an effective waste disposal system in the capital. Police officers ripped the activists’ T-shirts and other symbols of their movements off them, leaving two women half-naked. They were detained in a police camp and later released after Kinshasa’s governor intervened. Thirteen activists from LUCHA and Il est temps were arrested on May 5 in front of the main government building in Kinshasa, where they had gone to deliver a memo requesting employment for youth. They were released later that evening.

In Lubumbashi on May 6, security forces dispersed people who had gathered in the center of town for a Rassemblement opposition coalition meeting, arresting several Rassemblement supporters.

Congolese authorities have a long way to go to “ensure an environment conducive to the conduct of this electoral process,” as called for by the United Nations Security Council. In a statement on May 4, the council emphasized the need for “free and constructive political debate, freedom of opinion and expression, including for the press, freedom of assembly, equitable access to media including State media, the security of all political actors, freedom of movement for all candidates, as well as for elections observers and witnesses, journalists, human rights defenders and actors from civil society including women.”

Meanwhile, there is still no electoral calendar, and voter registration has been hampered by insecurity and logistical challenges. On May 1, the electoral commission announced that registration in Kasai and Kasai Central provinces had been delayed indefinitely. This region of central Congo – an opposition stronghold – has been plagued by violence between government forces and local militias and targeted attacks on civilians in recent months, with more than 400 people killed and 1.27 million people displaced from their homes, including more than 100,000 displaced just in the past week. More than 40 mass graves have been documented, and two UN experts were murdered in March.

There are grave concerns about increased government repression across the country. The UDPS has announced that the body of Étienne Tshisekedi, Congo’s long-time opposition leader who passed away in Belgium on February 1, will be repatriated to Congo on May 12. While the date might be postponed again, the return of Tshisekedi’s body could be a flashpoint for violence between mobilized opposition supporters and government security forces.

The US, EU, and the Security Council should impose new targeted sanctions against Congo’s top officials most responsible for serious human rights abuses and for attempts to delay or derail the elections. A new round of targeted sanctions from the US would send a clear message that pressure on the Kabila government will continue with the new Trump administration. Foreign ministers of the EU instructed High Representative Federica Mogherini to start the process for new targeted sanctions on March 6, and they should now move forward with adopting these sanctions during the upcoming Foreign Affairs Council on May 15.

These measures should be accompanied by strong public and private messaging from Congo’s international and regional partners, indicating that there will be grave consequences in their relations with Congo if credible elections are not organized by the end of the year.

International partners and Congolese political and religious leaders should more forcefully call on the authorities to release political prisoners, drop politically motivated charges against activists and political leaders living in exile, reopen barred media outlets, lift bans on peaceful political demonstrations, and allow youth activists and all Congolese to freely express their views without fear of arrest or mistreatment. They should also work to ensure that the Conseil national de suivi de l'accord (CNSA), designed to monitor the implementation of the New Year’s Eve deal and the organization of elections, is established quickly. It should be able to act independently and with a strong mandate to support the organization of credible, transparent, and peaceful elections before the end of the year.

Strong action and high-level engagement are needed now, while there is still hope of setting Congo back on the path towards credible, transparent elections before the country descends into greater violence and rights abuses. 

Small Protests Falter in Face of Repression in DR Congo

Security forces fired teargas and arrested over 80 people to break up or prevent small demonstrations across the Democratic Republic of Congo yesterday. Opposition parties had called for protests against the failed implementation of the New Year’s Eve agreement, a power-sharing deal mediated by the Catholic Church last year after President Joseph Kabila refused to step down from power at the end of his two-term limit.

Yesterday in the capital, Kinshasa, daily life came to a near stand-still in the morning with many shops closed and roads largely empty. Small groups of people attempted to protest in Kalamu, Kimbanseke, Lemba, Limete, Masina, Matete, Ndjili, and Ngaliema neighborhoods, but they were quickly dispersed by security forces, who in some cases fired teargas on groups of protesters. Some protesters in turn threw rocks at the police. At least 40 people were arrested across Kinshasa, around a dozen of whom were released by the end of the day.

