Cela fait un mois qu’ils sont retenus en otages
1 juillet 2014
« Cette prise d’otage est non seulement cruelle mais constitue aussi une violation flagrante des lois de la guerre. »
Fred Abrahams, conseiller spécial à Human Rights Watch

(New York, le 1er juillet 2014) – Le groupe armé État islamique en Irak et au Levant (EIIL, ou ISIS en anglais) devrait immédiatement libérer les quelque 133 garçons kurdes pris en otage dans le nord de la Syrie il y a plus d’un mois, Human Rights Watch aujourd'hui.

Le 29 mai, l’EIIL a enlevé 153 garçons, âgés de 13 à 14 ans, originaires de la ville majoritairement kurde de Ain al-Arab (Kobani en kurde), alors qu'ils rentraient chez eux après avoir passé leurs examens de fin d'année dans la ville d'Alep. Cinq garçons ont réussi à s’échapper et l’EIIL a libéré 15 autres garçons le 28 juin, apparemment en échange de la libération de trois membres de l'EIIL détenus par les forces kurdes.

Deux des garçons qui se sont échappés ont rapporté aux médias que l’EIIL forçait le groupe à suivre des cours dans le camp sur la charia et sur l'idéologie djihadiste ;  l'un des garçons a ajouté que les combattants de l’EIIL frappaient ceux qui selon eux se comportent mal.

« L’EIIL a enlevé ces enfants qui venaient  de passer leus examens », a déclaré Fred Abrahams, conseiller spécial à Human Rights Watch. « Cette prise d’otage est non seulement  cruelle mais constitue aussi une violation flagrante des lois de la guerre. »

La prise d'otages ainsi que l'utilisation, la conscription et l'enrôlement d'enfants dans un conflit armé constituent des crimes de guerre.

Human Rights Watch a récemment dénoncé le recours à des enfants soldats – y compris pour des missions suicides - par l’EIIL et par d’autres groupes armés en Syrie.  Human Rights Watch n’est pas en mesure d’établir si telle est l’intention de l’EIIL dans ce cas particulier.

Communiqué intégral en anglais : http://www.hrw.org/node/126996