Les droits de l'homme à l'heure de l'élection présidentielle en Algérie

Document d'information de Human Rights Watch


A l'approche des élections présidentielles, Human Rights Watch demande au gouvernement algérien actuel et à celui qui lui succédera, de :

Réaliser des enquêtes crédibles et transparentes sur les massacres et autres exécutions sommaires, et de lever les restrictions imposées aux organes indépendants venus enquêter sur ces événements.

Respecter le droit des citoyens à être informés des événements traumatisants qui affectent le bien-être et la sécurité des populations.

Libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues de façon arbitraire, et de veiller au strict respect par les forces de sécurité des règles internationales pour la prévention des "disparitions".

Faire savoir à tous les agents de l'armée, des services de renseignements et des forces de sécurité, ainsi qu'aux autorités judiciaires, que la torture et l'usage abusif de la force ne seront pas tolérés et que les responsables qui ordonneraient ou fermeraient les yeux sur de telles actions seront poursuivis en justice et, le cas échéant, condamnés à des peines proportionnelles à la gravité de leurs crimes.

Revenir sur la politique actuelle en levant toutes les restrictions d'entrée sur le territoire algérien des journalistes étrangers et des organisations non- gouvernementales, et d'accéder aux demandes de visite des Rapporteurs spéciaux des Nations unies sur la torture et les exécutions extrajudiciaires.

Veiller à ce que les personnes ayant survécu aux viols reçoivent des soins médicaux adaptés, et notamment un soutien psychologique.

(Washington, D.C., 9 avril 1999) -- Human Rights Watch appelle aujourd'hui à faire des questions relatives aux droits de l'homme un thème dominant de la campagne présidentielle algérienne et de la période post-électorale. Dans un document d'information publiée aujourd'hui, Human Rights Watch condamne le fait qu'aucune équipe d'observateurs internationaux n'ait été autorisée à surveiller le déroulement du scrutin et que les journalistes étrangers se soient vu soit refuser des visas, soit restreindre leur liberté de mouvement pendant leur séjour dans le pays. Ce document rappelle par ailleurs le climat de violence politique qui aurait fait 77 000 morts depuis 1992, les enlèvements et "disparitions" de plusieurs milliers d'Algériens, et les mesures prises par les autorités algériennes pour restreindre l'accès aux sources d'information, ce qui a considérablement limité l'observation indépendante des conditions de respect des droits de l'homme.

Violences politiques. Bien que le nombre d'assassinats recensés en 1999 ait diminué par rapport aux années précédentes, il demeure extrêmement élevé. Les groupes armés se réclamant de la mouvance islamiste, surtout actifs dans la région rurale de la Mitidja, au sud d'Alger, continuent de prendre pour cible des civils et d'enlever des jeunes femmes et des fillettes, dont certaines ont fait l'objet d'esclavage sexuel.

Au cours de ces derniers mois, des rapports de presse ont signalé la présence de charniers qui contiendraient plusieurs dizaines de corps et dont la découverte a exacerbé l'angoisse des familles des personnes enlevées. Selon les associations de défense des victimes, les autorités n'ont livré que peu ou pas d'informations sur les mesures prises pour exhumer et identifier les corps. De plus, aucune enquête sur les circonstances de la mort des victimes n'aurait été ordonnée. L'absence d'information publique sur ces découvertes macabres est tout à fait révélatrice de la volonté du gouvernement de restreindre l'accès à toutes les sources d'information touchant à la sécurité intérieure.

"Disparitions". Une campagne populaire des familles de "disparus"--personnes que l'on pense être aux mains des forces de sécurité, mais sans que celles-ci le reconnaissent--a attiré l'attention des autorités algériennes et de la communauté internationale sur ce problème. Ce mouvement a répertorié plus de 3 000 cas de disparitions, dont la grande majorité remonte à au moins trois ans. Face à cette campagne, le ministre de l'Intérieur a ouvert l'année dernière des bureaux de dépôt de plaintes, mais selon les défenseurs des "disparus," les autorités se sont pour l'heure refusées à fournir tout élément d'information concret.

Restrictions d'accès des journalistes étrangers et des organisations non-gouvernementales. La limitation des autorisations d'entrée sur le territoire algérien continue de faire obstacle à la surveillance de la situation des droits de l'homme par des organismes indépendants. Les autorités ont refusé la présence d'observateurs internationaux à l'occasion du scrutin présidentiel, et continuent de trier sur le volet les journalistes étrangers, refusant de délivrer des visas à certains des spécialistes qui suivent de près les événements algériens. Ceux qui sont autorisés à pénétrer dans le pays se voient affecter une escorte armée, censée assurer leur sécurité mais qui, de fait, les empêche souvent de recueillir des informations fiables. Depuis 1997, le gouvernement interdit aux grandes organisations internationales de défense des droits de l'homme d'entrer en Algérie pour y évaluer la situation, et fait la sourde oreille aux demandes de visite des Rapporteurs spéciaux des Nations unies sur la torture et les exécutions extrajudiciaires. Il a également suspendu en 1992 le droit de visite des membres du Comité international de la Croix Rouge aux détenus; toutefois, la reprise de ces visites est actuellement en cours de négociation.

A l'approche des élections présidentielles, Human Rights Watch demande au gouvernement algérien actuel et à celui qui lui succédera, de :

Réaliser des enquêtes crédibles et transparentes sur les massacres et autres exécutions sommaires, et de lever les restrictions imposées aux organes indépendants venus enquêter sur ces événements.

Respecter le droit des citoyens à être informés des événements traumatisants qui affectent le bien-être et la sécurité des populations.

Libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues de façon arbitraire, et de veiller au strict respect par les forces de sécurité des règles internationales pour la prévention des "disparitions".

Faire savoir à tous les agents de l'armée, des services de renseignements et des forces de sécurité, ainsi qu'aux autorités judiciaires, que la torture et l'usage abusif de la force ne seront pas tolérés et que les responsables qui ordonneraient ou fermeraient les yeux sur de telles actions seront poursuivis en justice et, le cas échéant, condamnés à des peines proportionnelles à la gravité de leurs crimes.

Revenir sur la politique actuelle en levant toutes les restrictions d'entrée sur le territoire algérien des journalistes étrangers et des organisations non- gouvernementales, et d'accéder aux demandes de visite des Rapporteurs spéciaux des Nations unies sur la torture et les exécutions extrajudiciaires.

Veiller à ce que les personnes ayant survécu aux viols reçoivent des soins médicaux adaptés, et notamment un soutien psychologique.

Par ailleurs, Human Rights Watch renouvelle son appel à tous les groupes armés pour les engager à mettre fin aux agressions délibérées à l'encontre des populations civiles; à cesser les attentats aveugles mettant en danger des civils; à libérer sans condition tous les civils qu'ils détiennent; et à cesser les persécutions fondées sur l'appartenance sexuelle, notamment les enlèvements, les viols et l'esclavage sexuel des femmes et des fillettes.

[haut de la page]

[Sommaire][Recherche dans ce site][A propos de HRW][Le Festival Int. du Film (en anglais)]