Security forces arrested at least 12 people in Bukavu; 10 in Kindu; 10 in Lubumbashi; seven in Kongolo; five in Mbuji-Mayi, and four in Kamina. Forces also beat protesters in Kamina, wounding at least six people. Small protests in Bunia and Mbandaka were dispersed without any arrests reported. In Beni and Kananga, opposition parties decided against a protest and instead called for a ville morte – literally a “dead city.” Numerous shops remained closed, and many people stayed home. Local activists reported unusually high numbers of security forces deployed in other cities, including in Kananga, Kisangani, Bandundu, and Kikwit.

The national police spokesperson, Col. Pierrot Mwanamputu, said on Sunday that “the police will prevent all non-authorized and politically motivated demonstrations across the territory.” Congolese authorities have repeatedly declared unjustified bans on political protests led by the opposition, further shrinking the country’s democratic space.

The relatively low turnout during yesterday’s protests seems to have been due in part to the fear of government repression, as well as the fatigue of protesting with little tangible results. Scores of people were killed during political protests last September and December. Pro-democracy youth activists and others say yesterday’s protests could have been bigger if it were about telling Kabila he needs to step down, but people aren’t willing to risk their lives about a fight over posts in a transitional government.

On Friday, Kabila nominated Bruno Tshibala, a former opposition leader, to be the new prime minister. Tshibala had been dismissed from the main opposition party, the Union for Democracy and Social Progress (UDPS), in early March. Many viewed his appointment as a violation of the New Year’s Eve agreement, which calls for the prime minister during the transition to be chosen by the Rassemblement opposition coalition. The European Union, Belgium, and France all raised concerns about his appointment and called for full implementation of the December deal. The EU also warned that they stand ready to impose additional targeted sanctions against those responsible for serious human rights abuses. 

De petites manifestations vacillent face à la répression en RD Congo

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et ont arrêté plus de 80 personnes pour disperser ou empêcher de petites manifestations à travers la République démocratique du Congo hier. Des partis de l'opposition avaient appelé à manifester contre la non-mise en œuvre de l'accord de la Saint-Sylvestre, un accord incluant un partage du pouvoir, conclu grâce à la médiation de l’Église catholique l'année passée après que le président ait refusé de quitter le pouvoir à l'expiration des deux mandats consécutifs que lui autorisait la constitution.

Hier à Kinshasa, la capitale, la vie quotidienne s'est presque immobilisée le matin, de nombreux magasins étant fermés et les routes largement désertes. De petits groupes de personnes ont tenté de manifester dans les communes de Kalamu, Kimbanseke, Lemba, Limete, Masina, Matete, Ndjili et Ngaliema, mais ils ont été rapidement dispersés par les forces de sécurité, qui dans certains cas ont tiré des gaz lacrymogènes sur des groupes de manifestants. Certains manifestants ont réagi en lançant des pierres sur la police. Au moins 40 personnes ont été arrêtées dans tout Kinshasa, dont une douzaine ont été libérées avant la fin de la journée.

Les forces de sécurité ont arrêté au moins 12 personnes à Bukavu ; 10 à Kindu ; 10 à Lubumbashi ; sept à Kongolo ; cinq à Mbuji-Mayi ; et quatre à Kamina. Ces forces ont aussi frappé des manifestants à Kamina, blessant au moins six personnes. De petites manifestations à Bunia et à Mbandaka ont été dispersées sans qu'aucune arrestation ne soit signalée. À Beni et à Kananga, les partis d'opposition avaient décidé de ne pas organiser de manifestations et avaient appelé au lieu de cela à une « ville morte ». De nombreux magasins sont restés fermés, et beaucoup de personnes sont restées à la maison. Des activistes locaux ont fait état d'un nombre anormalement élevé de forces de sécurité déployées dans d'autres villes, y compris Kananga, Kisangani, Bandundu et Kikwit.

Le porte-parole de la police nationale, le colonel Pierrot Mwanamputu, a affirmé dimanche que « la police nationale congolaise empêchera l’exercice de toute manifestation publique à caractère politique, non autorisée à travers toute l’étendue du territoire national. » Les autorités congolaises ont à maintes reprises interdit de manière injustifiée des manifestations menées par l’opposition, rétrécissant encore plus l’espace démocratique dans le pays.

