Courrier concernant l’arrestation de l'artiste et défenseur des droits humains Ahmed Mansoor
12 avril 2011

New York, le 12 avril 2011

À l'attention de :

M. Richard Armstrong, directeur, Solomon R. Guggenheim Foundation
M. John Sexton, Président, New York University
Mme Laurence des Cars, directrice scientifique, et M. Manuel Rabaté, Secrétaire général, Agence France-Muséums

Madame, Messieurs,

Les autorités émiraties ont très récemment arrêté et mis en détention M. Ahmed Mansoor, un artiste et éminent défenseur des droits humains aux Émirats arabes unis (EAU), auteur d'un recueil de poèmes. Les autorités n'ont pas informé la famille de M. Mansoor ou son avocat de son lieu de détention et ne leur ont pas laissé la possibilité de lui parler. Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse que nous avons publié le samedi 9 avril, détaillant non seulement les circonstances de son arrestation mais également les évidentes motivations politiques sous-jacentes.

Depuis, les autorités ont arrêté deux autres militants, partisans de réformes démocratiques. Le 10 avril, les forces de sécurité ont arrêté à Dubaï l'universitaire Nasser Bin Ghaith, professeur d'économie à l'Université Paris-Sorbonne-Abou Dhabi. M. Bin Ghaith a fréquemment critiqué les autorités émiraties pour leur incapacité à entreprendre des réformes politiques significatives. Le 9 avril, les autorités avaient arrêté le militant et blogueur Fahad Salem al-Shehhy à Ajman.

Vos institutions ont beaucoup investi aux EAU, et l'ont fait dans une perspective de contribuer au développement de la région en tant que société libre, appréciant l'art et l'enseignement. C'est pourquoi le Guggenheim, l'Université de New York et l'Agence France-Muséums ont la responsabilité de condamner publiquement ces attaques scandaleuses à l'encontre de militants. Vos institutions se doivent de se prononcer non seulement parce qu'il y a un artiste et un universitaire parmi les personnes prises pour cibles, mais aussi parce que ces militants sont les porte-paroles de la liberté dans leur pays. Nous sommes convaincus que vos institutions sont bien placées pour condamner de telles arrestations fondées sur des motifs politiques ; par exemple le musée Guggenheim et son directeur Richard Armstrong ont récemment lancé une pétition demandant au gouvernement chinois de relâcher M. Ai WeiWei.

Les trois militants détenus n'ont certes pas la renommée ou la réputation de M. Wei Wei, mais dans le contexte des EAU, leur volonté de se battre pour la liberté n'est pas moins considérée comme une menace par le gouvernement des EAU que M. Wei Wei par celui de la Chine. Et bien sûr, le rôle de vos institutions aux EAU est de loin plus significatif et important.

Nous vous exhortons à envoyer un message clair aux autorités émiraties indiquant que vos institutions  condamnent les attaques à l'encontre de la société civile et plus particulièrement les attaques à l'encontre d'artistes et d'universitaires, et réitérant votre ferme soutien aux libertés fondamentales et aux droits humains, sans lesquels aucune institution artistique ou universitaire éclairée ne saurait prospérer.

Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, l'expression de nos cordiales salutations.

Sarah Leah Whitson
Directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord
Human Rights Watch