En mai, le président Nicolás Maduro a remporté les élections présidentielles contre une opposition fortement affaiblie par des années de répression exercée par le gouvernement, et malgré de nombreuses allégations selon lesquelles les scrutins n'auraient pas respecté les normes internationales en matière de liberté et d'équité.    

Il n’existe aujourd’hui aucune institution gouvernementale indépendante chargée de contrôler le pouvoir exécutif au Venezuela. Une série de mesures prises par les gouvernements Maduro et Chávez ont rempli les tribunaux de juges qui ne prétendent aucunement être indépendants. Le gouvernement a réprimé la dissidence souvent à l’aide de mesures violentes à l’encontre des manifestations de rue, en emprisonnant les opposants et en poursuivant des civils devant des tribunaux militaires. Il a également dépouillé le pouvoir de l'Assemblée législative dirigée par l'opposition.

De graves pénuries de médicaments, de matériel médical et de nourriture empêchent de nombreux Vénézuéliens de nourrir convenablement leur famille et d'accéder aux soins de santé essentiels. L'exode massif des Vénézuéliens fuyant la répression et les pénuries représente la plus grande crise migratoire de ce type dans l'histoire récente de l'Amérique latine.    

Parmi les autres préoccupations persistantes figurent les mauvaises conditions de détention, l'impunité pour les violations des droits humains et le harcèlement perpétré par des représentants du gouvernement à l'égard de défenseurs des droits humains et de médias indépendants.  

Crise des réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a signalé qu'à novembre, plus de 3 millions de Vénézuéliens, sur une population totale estimée à 32 millions, avaient fui leur pays depuis 2014. De nombreux autres, non enregistrés par les autorités, sont également partis.        

Les crises politique, économique, humanitaire et relative aux droits humains au Venezuela se combinent pour contraindre les Vénézuéliens à partir et les empêchent de rentrer, soit qu’ils en sont incapables soit qu’ils ne le souhaitent pas. Certains sont admissibles au statut de réfugié. D’autres ne le sont pas, mais seraient confrontés à de graves difficultés s'ils retournaient au Venezuela et ils ont un besoin urgent d'assistance humanitaire dans les pays vers lesquels ils ont migré.

De nombreux Vénézuéliens se trouvant dans d'autres pays sont toujours en situation irrégulière, ce qui compromet gravement leur capacité à obtenir des permis de travail, à envoyer leurs enfants à l'école et à accéder aux soins de santé. Cela les rend vulnérables face à l'exploitation et aux abus. 

Persécution des opposants politiques

Le gouvernement vénézuélien a emprisonné des opposants politiques et les a empêchés de se présenter aux élections. Au moment de la rédaction du présent rapport, les prisons et les services de renseignements vénézuéliens détenaient plus de 230 prisonniers politiques, selon le Forum Pénal, un réseau vénézuélien d'avocats de la défense bénévoles.

Au moment de la rédaction du présent document, Leopoldo López, leader de l'opposition, purgeait une peine de 13 ans d'assignation à résidence pour incitation à la violence lors d'une manifestation à Caracas en février 2014, malgré l'absence de preuves crédibles à son encontre. Plusieurs autres personnes arrêtées dans le cadre des manifestations de 2014 ou de l'activisme politique qui a suivi sont toujours assignées à résidence ou en détention, en attendant d'être jugées. D'autres ont été contraintes à l'exil.       

Répression des manifestations

Lors de deux opérations de répression menées en 2014 et en 2017, les forces de sécurité vénézuéliennes et des groupes armés pro-gouvernementaux appelés « colectivos » ont attaqué des manifestations, certaines rassemblant des dizaines de milliers de manifestants. Des membres des forces de sécurité ont tiré sur des manifestants à bout portant avec des munitions anti-émeutes, ont battu brutalement des personnes qui n'opposaient aucune résistance et ont organisé des rafles violentes contre des immeubles d'habitation.       

