En 2015, des extrémistes islamistes ont commis en Tunisie plusieurs attaques meurtrières au cours desquelles des dizaines de personnes ont été tuées et d’autres blessées. Le 18 mars, deux hommes armés ont attaqué le musée du Bardo, tout proche du Parlement tunisien, provoquant la mort de 21 touristes étrangers et d’un agent de sécurité tunisien. Le 26 juin, un homme a ouvert le feu sur une plage de la station balnéaire de Sousse, causant la mort de 38 touristes étrangers. Le 24 novembre, un attentat suicide contre un bus a causé la mort de 12 membres de la garde présidentielle et a fait 20 blessés, dont quatre civils. Suite à ces attaques, le gouvernement a invoqué un décret de 1978 pour déclarer l’état d’urgence, en vertu duquel les autorités ont le pouvoir d’interdire les grèves et les manifestations considérées comme susceptibles de menacer l’ordre public, ainsi que les rassemblements « de nature à provoquer ou alimenter le désordre ».

Constitution

La Constitution de 2014 garantit les principaux droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels. Pourtant, les autorités tunisiennes n’ont guère avancé dans la révision de la législation non conforme au nouveau texte constitutionnel, notamment le Code pénal et le Code de procédure pénale.

L’article 29 de la Constitution confère au détenu « le droit de se faire représenter par un avocat », alors que le Code de procédure pénale n’autorise l’assistance d’un conseil qu’après la comparution de la personne devant un juge d’instruction, soit jusqu’à six jours après son arrestation. Le Parlement doit encore débattre d’un projet de réforme du Code de procédure pénale que le précédent gouvernement avait présenté en avril 2013.

Si elle était adoptée, la loi affirmerait le droit des détenus à disposer rapidement d’un avocat après leur arrestation, et de l’avoir à leurs côtés lors des interrogatoires et des audiences devant un tribunal.

Dans le Code pénal, le Code de justice militaire et la loi relative aux télécommunications, figurent encore des articles qui prévoient des peines de prison en cas de propos jugés délictueux, notamment pour diffamation de fonctionnaires, atteinte à l’ordre public et aux bonnes mœurs, ou diffusion de fausses informations.

Liberté d’expression

En 2015, des poursuites ont été engagées contre plusieurs personnes accusées d’avoir diffamé ou « insulté » des fonctionnaires, et de « porter atteinte à l’ordre public » ou « aux bonnes mœurs ». En application de la législation antiterroriste, les autorités ont également poursuivi quelques journalistes et blogueurs pour avoir publié des informations ou leur opinion personnelle.

Le 8 juillet, les instances judiciaires ont accusé de complicité de terrorisme Noureddine Mbarki, rédacteur en chef du site d’information Akher Khabar Online, parce qu’il avait publié une photographie de Seifeddine Rezgui en train de descendre d’une voiture conduite par un autre individu, peu avant que le terroriste ne tue 38 étrangers à Sousse le 26 juin.

Le 22 juillet, les autorités ont également arrêté un enseignant, Abdelfattah Saied, pour les mêmes motifs, à cause d’une vidéo qu’il a publiée sur Facebook et qui accusait les forces de sécurité d’avoir planifié l’attaque de Sousse et d’avoir manipulé Rezgui pour qu’il la mène à bien. Saied devait aussi répondre de l’accusation de « diffamation d’un fonctionnaire » pour avoir publié sur sa page Facebook une caricature du Premier ministre Habib Essid.

Le 2 mars, une cour d’appel militaire a condamné un blogueur réputé, Yassine Ayari, à six mois d’emprisonnement à cause de billets publiés sur Facebook qui critiquaient l’Armée et ses hauts gradés. Plusieurs contenus diffusés en août et septembre 2014 critiquaient le ministre de la Défense pour avoir refusé de nommer un nouveau chef du Renseignement militaire et l’accusait d’avoir affaibli les institutions militaires. Ayari a passé quatre mois en prison avant d’être libéré le 16 avril 2015.

Justice transitionnelle et redevabilité

Le 24 décembre 2013, l’Assemblée nationale constituante (ANC) a adopté la loi relative à l’instauration de la justice transitionnelle et à son organisation.