La relativement faible participation pendant les manifestations d’hier semble avoir été due à la peur de la répression du gouvernement, ainsi qu’à la lassitude de manifester sans grand résultat tangible. Un grand nombre de personnes ont été tuées au cours de manifestations politiques en septembre et décembre derniers. De jeunes activistes pro-démocratie et d’autres personnes affirment que les manifestations d’hier pourraient avoir eu une plus grande ampleur si elles visaient à dire à Kabila qu’il doit quitter le pouvoir, mais que les gens ne sont pas disposés à risquer leur vie pour une lutte au sujet de postes au sein d’un gouvernement de transition.

Vendredi, Kabila a nommé Bruno Tshibala, un ancien leader de l’opposition, nouveau Premier ministre. Tshibala avait été exclu du principal parti de l’opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), au début du mois de mars. De nombreuses personnes ont vu dans sa nomination une violation de l’accord de la Saint-Sylvestre, qui stipule que le Premier ministre pendant la période de transition doit être choisi par la coalition d’opposition du Rassemblement. L’Union européenne, la Belgique et la France ont toutes fait part de leurs inquiétudes à propos de cette nomination et ont appelé à la pleine mise en œuvre de l’accord du 31 décembre. L’UE a également averti qu’elle se tenait prête à imposer de nouvelles sanctions ciblées contre les personnes responsables de graves violations des droits humains.

US Conflict Minerals Rule Should Be Refined, Not Revoked

The United States may no longer require companies to disclose sources for gold and other potential “conflict minerals” – a move with potentially dire consequences for mineral-rich Democratic Republic of Congo.

Michael Piwowar, the acting chairman of the US Securities and Exchange Commission (SEC), took expansive action on Friday to suspend enforcement of the auditing requirements linked to Dodd-Frank Section 1502. While it is unclear whether Piwowar could unilaterally make this move, it could effectively suspend enforcement of an important rule requiring companies to disclose sources for minerals they use, a critical step taken to combat the trade in conflict minerals that enrich abusive armed groups. In February, the Trump administration had threatened to suspend or revoke the rule entirely.

Arvind Ganesan, Business & Human Rights director at Human Rights Watch, testifies in front of the US Senate on April 5, 2017.  © Human Rights Watch


As my colleague Arvind Ganesan testified at a US Senate hearing last week, this action would send exactly the wrong message to actors in Congo. The country is mired in a deep political and human rights crisis due to the failure to organize elections before the end of President Joseph Kabila’s constitutionally mandated two-term limit in December 2016. After significant pressure from the international community – including targeted US sanctions against top officials and other strong measures backed by the US Congress – President Kabila made some important concessions in an end-of-the year deal mediated by the Catholic Church. Yet implementation of the deal has stalled, as violence between militia groups and the Congolese security forces have escalated in many parts of the country, along with an alarming increase in human rights violations.

Suspending enforcement of the SEC rule sends a strong signal that the US is downgrading respect for human rights as a priority in US policy towards Congo. This could make it easier for abusive armed groups, factions of the security forces, and other opaque mafia-like networks allegedly linked to government officials to return to the lucrative mines in eastern Congo to finance their activities. This could spark new security problems throughout the volatile region.

Prominent US companies such as Intel, Apple, Tiffany, and Warren Buffett’s Richline Jewelers support Dodd-Frank 1502. They have invested a lot of time and money over the past five years to comply, and want to act responsibly. Eliminating 1502 would put them at a competitive disadvantage against less responsible companies.

This is a unique situation where major American companies, human rights groups, and many Congolese civil society organizations all want 1502 to stay. But the Trump administration doesn’t. The administration should consider those views and stop trying to get rid of 1502 when it should be supporting responsible companies and looking at holistic approaches to keeping conflict mineral revenues out of the hands of abusive armed groups.

La loi américaine sur les minéraux de conflit devrait être perfectionnée, et non pas abrogée

Les États-Unis pourraient cesser d'exiger que les compagnies américaines révèlent leurs sources d'approvisionnement en or et en d'autres minéraux alimentant potentiellement des conflits – décision qui pourrait entraîner de graves conséquences pour la République démocratique du Congo, pays riche en minerais.