Plus de 12 500 personnes ont été arrêtées depuis 2014 en lien avec des manifestations, selon le Forum Pénal. Il s’agissait non seulement de manifestants, mais également de passants et de personnes emmenées de chez elles sans mandat. Environ 7 300 personnes avaient été libérées sous condition au moment de la rédaction du présent document, cependant elles faisaient toujours l'objet de poursuites pénales. En 2017, les tribunaux militaires ont poursuivi plus de 750 civils, en violation du droit international des droits humains. Cette pratique a continué avec moins de fréquence en 2018.

Les forces de sécurité ont commis de graves abus à l’encontre de détenus qui, dans certains cas, constituent des actes de torture, notamment des passages à tabac, des décharges électriques, l’asphyxie et des abus sexuels.  

Bien qu'aucune manifestation massive n'ait eu lieu depuis août 2017, les forces de sécurité continuent de réprimer les manifestations spontanées et procèdent à des arrestations ciblées et arbitraires d'opposants ou d'opposants présumés dans tout le pays.  

Exécutions extrajudiciaires présumées   

En janvier, les forces de sécurité et des membres d'un colectivo ont encerclé une maison de la ville d'El Junquito, près de Caracas, où se cachaient Oscar Pérez, un policier dissident qui a jeté une grenade depuis un hélicoptère sur le bâtiment de la Cour suprême après avoir appelé le peuple vénézuélien à se rebeller contre le gouvernement, ainsi que six autres personnes. Les autorités gouvernementales ont déclaré que les sept hommes étaient morts dans un affrontement et qu'ils étaient « des terroristes ». Deux agents des forces de sécurité et un membre du colectivo sont également morts.    

Les preuves suggèrent toutefois que Pérez a probablement été exécuté de manière extrajudiciaire. Avant sa mort, il avait publié plusieurs vidéos sur les médias sociaux, affirmant qu'ils étaient attaqués et qu'il négociait avec les autorités pour se rendre. Une copie de son acte de décès montre que la cause du décès est un seul coup de feu à la tête.     

En 2015, le gouvernement a lancé l’« Opération de la libération du peuple » (OLP), censée répondre aux préoccupations croissantes en matière de sécurité. La police et des membres de la Garde nationale bolivarienne ont mené des raids qui ont abouti à de nombreuses allégations d'exactions telles que des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires massives, des mauvais traitements infligés à des détenus, des expulsions forcées, des destructions de maisons ainsi que des expulsions arbitraires.     

En novembre 2017, le procureur général a déclaré que plus de 500 personnes avaient été tuées lors des raids de l'OLP. Les représentants du gouvernement ont généralement déclaré que ces personnes étaient mortes au cours d '« affrontements » avec des criminels armés, affirmations contestées dans de nombreux cas par des témoins ou des membres des familles des victimes. Dans plusieurs cas, les victimes ont été vues pour la dernière fois vivantes en garde à vue.    

Impunité pour les abus

Depuis que l'ancienne procureure générale, Luisa Ortega Díaz, a été démise de ses fonctions en août 2017, aucune information officielle n'a été fournie concernant les poursuites engagées à l'encontre de fonctionnaires impliqués dans des violations des droits humains. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a signalé en juin 2018 que l'impunité pour les violations des droits humains au Venezuela était « généralisée ».     

En juillet 2017, le bureau de Luisa Ortega Díaz enquêtait sur les cas de près de 2 000 personnes blessées lors de la répression de 2017. Selon des sources officielles, dans plus de la moitié des cas, les procureurs avaient des preuves suggérant des violations des droits fondamentaux. Le HCDH a signalé que 357 officiers de sécurité faisaient l’objet d’enquêtes pour des meurtres extrajudiciaires présumés commis au cours des OLP. Le HCDH a déclaré que les membres des forces de sécurité soupçonnés d'avoir tué extrajudiciairement des manifestants avaient, dans certains cas, été relâchés malgré des ordres de détention judiciaires et que les procureurs avaient émis au moins 54 mandats d'arrêt contre des agents de la sécurité impliqués dans l'assassinat de 46 personnes lors de manifestations. Toutefois, un procès n'avait commencé que dans un seul cas. 