Cette loi définit une démarche globale permettant d’aborder les atteintes aux droits humains commises dans le passé. Elle prévoit la mise en œuvre d’une responsabilité pénale par le biais de chambres spécialisées et établies au sein du système judiciaire civil, afin de statuer sur les cas de violations des droits de l’Homme commises par le passé, y compris les infractions perpétrées par les forces militaires et de sécurité.

La loi a également établi l’Instance Vérité et Dignité (IVD), chargée d’établir la vérité concernant les abus commis entre juillet 1955 (c’est-à-dire peu de temps avant l’indépendance tunisienne vis-à-vis de la France) et l’adoption de la loi en 2013. L’ANC a élu les quinze membres de cette Instance le 15 mai 2014 et, en août 2015, l’IVD a annoncé avoir reçu 16 000 plaintes de personnes faisant état d’atteintes aux droits humains, et avoir entamé les procédures afférentes.

Le gouvernement a toutefois adopté le 14 juillet dernier un projet de loi sur la Réconciliation dans le domaine économique et financier, promu par le président Essebsi. S’il est promulgué, ce texte accordera une large amnistie aux responsables de l’ancienne administration Ben Ali et entraînera la suspension des poursuites et des procès, ainsi que l’annulation des condamnations à l’encontre des dirigeants d’entreprise corrompus qui auront déposé une demande de réconciliation auprès d’une commission contrôlée par l’État.

Le projet de loi menacerait le rôle de l’IVD, chargée par la loi sur la justice transitionnelle, d’arbitrer les affaires de corruption et de crimes économiques, phénomènes endémiques au cours des 23 années pendant lesquelles le président Ben Ali était au pouvoir.

Lutte contre le terrorisme et sécurité

Le 25 juillet, le Parlement tunisien a adopté une nouvelle loi antiterroriste qui met en danger les droits humains et ne protège pas suffisamment contre les abus. Cette loi, qui remplace le texte de 2003 adopté sous l’administration Ben Ali, procure aux forces de sécurité des pouvoirs de surveillance dont le périmètre et la définition sont imprécis ; de plus, elle prolonge la durée des détentions secrètes de six à quinze jours pour les personnes soupçonnées de terrorisme, autorise les tribunaux à siéger à huis clos et permet que l’identité des témoins ne soit pas transmise à la défense.

D’après une étude réalisée en juillet par Human Rights Watch, les autorités tunisiennes, sous prétexte de lutter contre le terrorisme, ont interdit arbitrairement aux personnes de moins de 35 ans de se rendre dans certains pays tels que l’Algérie, la Libye, le Maroc et la Turquie, à moins qu’elles n’aient obtenu une autorisation de leur père, et ce, bien que le droit tunisien n’oblige nullement les adultes à obtenir ce type d’autorisation pour voyager.

Indépendance de la justice

La Constitution tunisienne garantit l’indépendance judiciaire. Afin de mettre en œuvre la Constitution, le Parlement tunisien a approuvé, le 15 mai, une loi visant à créer un Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Ce dernier aura notamment pour fonction de nommer les juges, et de superviser la discipline judiciaire et les évolutions de carrière des juges.

Une semaine après son adoption, 30 députés ont contesté la nouvelle loi devant l’instance provisoire de contrôle de constitutionnalité des lois, au motif que la composition et les missions du CSM ne traduisaient pas dans les faits le chapitre de la Constitution relatif au pouvoir judiciaire. En juin, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision, invalidant la loi et la renvoyant devant le Parlement pour révision. Les députés ont adopté le texte définitif de la loi le 13 novembre en éliminant le procureur général de la justice militaire en tant que membre du CSM.

Torture et mauvais traitements

En mai 2014, le Rapporteur spécial des Nations Unis sur la torture a constaté que les procureurs et les juges tunisiens ont pris « très peu de mesures » visant à donner suite aux plaintes pour actes de torture perpétrés sous le régime Ben Ali et depuis la révolution de 2011.

Cette défaillance a perduré tout au long de l’année 2015. Bien que l’Assemblée nationale constituante ait adopté en octobre 2013 une loi visant à créer une Haute Autorité pour la Prévention de la Torture qui serait composée de 16 membres, le Parlement n’a toujours pas nommé ces membres. Dans le cadre de ses fonctions, la Haute Autorité pourra effectuer des inspections inopinées des lieux de détention.

