Dans les régions anglophones du Cameroun, la répression brutale de manifestations en 2016 a contribué à engendrer un cycle de violences et d’exactions commises par les forces gouvernementales et pas des factions séparatistes. Human Rights Watch appelle à la cessation des graves abus qui ont contribué au déplacement forcé de plus de 150 000 personnes.