(Tokyo, le 8 décembre 2011) - Plus de 40 organisations de défense des droits humains du monde entier – parmi lesquelles Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), Freedom House, et Christian Solidarity Worldwide (CSW) - ont appelé à une action internationale pour mettre fin aux crimes contre l'humanité perpétrés par la dictature nord-coréenne. Cet appel a été lancé à l’avant-veille du 63ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

La Coalition internationale pour mettre fin aux crimes contre l'humanité en Corée du Nord (International Coalition to Stop Crimes Against Humanity in North Korea, ICNK), récemment créée, a lancé cet appel à Tokyo le 8 septembre. La Coalition réclame la création d'une Commission d'enquête des Nations Unies sur les crimes contre l'humanité en Corée du Nord.

La Corée du Nord présente selon la plupart des observateurs  l’un des pires bilans en matière de droits humains dans le monde. Alors que les pays du monde entier s’apprêtent à célébrer la Déclaration universelle des droits de l'homme lors de la Journée internationale des Droits de l'Homme le 10 décembre, la Coalition appelle la communauté internationale à enquêter sans délai sur les abus perpétrés par le gouvernement nord-coréen : recours généralisé et systématique à  la torture, détentions arbitraires, enlèvements et exécutions publiques. Selon les estimations, près de  200 000 Nord-Coréens sont incarcérés dans un réseau de camps caractérisé par des conditions de vie désastreuses, des rations alimentaires extrêmement restreintes, le déni de soins médicaux, ainsi que le recours régulier à la torture.

Le 8 juillet 2008, le Parlement européen avait déja adopté une résolution appelant à la création d'une commission d'enquête de l'ONU « chargée d'examiner les affirmations de crimes contre l'humanité perpétrés par le gouvernement de République populaire démocratique de Corée ».

Dans son dernier rapport remis en mars 2010, l'ancien Rapporteur spécial des Nations Unies pour les Droits de l'Homme en Corée du Nord, Vitit Muntarbhorn, avait exigé la « fin de l'impunité » en Corée du Nord, décrivant les violations des droits humains dans ce pays comme« atroces et épouvantables », « flagrantes et endémiques », « systématiques et généralisées » et méritant « leur propre catégorie ». Il avait appelé la communauté internationale à « mobiliser l’ensemble de l'ONU » afin prendre des mesures pour protéger les droits humains et veiller à « établir les responsabilités et l'imputabilité des violations des droits humains ».

Pour lire l’intégralité de ce communiqué en anglais, veuillez cliquer ici.