• New York Times

    February 7, 2010

    Op-Ed Contributors

    On Feb. 11, 1990 — 20 years ago this Thursday — Nelson Mandela walked through the gates of a South African prison after 27 years of confinement. His release was celebrated the world over. But it had a particular effect on those who were being held as political prisoners by other repressive regimes. The Op-Ed editors asked seven of these former captives to describe what it was like when they heard the news of Mr. Mandela’s liberation.

    Ray of Light

    By SOULEYMANE GUENGUENG

    During the dictatorship of Hissène Habré in Chad, I was wrongfully accused of political activity and imprisoned. Our jail was infested with insects, and the heat was nearly unbearable. Packed in our cells, we had to take turns to sleep, often on top of the corpses of other prisoners who had died from torture, disease or malnutrition. We were forbidden to pray aloud. And every night, President Habré’s political police took away prisoners who never returned.

    As we were cut off from the outside world, our only news was that brought by new prisoners. It was thus that Brahim, a man who would later die in jail, told us that Nelson Mandela had been freed and had walked out of prison a hero.

    The news was a ray of light in our dark prison. If Mr. Mandela could survive 27 years, then there was hope for us too. From the depths of that madness, I took an oath before God that if I did get out alive, I would fight for justice. Although I contracted hepatitis, dengue fever and malaria, I did survive. When Mr. Habré was overthrown in December 1990 and fled to Senegal, the prison doors were flung open, and I returned, a walking skeleton, to my family.

    Nelson Mandela showed us that prison can strengthen a man. After my release, I gathered the stories of 792 other Chadian prisoners and took them to Senegal. Ten years ago this week, based in part on my evidence, a judge in Senegal charged Mr. Habré with torture and crimes against humanity. Sadly the Senegalese government has not yet brought the case to trial.

    Still, I wonder, on the day Mr. Habré was indicted, did he ask himself, “Who is that nobody who is coming after me — me, a man who destroyed entire tribes, entire villages?”

    Souleymane Guengueng spent 27 months in a Chadian prison and now lives in New York City.

Rapports

Torture

  • oct 13, 2014
    Les autorités tunisiennes devraient mener une enquête approfondie et impartiale sur la mort, le 3 octobre 2014, d'un homme qui aurait été torturé et maltraité lors de son arrestation. Des membres de la famille de Mohamed Ali Snoussi qui ont vu son corps ont confié à Human Rights Watch qu'il présentait des blessures à l’arrière de la tête et des ecchymoses sur le dos, les épaules et les jambes.
  • sep 25, 2014
    Des défenseurs des droits humains, des journalistes et d’autres individus incarcérés par le gouvernement ouzbek pour des motifs politiques sont torturés et détenus dans des conditions lamentables.
  • mai 25, 2014
    Au Yémen, des trafiquants d’êtres humains agissant avec la complicité de responsables locaux retiennent des migrants africains dans des camps de détention, les torturant pour extorquer de l’argent à leurs familles, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Les victimes meurent parfois des suites des tortures infligées. Le gouvernement yéménite devrait mener des enquêtes rigoureuses et engager des poursuites à l’encontre des trafiquants d’êtres humains et des membres des forces de sécurité impliqués dans ces exactions.
  • mai 5, 2014
    Les forces de sécurité vénézuéliennes ont recouru de manière illégale à la force afin de réprimer des manifestations antigouvernementales, en passant violemment à tabac des manifestants non armés et en tirant sur eux à bout portant
  • mar 28, 2014
    Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a clairement affirmé, le 28 mars 2014, que les dirigeants de la Corée du Nord devraient être traduits en justice par le biais d'une initiative du Conseil de sécurité.
  • fév 11, 2014
    L’Algérie devrait se conformer aux valeurs du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies et permettre aux experts de l'ONU et aux organisations non gouvernementales de défense des droits de l'Homme de se rendre dans ce pays, ont aujourd’hui déclaré cinq organisations de défense des droits de l'Homme
  • fév 6, 2014
    Les autorités irakiennes maintiennent illégalement en détention des milliers de femmes irakiennes et font subir à un grand nombre d'entre elles des tortures et d'autres mauvais traitements, y compris des menaces de violences sexuelles, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui. En Irak, le système judiciaire, qui présente de graves lacunes et est rongé par la corruption, fonde fréquemment ses verdicts de culpabilité sur des aveux extorqués et les procédures pénales ne sont pas conformes aux normes internationales. De nombreuses femmes ont été maintenues en détention pendant des mois, voire des années, sans qu'aucun chef d'accusation n'ait été retenu contre elles, avant de comparaître devant un juge.
  • Jan 20, 2014
  • déc 3, 2013

    Le gouvernement tchadien que dirigeait Hissène Habré fut responsable de nombreux assassinats politiques, de l’usage systématique de la torture, de milliers d’arrestations arbitraires et de la persécution ciblée visant certains groupes ethniques.

  • nov 21, 2013
    Le Président Barack Obama devrait dire au Roi Mohammed VI du Maroc que le soutien américain au processus de réforme au Maroc dépend du fait que ce processus aille au-delà de la rhétorique et effectue des changements tangibles. Les réformes devraient inclure des protections juridiques plus solides pour les droits et la fin de l'impunité pour les policiers qui utilisent la violence et commettent d'autres exactions. Le 22 novembre 2013, le roi va rencontrer un président américain à Washington pour la première fois en 11 ans.