• Cinq hommes condamnés à des peines de prison par des tribunaux marocains, suite à des procès inéquitables basés sur des aveux contestés, selon un rapport de Human Rights Watch publié en juin 2013.
    Les tribunaux marocains condamnent certains accusés en se fondant sur des aveux qui selon ces derniers ont été obtenus sous la torture ou falsifiés par la police, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. La réforme de la justice planifiée par le pays doit prévoir de meilleures protections pour veiller à ce que les tribunaux écartent des preuves utilisables toute déclaration faite aux policiers sous la torture ou les mauvais traitements.

Rapports

Maroc/Sahara occidental

  • jui 8, 2014
    Une Cour d'appel marocaine a confirmé, le 2 juillet 2014, des verdicts de culpabilité prononcés en première instance à l'encontre d'hommes accusés de s'être livrés à des actes homosexuels, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Au moins quatre des six accusés dans cette affaire, jugée dans la région du centre du Maroc, avaient été déclarés coupables de chefs d'accusation qui incluaient la commission « d'un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe », aux termes de l'article 489 du code pénal marocain.
  • jui 2, 2014
    La peine d’emprisonnement prononcée le 1er juillet 2014 à l’encontre d’un rappeur au franc parler connu sous le nom d’ « Al-Haqed » fait craindre que les tribunaux marocains ne l’aient une fois de plus condamné en raison de ses messages politiques, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Un tribunal de première instance de Casablanca a condamné Al-Haqed (« l’indigné »), dont le vrai nom est Mouad Belghouat, à quatre mois d’emprisonnement et au versement d’une amende et de dommages et intérêts pour ébriété sur la voie publique, ainsi que pour coups et blessures et outrage à agents des forces de l’ordre.
  • avr 7, 2014
    Observateur. Le directeur adjoint de l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord fait le point sur la situation des droits de l’homme au Maroc
  • mar 24, 2014
    Les autorités espagnoles et marocaines devraient mettre en place des procédures afin de protéger les droits des migrants et de rejeter les expulsions sommaires à la frontière.
  • fév 10, 2014
    Les forces de sécurité marocaines soumettent régulièrement les migrants subsahariens dans le nord-est du pays à des passages à tabac ou à d’autres mauvais traitements, et parfois les volent, a indiqué Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui.
  • Jan 21, 2014
    Les autorités marocaines en 2013 ont promis plus d’améliorations des droits humains qu'elles n’en ont réalisées, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui dans son Rapport mondial 2014. Les tribunaux ont condamné des dissidents à des peines de prison à la suite de procès inéquitables, la police a fait un usage excessif de la force pour disperser des manifestations pacifiques et dans le territoire contesté du Sahara occidental, les autorités ont réprimé les partisans de l'autodétermination.
  • nov 21, 2013
    Le Président Barack Obama devrait dire au Roi Mohammed VI du Maroc que le soutien américain au processus de réforme au Maroc dépend du fait que ce processus aille au-delà de la rhétorique et effectue des changements tangibles. Les réformes devraient inclure des protections juridiques plus solides pour les droits et la fin de l'impunité pour les policiers qui utilisent la violence et commettent d'autres exactions. Le 22 novembre 2013, le roi va rencontrer un président américain à Washington pour la première fois en 11 ans.
  • nov 21, 2013
    Le parlement marocain devrait réviser un projet de loi portant sur les protections juridiques pour les travailleurs domestiques, afin qu'il soit conforme aux normes internationales, a affirmé Human Rights Watch aujourd'hui dans une lettre adressée au Ministre du travail Abdeslam Seddiki.
  • sep 19, 2013
    Les autorités marocaines ont arrêté le 17 septembre 2013 un journaliste de premier plan, suite à la publication d’un article sur une vidéo djihadiste sur le site web qu'il dirige, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Les autorités marocaines devraient libérer ce journaliste, Ali Anouzla, à moins qu'elles ne puissent produire des preuves attestant que l'article en question constitue une incitation à la violence imminente.
  • jui 16, 2013
    Les autorités marocaines devraient remettre en liberté un étudiant reconnu coupable d’offense à la dignité du roi. Deux ans après avoir adopté une constitution qui consacre la liberté d’expression, le Maroc devrait abolir les lois répressives qui ont permis de mettre cet étudiant en prison.