Michael Piwowar, président par intérim de la Securities and Exchange Commission (SEC), la Commission américaine des opérations de bourse, a décidé vendredi de suspendre la mise en application des procédures de contrôle exigées par la loi Dodd-Frank Section 1502. Quoique il n'apparaisse pas encore clairement si Michael Piwowar est habilité à prendre cette décision unilatéralement, celle-ci pourrait avoir pour effet immédiat de suspendre la mise en œuvre d'une règle importante qui consiste à exiger des entreprises engagées dans le commerce des minéraux de révéler leurs sources d'approvisionnement, mesure essentielle prise dans le but de lutter contre le trafic de divers minerais provenant de zones de conflit qui enrichit des groupes armés aux pratiques abusives. En février, l'administration Trump avait menacé de suspendre cette règle, voire même de l'abroger purement et simplement.

Arvind Ganesan, directeur de la division Entreprises et droits humains à Human Rights Watch, au Sénat américain le 5 avril 2017. © Human Rights Watch

Comme mon collègue Arvind Ganesan l'a dit dans une déposition devant une Commission du Sénat américain la semaine dernière, une telle décision enverrait un très mauvais signal aux différents acteurs en RD Congo. Ce pays est enlisé dans une profonde crise politique et des droits humains du fait qu'il n'a pas été possible d'organiser des élections avant décembre 2016, date à laquelle a expiré le deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila autorisé par la constitution. Après de fortes pressions exercées par la communauté internationale — notamment l'adoption par les États-Unis de sanctions ciblées contre des responsables de haut rang, ainsi que d'autres mesures de fermeté soutenues par le Congrès — le président Kabila a fait d'importantes concessions dans un accord conclu à la fin de l'année 2016 grâce à la médiation de l'Église catholique. Toutefois, la mise en œuvre de cet accord est dans l'impasse, tandis que les violences entre diverses milices et les forces de sécurité congolaises sont en augmentation dans de nombreuses régions du pays, ce qui s'accompagne d'une hausse alarmante des violations des droits humains.

La suspension de la mise en application de la règle par la SEC envoie de façon spectaculaire le signal que les États-Unis ne considèrent plus le respect des droits humains comme une priorité dans leur politique à l'égard de la RD Congo. Ceci pourrait rendre plus facile pour des groupes armés aux pratiques abusives, des factions au sein des forces de sécurité et d'autres réseaux opaques s'apparentant à des mafias et prétendument liés à des responsables gouvernementaux, de reprendre le contrôle de zones minières lucratives de l'est de la RD Congo pour financer leurs activités. Ceci pourrait conduire à de nouveaux problèmes de sécurité dans toute cette région instable.

Des compagnies américaines de renom comme Intel, Apple, Tiffany et le groupe de joaillerie Richline de Warren Buffett sont favorables à la loi Dodd-Frank 1502. Elles ont investi beaucoup de temps et d'argent au cours des cinq dernières années pour se mettre en conformité avec la loi, et elles veulent agir de manière responsable. La disparition de la loi 1502 les désavantagerait dans leur concurrence avec des compagnies moins responsables.

Il s'agit là d'une situation sans précédent, où de grandes entreprises américaines, des organisations de défense des droits humains et de nombreuses organisations de la société civile congolaise veulent toutes que la loi 1502 reste en place. Mais l'administration Trump ne le veut pas. Celle-ci devrait tenir compte de ces points de vue et cesser d'essayer de se débarrasser de la loi 1502, et devrait plutôt apporter son appui aux compagnies responsables et privilégier les approches globales du défi consistant à empêcher les revenus tirés des minéraux issus des zones de conflit de tomber aux mains de groupes armés aux pratiques abusives.

A Silent Protest Across DR Congo Over Failed Political Deal

In Kinshasa and cities across the Democratic Republic of Congo yesterday, many people stayed home from work and classes. Shops and markets were closed or opened late, and streets were largely quiet.

The shutdown came following the opposition’s call for “villes mortes” – literally “dead cities” – to protest the failed implementation of the New Year’s Eve agreement, the Catholic Church-mediated power-sharing deal that helped defuse an explosive situation late last year. The deal allows President Joseph Kabila to stay in power beyond his constitutionally mandated two-term limit that ended on December 19, 2016, until elections are held before the end of 2017.