Crise humanitaire

Les Vénézuéliens sont confrontés à de graves pénuries de médicaments, de fournitures médicales et de nourriture, ce qui porte gravement atteinte à leurs droits à la santé et à l'alimentation. En 2017, la ministre de la Santé vénézuélien a publié des données officielles pour 2016 indiquant que, au cours de cette année, la mortalité maternelle avait augmenté de 65%, la mortalité infantile de 30% et les cas de paludisme de 76%. Quelques jours plus tard, la ministre de la Santé a été limogée. Le gouvernement n'a pas publié de bulletins épidémiologiques depuis.       

L'Organisation panaméricaine de la santé a signalé un nombre croissant de patients atteints de maladies telles que le paludisme, la tuberculose, la rougeole et la diphtérie. Jusqu'en 2016, la rougeole et la diphtérie, qui peuvent être évitées par la vaccination, avaient été éliminées au Venezuela.      

Le pourcentage estimé d'enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition modérée ou grave est passé de 10 en février 2017 à 17 en mars 2018, selon Cáritas Venezuela, à Caracas et dans plusieurs États. Cáritas a signalé que la moyenne était descendue à 13,5% en juillet, mais que les chiffres étaient nettement plus élevés à Caracas (16,7%) et dans l'État de Vargas (19,7%). Une étude nationale menée en 2018 par trois prestigieuses universités vénézuéliennes a révélé que 80% des ménages vénézuéliens souffraient d'insécurité alimentaire et que les personnes interrogées avaient perdu en moyenne 11 kg en 2017.          

Indépendance judiciaire  

Depuis que l'ancien président Hugo Chávez et ses partisans à l'Assemblée nationale ont procédé à une prise de contrôle politique de la Cour suprême en 2004, le pouvoir judiciaire a cessé de fonctionner comme une branche indépendante du gouvernement. Les membres de la Cour suprême ont ouvertement rejeté le principe de la séparation des pouvoirs et se sont publiquement engagés à faire progresser le programme politique du gouvernement. La Cour a systématiquement maintenu les politiques et pratiques abusives.    

Assemblée constituante

En 2017, le président Maduro a convoqué une « Assemblée constituante » par décret présidentiel, en dépit de l'obligation constitutionnelle d'organiser un référendum public avant toute tentative de réécriture de la Constitution. L'assemblée est composée exclusivement de partisans du gouvernement choisis lors d'une élection que Smartmatic, une entreprise britannique engagée par le gouvernement afin de vérifier les résultats, a qualifié de frauduleuse. L’Assemblée constituante a, en pratique, remplacé l’Assemblée nationale dirigée par l’opposition en tant que pouvoir législatif du pays.    

Liberté d’expression

Pendant plus d'une décennie, le gouvernement a accru son pouvoir de réglementation des médias, en a abusé et s'est employé avec détermination à réduire le nombre de médias dissidents. Le gouvernement peut suspendre ou révoquer des concessions accordées à des médias privés si « cela convient aux intérêts de la nation », suspendre arbitrairement des sites Web pour l'infraction vaguement définie « d'incitation » ainsi que criminaliser l'expression de « manque de respect » à l'égard de hauts représentants du gouvernement. Même si quelques journaux, sites Web et stations de radio critiquent le gouvernement, la peur des représailles a fait de l'autocensure un problème sérieux. 

En mai, des membres du Service bolivarien du renseignement national (SEBIN) ont arrêté Pedro Jaimes Criollo pour avoir mentionné l’itinéraire de l'avion présidentiel, une information publique, sur Twitter. Criollo a été accusé de crimes, notamment d'espionnage et de révélation de secrets politiques. Ni sa famille ni les avocats de l’organisation vénézuélienne Espacio Público qui travaillent sur l'affaire n'ont été autorisés à le voir ou à lui parler pendant plus d'un mois. Il a confié à sa famille que des agents de sécurité l'avaient brutalement battu. Au moment de la rédaction de ce document, il se trouvait toujours dans une cellule surpeuplée, sans accès à un traitement médical.

En novembre 2017, l'Assemblée constituante a adopté une Loi contre la haine qui comprend des termes vagues portant atteinte à la liberté d'expression. Elle interdit les partis politiques qui  « promeuvent le fascisme, la haine et l'intolérance » et impose des peines de prison allant jusqu'à 20 ans aux personnes qui publient des « messages d'intolérance et de haine » dans les médias ou les réseaux sociaux. En 2018, les procureurs ont inculpé plusieurs personnes de ces crimes, dont trois enfants arrêtés pour avoir exprimé leur opposition au gouvernement sur les réseaux sociaux.   

