Skip to main content

Une enquête sur la maladie de l’opposant russe Navalny est indispensable

Cet activiste qui a souvent critiqué le Kremlin se trouve entre la vie et la mort

L’opposant russe Alexeï Navalny, photographié lors d’une marche commémorative tenue à Moscou le 29 février 2020 en hommage à Boris Nemtsov, près de cinq ans après le meurtre de Nemtsov, qui était lui-même l’une des principales figures de l’opposition avant d’être assassiné le 27 février 2015. © 2020 AP Photo/Pavel Golovkin.

Mise à jour (21 août 2020): Dans le nuit du 21 août, les autorités russes à Omsk ont ​​autorisé le transfert de Navalny en Allemagne pour qu’il y soit soigné.

Imaginez l’angoisse vécue par Yulia Navalnaya. Son mari, Alexeï Navalny, est entre la vie et la mort, relié à un respirateur artificiel dans un hôpital de la ville sibérienne d'Omsk après être tombé soudainement et  violemment malade à bord d’un avion qui se dirigeait vers Moscou après avoir quitté Tomsk, dans l’est de la Russie.  

Alexeï Navalny, l'un des principaux détracteurs du Kremlin, dirige un mouvement anti-corruption à l’échelle nationale, et a une ambition présidentielle. Ses vidéos sur YouTube, exposant la corruption présumée à des hauts niveau du gouvernement et le train de vie somptueux de certaines élites politiques, engendrent des millions de vues. Il a été arrêté plusieurs fois. Son frère a été emprisonné pendant trois ans sur la base d’accusations de fraude douteuses, probablement en guise de représailles contre son propre activisme. Il a aussi été physiquement agressé, perdant presque la vue d'un œil. Des perquisitions ont été menées dans les locaux de sa fondation anti-corruption, qui a été  condamnée à une lourde amende, et finalement fermée.

Yulia Navalnaya s'est rapidement rendue à Omsk, mais dans un premier temps n'a pas été autorisée à voir son mari.

Des informations ayant filtré sur la maladie de Navalny font allusion à des signes d’empoisonnement toxique. Une chronologie effrayante met en lumière d’autres cas d'empoisonnement par des toxines non identifiées contre d'autres personnes ayant critiqué le Kremlin, dont la journaliste Anna Polikovskaya, l'artiste Pjotr ​​Verzilov et le militant de l'opposition Vladimir Kara-Murza. Une enquête indépendante doit être menée pour établir si Navalny a été lui-même la victime d’une telle attaque.

Texte complet en anglais : en ligne ici.

-------------

Articles

TV5Monde   Figaro

Tweets

 

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.