Des hommes transportent le corps de Mohammed al-Kasbeh, un adolescent palestinien de 17 ans tué le 3 juillet 2015, lors de ses funérailles dans le camp de réfugiés de Qalandia, au sud de Ramallah, en Cisjordanie.

© 2015 Reuters
(Ramallah, le 20 juillet 2015) – Des éléments de preuve concernant un incident au cours duquel un colonel israélien a abattu un adolescent palestinien le 3 juillet semblent indiquer qu’il s’est agi d’une violation des normes internationales relatives à l'utilisation de la force létale lors d’opérations de maintien de l’ordre, voire de la réglementation israélienne à ce sujet, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Une vidéo récemment rendue publique corroborent les témoignages ainsi que les éléments de preuve médicolégaux selon lesquels le colonel Israël Shomer aurait tué Mohammad al-Kasbeh, 17 ans, alors que l’adolescent fuyait. Ceci semble contredire la déclaration initiale de l'armée, qui exonérait le colonel au motif qu'il était confronté à un « danger de mort ».
 

Une vidéo obtenue par B'Tselem, une organisation israélienne de défense des droits humains, corrobore les déclarations de témoins palestiniens selon lesquelles Shomer, un commandant de brigade, a tiré dans le dos d’al-Kasbeh alors que celui-ci fuyait après avoir jeté de près une pierre contre le pare-brise du véhicule qui transportait le colonel. Une pierre jetée sur un véhicule qui roule peut effectivement poser un danger mortel, mais les coups de feu mortels semblent avoir été tirés après que le colonel soit sorti de la voiture afin de poursuivre l’adolescent, près du poste de contrôle de Qalandia, au sud de Ramallah, en Cisjordanie.

« Une enquête appropriée sur ces tirs mortels devrait prendre en compte les éléments de preuve indiquant que le colonel Shomer a tiré dans le dos de Mohammad al-Kasbeh alors qu'il fuyait, et non parce qu'il représentait une menace mortelle », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

En vertu des Principes de base sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les responsables de l'application des lois (ang fra),  ces responsables ne peuvent recourir  « intentionnellement à l'usage meurtrier d'armes à feu que si cela est absolument inévitable pour protéger des vies humaines ».

 

Communiqué intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2015/07/20/israel-effectively-investigate-boys-killing-colonel

Sur le même thème