En 2015, le droit tunisien autorise toujours la police à empêcher les personnes qu’elle arrête de consulter un avocat pendant les six premiers jours de leur détention, période durant laquelle elles subissent généralement les pressions les plus fortes pour « passer aux aveux ». La loi antiterroriste adoptée en juillet prolonge ce délai à un maximum de 15 jours en cas de suspicion de terrorisme, ce qui accentue le risque de torture.

Plusieurs incidents liés à la torture ou à d’autres mauvais traitements ont été dénombrés et attestés en 2015. Le 4 août, sept détenus suspectés de terrorisme, qui venaient juste d’être libérés, ont déposé une plainte officielle pour torture. Peu après, des membres de l’unité de lutte contre le terrorisme qu’ils avaient accusés les ont arrêtés de nouveau. Les détenus ont été examinés par un expert médico-légal qui a conclu que cinq d’entre eux présentaient des marques compatibles avec leurs allégations de torture. Le 10 août, le procureur du Tribunal de première instance de Tunis a ouvert une enquête dont il n’a pas encore communiqué les résultats au moment de la rédaction de ce rapport.

Quelque temps plus tôt, le procureur du Tribunal de première instance de Sidi Bouzid avait ouvert une enquête dans l’affaire d’Abdelmajid Ejday, décédé le 13 mai pendant sa détention au quartier général de la garde nationale de la ville. Ejday avait porté plainte pour torture quatre semaines auparavant, contre des policiers de la même unité où il avait également été détenu en février. Un examen médico-légal de son corps a indiqué la présence de blessures. Au moment de la rédaction de ce rapport, les conclusions de l’enquête ordonnée par le procureur n’ont pas été communiquées.

Droits des femmes

La Constitution de 2014 renforce la protection des droits des femmes et oblige la Tunisie à œuvrer à l’obtention de la parité entre hommes et femmes dans les assemblées élues.

Le pays dispose d’un Code du statut personnel qui accorde aux femmes des droits plus importants au sein de la famille que d’autres États de la région. Dans ce Code figurent néanmoins certaines dispositions discriminatoires. Par exemple, les femmes ne peuvent prétendre à une part d’héritage égale à celle des hommes, et il n’est pas automatiquement accordé à la mère, dès lors qu’elle se remarie, la garde de ses enfants.

Le Parlement tunisien a voté, le 10 novembre, une nouvelle loi qui permettra à une femme de voyager avec ses enfants mineurs sans avoir obtenu l’autorisation préalable de leur père.

Orientation sexuelle et identité de genre

Selon le Code pénal tunisien, les pratiques homosexuelles consenties sont punies de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans. En mars, les activités de Shams, une association consacrée aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, ont été autorisées. Le 22 septembre, un jeune homme de 22 ans a cependant été condamné à un an de prison pour homosexualité, après avoir été contraint de subir un examen anal, pratique assimilée à de la torture.

Principaux acteurs internationaux

Plusieurs agences des Nations Unies et un certain nombre de gouvernements étrangers se sont engagés à accompagner la transition tunisienne depuis la révolution de 2011, en procurant plus particulièrement une assistance technique et financière à l’économie et au secteur privé, ainsi qu’un appui dans le domaine de la sécurité, et en apportant un soutien en faveur de la société civile et des pratiques démocratiques.

À Washington, le président des États-Unis, Barack Obama, et le président Essebsi ont signé en juillet un accord par lequel la Tunisie devient un « allié majeur non-membre de l'Otan », statut qui facilite l’accès de la Tunisie à des formations sur la sécurité et à des financements militaires propres à certains équipements de défense.

Le Groupe de travail de l’ONU sur l’utilisation des mercenaires s’est rendu en Tunisie en juillet. Il a conclu que quelque 6000 Tunisiens avaient quitté leur pays pour s’engager dans des groupes extrémistes armés implantés en Syrie, en Irak, au Mali et en Libye. Le Groupe de travail a vivement recommandé au gouvernement d’interrompre de toute urgence le flot de ressortissants qui partent à l’étranger rejoindre des groupes extrémistes, de démanteler les réseaux de recrutement et de régler le problème en élaborant et en mettant en place une solution d’ensemble.