(Paris). Les gouvernements français et canadien devraient être félicités car ce sont les deux derniers pays à avoir approuvé l’engagement politique international connu sous le nom de Déclaration sur la sécurité dans les écoles, a déclaré la Global Coalition to Protect Education from Attack (GCPEA). L’approbation a eu lieu au cours de la conférence internationale sur la protection des enfants en période de conflits armés accueillie aujourd’hui à Paris par le ministère des Affaires Étrangères français.

« Le soutien de la France et du Canada à la Déclaration sur la sécurité dans les écoles est un ajout bienvenu à la communauté croissante de pays exigeant que les écoles soient des lieux sûrs pour les enfants, même pendant la guerre », a déclaré Diya Nijhowne, directrice de la GCPEA. « La Déclaration sur la sécurité dans les écoles établit de nombreuses mesures de bon sens que les pays peuvent prendre pour assurer une meilleure protection des élèves et des écoles. »

À ce jour, 59 pays ont approuvé  la  Déclaration sur la sécurité dans les écoles, notamment la majorité des États membres de l’Union européenne et de l’OTAN.

La Déclaration sur la sécurité dans les écoles est un engagement politique intergouvernemental qui donne aux gouvernements la possibilité d’exprimer un soutien en faveur de la protection des élèves, des enseignants, des écoles et des universités en cas de conflit armé. Elle souligne l’importance du maintien de l’éducation en cas de conflit armé.

(Juin 2015) – La protection des écoles pendant les conflits armés est essentielle, comme le souligne Ziauddin Yousafzai, conseiller spécial de l'ONU sur l'éducation et père de Malala, jeune lauréate afghane du prix Nobel de la paix.

 

En approuvant la Déclaration, les pays s'engagent à rétablir l'accès à l'éducation lorsque les écoles sont bombardées, brûlées et détruites pendant les conflits armés, et ils s'engagent à rendre moins probable que les élèves, les enseignants et les écoles soient attaqués en premier lieu. Ils conviennent de dissuader cette violence en promettant d'enquêter et de poursuivre les crimes de guerre impliquant des écoles et de réduire au minimum l'utilisation des écoles à des fins militaires afin qu'elles ne deviennent pas des cibles d'attaque.

La Déclaration a été élaborée par un processus de consultations auprès des États conduit par les ministères des Affaires étrangères de Norvège et d’Argentine à Genève début 2015, et elle a été ouverte pour approbation lors de Conférence sur la sécurité dans les écoles qui s’est tenue à Oslo le 29 mai 2015. L’Argentine a annoncé qu’elle accueillera la Deuxième Conférence internationale sur la sécurité dans les écoles à Buenos Aires les 28 et 29 mars 2017.

La conférence d'aujourd'hui à Paris marque le dixième anniversaire des Principes et Engagements de Paris, qui visent à protéger les enfants contre le recrutement illégal ou leur utilisation par des forces armées ou des groupes armés.

« La France et le Canada ont une solide tradition de défense de la protection des enfants pendant les conflits armés et ont renforcé leur engagement en approuvant aujourd'hui la Déclaration sur la sécurité dans les écoles », a déclaré Diya Nijhowne. « Nous exhortons tous les pays qui n'ont pas encore adhéré à la Déclaration sur la sécurité dans les écoles à envisager de le faire lors de la conférence internationale du mois prochain à Buenos Aires. »

La Global Coalition to Protect Education from Attack (GCPEA) en français Coalition mondiale pour la protection de l’éducation contre les attaques, est une coalition d’organisations internationales, comprenant CARA (Council for At-Risk Academics), Human Rights Watch, Institute of International Education’s Scholar Rescue Fund, Protect Education in Insecurity and Conflict, Save the Children, the Scholars at Risk Network, le HCR, l’UNICEF et l’UNESCO. La GCPEA est un projet du Centre Tides, une organisation à but non-lucratif aux termes de l’article 501(c)(3). Pour plus d’informations :  www.protectingeducation.org