The Union for Democracy and Social Progress (UDPS) holds a press conference in the Democratic Republic of Congo’s capital, Kinshasa, March 28, 2017. © 2017 Private

Congo’s conference of Catholic bishops, CENCO, announced on March 27, 2017, that they were withdrawing from their mediation role due to the impasse over the implementation of the deal. The ruling majority coalition has refused to accept the opposition’s choice of Felix Tshisekedi for prime minister, insisting the Rassemblement opposition coalition submit at least three names, one of whom Kabila will nominate as prime minister. The majority has also rejected the Rassemblement’s designation of Pierre Lumbi to replace the late Etienne Tshisekedi as president of the Rassemblement’s Conseil des Sages, which should in turn make him the president of the national follow-up council for implementation of the deal and the organization of elections (CNSA).

In announcing they were stepping aside, the Catholic bishops called for Kabila to take responsibility and engage personally to ensure swift implementation of the deal. They also called on the international community to provide greater support, and on the Congolese people to remain “vigilant.”

The next day, March 28, tensions were high in Kinshasa and several other cities, as groups of people went to the streets, burning tires or chanting songs against the Kabila government, to protest the failure of the deal and call on Kabila to leave office.

At day’s end, Jean Marc Kabund, the secretary general of the main opposition party, the Union for Democracy and Social Progress (UDPS), told a large crowd in Kinshasa that the country was “at an impasse” and called for “acts of peaceful resistance,” including a nationwide march on April 10 to protest the failure to implement the deal. After supporters cried out for more immediate action, police arrived and fired teargas to disperse the crowd.

On March 29, the Rassemblement opposition coalition, which includes the UDPS, published a declaration calling the agreement “broken.” They urged all Congolese to respect yesterday’s ville morte, support a “general strike” on April 5, and participate in the April 10 march, as well as subsequent demonstrations to demand the New Year’s Eve deal be implemented.

Kabila reportedly told the bishops in a meeting on March 28 that he would get involved personally to find a solution to the political standoff. The presidency announced that Kabila would be meeting with concerned parties this week, but the Rassemblement already said it would not take part. Kabila is expected to address parliament in the coming days.

This political maneuvering has taken place in the context of increasing public outrage over the violence in the Kasai region in central Congo, where the death toll continues to rise. The still-unexplained deaths of United Nations experts Michael Sharp and Zaida Catalán, whose bodies were found last week, the continued disappearance of their four Congolese colleagues, and new reports of soldiers summarily executing youth while conducting door-to-door operations in Kananga city, highlight the need for an international, independent investigation into the violence in the region.

Congo’s international partners should take strong action – including further targeted sanctions from the UN, European Union, and United States – and increase the pressure on Kabila and his government. Many Congolese are losing all hope that the New Year’s Eve deal can be salvaged and a peaceful, democratic transition achieved.

Protestations silencieuses en RD Congo contre l'échec de l'Accord de la Saint-Sylvestre

À Kinshasa et dans plusieurs villes de République démocratique du Congo, de nombreuses personnes sont restées chez elles hier, plutôt que d'aller au travail ou en classe. Les boutiques et les marchés sont restés fermés ou ont ouvert tardivement, et les rues étaient en général peu fréquentées.

Cette manifestation silencieuse a fait suite à un mot d'ordre de l'opposition appelant à une opération « villes mortes » afin de protester contre l'échec de la mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre, un compromis incluant un partage du pouvoir conclu grâce à la médiation de l'Église catholique et qui a permis de désamorcer une situation explosive à la fin de l'année dernière. Cet accord permet au président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la limite de deux mandats consécutifs imposée par la constitution, limite qui a été atteinte le 19 décembre 2016, jusqu'à la tenue d'élections avant la fin de 2017.

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) tient une conférence de presse à Kinshasa, capitale de la RD Congo, le 28 mars 2017. © 2017 Privé

La Conférence épiscopale nationale du Congo, la CENCO, a annoncé le 27 mars qu'elle renonçait à son rôle de médiatrice, en raison de l'impasse dans laquelle se trouve la mise en œuvre de l'accord. La coalition majoritaire au pouvoir a refusé d'accepter le choix de l'opposition de proposer Félix Tshisekedi comme Premier ministre, insistant pour que le Rassemblement, la coalition de partis d'opposition partenaire de l'accord, soumette au moins trois noms, parmi lesquels le président Kabila nommera un Premier ministre. La majorité a également rejeté la désignation par le Rassemblement de Pierre Lumbi pour succéder à