Défenseurs des droits humains

Les mesures gouvernementales visant à restreindre le financement international des organisations non gouvernementales - combinées aux accusations infondées de responsables gouvernementaux et de sympathisants selon lesquelles les défenseurs des droits humains cherchent à saper la démocratie vénézuélienne - créent un environnement hostile qui limite la capacité des organisations de la société civile à promouvoir les droits humains.         

En 2010, la Cour suprême a statué que les individus ou les organisations bénéficiant d'un financement étranger pouvaient être poursuivis pour trahison. Cette année-là, l'Assemblée nationale a promulgué une loi interdisant aux organisations qui « défendent les droits politiques » ou « surveillent le fonctionnement des organismes publics » de recevoir une aide internationale.   

Discrimination politique

Les personnes qui ont soutenu les référendums sur les présidences de Chávez et de Maduro ont été licenciées de postes gouvernementaux. Un programme gouvernemental qui distribue des denrées alimentaires et des produits de base à des prix plafonnés par le gouvernement a été accusé, de façon crédible, de discrimination à l’encontre des détracteurs du gouvernement.       

En avril, le président Maduro a déclaré qu'il « donnerait un prix » aux Vénézuéliens qui ont voté aux élections de mai et ont présenté leur « carnet de la patrie », une pièce d'identité délivrée par le gouvernement, nécessaire pour accéder au logement, aux retraites, à certaines procédures médicales ainsi qu’à des boîtes d’aliments soumis aux prix fixés par le gouvernement. Pendant la campagne présidentielle, les participants aux rassemblements gouvernementaux ont reçu des sacs de nourriture.

Conditions carcérales

La corruption, le manque de sécurité, la détérioration des infrastructures, la surpopulation carcérale, le manque de personnel ainsi que la présence de gardes mal formés permettent aux gangs armés d'exercer un contrôle effectif sur la population carcérale. Le recours excessif à la détention avant jugement contribue à la surpopulation. En mars, au moins 66 détenus et deux visiteurs sont morts lors d'un incendie à la suite d'une émeute dans un poste de police utilisé comme prison dans l'État de Carabobo.            

Principaux acteurs internationaux

En février, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé un examen préliminaire visant à déterminer si, depuis au moins 2017, des crimes relevant de la compétence de la Cour ont été commis, notamment des allégations de recours à une force excessive contre des manifestants ainsi que la détention de milliers de personnes opposantes ou perçues comme telles, dont certaines affirment avoir subi de graves abus en détention. En septembre, six pays - tous des pays membres de la CPI - ont demandé l'ouverture d'une enquête de la CPI. Depuis lors, deux autres pays ont soutenu le renvoi à la CPI par ces États.

En mai, un groupe d’experts nommé par Luis Almagro, le Secrétaire général de l’OEA, a dressé un bilan accablant concernant les droits humains au Venezuela, concluant que des crimes contre l’humanité avaient peut-être été commis. En septembre, après que 14 gouvernements voisins se soient mis d'accord pour coordonner les réponses à l'exode vénézuélien, Almagro a créé un groupe de travail chargé d'évaluer l'émigration et d'adopter des recommandations pour y répondre.           

De nombreux gouvernements sud-américains ont déployé des efforts considérables afin d’accueillir les Vénézuéliens. En 2018, toutefois, certains ont adopté des mesures restrictives, telles que les passeports obligatoires, qui sont quasiment impossibles à obtenir au Venezuela, empêchant les Vénézuéliens de régulariser leur statut.    

Dans les Caraïbes, aucun pays n'a créé de permis spécial autorisant les Vénézuéliens à rester légalement dans le pays et la plupart ne disposent pas de lois régissant le processus de demande d'asile. Certains Vénézuéliens possédant des documents de demandeur d'asile à Trinité-et-Tobago et à Curaçao auraient été arrêtés ou déportés au Venezuela, en violation du droit international. Les Vénézuéliens cherchant refuge dans des lieux tels que les pays caribéens et le nord du Brésil ont également été victimes de harcèlement xénophobe.               

En juin, le HCDH a publié un rapport de suivi concluant que les autorités vénézuéliennes avaient omis de réclamer des comptes aux auteurs d’agressions graves, telles que des meurtres, un recours excessif à la force, des arrestations arbitraires et des actes de torture. Le rapport met en lumière les crises sanitaires et nutritionnelles, non seulement les pénuries systémiques d’aliments et de médicaments, mais aussi des facteurs aggravants tels que le départ des médecins du pays ainsi que les menaces du gouvernement à l’encontre des travailleurs de la santé et des personnes critiques ainsi que leur détention. Le rapport conclut que des crimes contre l'humanité pourraient avoir été commis au Venezuela et invite les membres du Conseil des droits de l'homme à créer une commission d'enquête sur les exactions commises dans le pays.      

Le Groupe de Lima - composé de 13 gouvernements d'Amérique latine et du Canada - a suivi de près la situation au Venezuela, critiquant les abus des autorités vénézuéliennes et proposant une aide humanitaire. Lors de la session du Conseil des droits de l’homme de juin à Genève, la déclaration commune du Groupe de Lima sur la crise au Venezuela a suscité l’appui de 53 États dans toutes les régions. En septembre, le groupe, à l'exception du Brésil, a présenté la toute première résolution du Conseil sur le Venezuela, condamnant la crise des droits humains ainsi que la crise humanitaire et demandant au Haut-Commissaire de continuer à rendre compte de la situation tout au long de l’année 2019. La résolution a été adoptée à la suite d'un vote avec 23 pour, 7 contre et 17 abstentions. Elle a reçu le soutien de la part de délégations de tous les continents.

Les États-Unis, le Canada, l'Union européenne, la Suisse et le Panama ont imposé des sanctions ciblées à plus de 50 responsables vénézuéliens impliqués dans des violations des droits humains et de la corruption. Les sanctions comprennent le gel des avoirs ainsi que l’annulation des visas. En 2017, les États-Unis ont imposé des sanctions financières, notamment une interdiction de négocier de nouvelles actions et obligations émises par le gouvernement vénézuélien et sa société pétrolière d'État.   

En janvier, l'UE a imposé des mesures restrictives à sept personnalités occupant des fonctions officielles pour leur participation au non-respect des principes démocratiques ou de l'État de droit, ainsi qu'à la violation des droits humains. Le Parlement européen a condamné l’évolution négative de la situation dans le pays dans des résolutions adoptées en février, mai et juillet, appelant à la tenue d'élections crédibles, libres et équitables ainsi qu’à une réponse efficace à la crise humanitaire et des droits humains dans le pays. En mai, l'UE a souligné les graves lacunes du processus électoral vénézuélien, soulignant que ses résultats manquaient de crédibilité. En juin, l'UE a ajouté 11 personnes à sa liste de sanctions, portant le nombre total à 18.     

Le gouvernement vénézuélien s'est retiré de la Convention américaine relative aux droits humains en 2013, laissant les citoyens et les résidents dans l'impossibilité de demander l'intervention de la Cour interaméricaine des droits de l’homme lorsque les recours internes contre les violations sont inefficaces ou indisponibles. La Commission interaméricaine des droits de l’homme continue toutefois de surveiller le Venezuela en appliquant la Déclaration américaine des droits et devoirs de l’homme, qui n’est pas soumise à la ratification des États.

En septembre 2018, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion informelle en « Formule Arria » sur la corruption au Venezuela, et des dirigeants mondiaux dirigés par le Costa Rica ont convoqué une réunion spéciale « de haut niveau » sur le Venezuela lors de l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies.

En tant que membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, le Venezuela a régulièrement voté pour empêcher l'examen minutieux des violations des droits humains commises dans d'autres pays, en s'opposant aux résolutions mettant en lumière des violations commises dans des pays tels que la Syrie, la Biélorussie, le Burundi et l'Iran. Il refuse également de coopérer avec les mécanismes du Conseil, notamment en rejetant les demandes de visite présentées par la plupart des titulaires de mandat au titre de procédures spéciales.       

------------------------------

Tweet