Des organisations camerounaise et canadienne lauréates du Prix de l'action contre le sida et pour les droits humains
29 novembre 2013
Il s’agit du 12ème prix annuel remis conjointement par Human Rights Watch et le Réseau juridique canadien VIH/sida à des particuliers ou à des organismes pour leur action en matière de promotion des droits humains dans le cadre de la lutte contre le VIH.

(Toronto, le 29 novembre 2013) – À l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le sida, le 1er décembre 2013, Human Rights Watch et le Réseau juridique canadien VIH/sida décerneront à Alternatives-Cameroun et au Réseau de plaidoyer des grands-mères (Grandmothers Advocacy Network, GRAN) le Prix de l'action contre le VIH/sida et pour les droits humains 2013. Il s’agit du 12ème prix annuel remis conjointement par Human Rights Watch et le Réseau juridique canadien VIH/sida à des particuliers ou à des organismes pour leur action en matière de promotion des droits humains dans le cadre de la lutte contre le VIH.

Le lauréat du prix international, Alternatives-Cameroun, fondé en 2006, bénéficie d'une renommée internationale grâce à son engagement dans la lutte contre le VIH et pour l'accès aux services médicaux, à l'information et à l'éducation, en particulier pour les minorités sexuelles. Au cours de ces dernières années, le Cameroun a connu une vague de violences à l'encontre de certaines personnes en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité sexuelle ou de leur action militante en faveur des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués (LGBTI). En juillet, Éric Ohena Lembembe, directeur exécutif de la Fondation camerounaise de lutte contre le sida (Cameroonian Foundation for AIDS, CAMFAIDS), a été brutalement agressé et tué. L'enquête de la police n'a pas permis d'identifier le moindre suspect dans cette affaire de meurtre.

« Alternatives-Cameroun est en première ligne du combat mondial pour les droits humains des personnes séropositives et qui affrontent l'homophobie », a déclaré Joseph Amon, directeur de la division Santé et Droits humains de Human Rights Watch. « Cette organisation refuse avec courage d'être réduite au silence par l'adversité et constitue un secours essentiel pour de très nombreuses personnes LGBTI dans un pays qui demeure profondément hostile et dangereux pour elles. »

Yves Yomb, directeur exécutif d'Alternatives-Cameroun, se verra remettre le prix au nom de l'organisation. « Quand on passe chaque jour de sa vie dans la peur et l'incertitude, il est crucial de savoir qu'on bénéficie du soutien de la communauté mondiale », a-t-il déclaré. « Ce prix est synonyme d'espoir pour tous les Camerounais LGBTI et vient signifier à notre gouvernement que la discrimination ne sera pas tolérée ».

Le récipiendaire canadien du prix, GRAN, est une organisation créée en 2006 et dont les membres sont des grands-mères et d'autres personnes bénévoles qui travaillent en solidarité avec des grands-mères africaines et les enfants qu'elles élèvent, devenus orphelins du fait du sida.Cette organisation mène des activités de plaidoyer auprès du gouvernement canadien et œuvre à l'accroissement du soutien canadien et international aux efforts de prévention et de traitement du sida, ainsi que de l'aide aux malades, en Afrique subsaharienne.

« GRAN est une organisation composée de personnes expertes, dévouées et passionnées, qui a joué un très grand rôle dans la campagne pour la réforme du Régime canadien d'accès aux médicaments et effectue un travail de mobilisation pour soutenir l'œuvre salvatrice du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme », a déclaré Richard Elliott, directeur exécutif du Réseau juridique canadien VIH/sida. « Elles apportent ténacité et passion au combat international pour éviter des décès et des souffrances inutiles dus au VIH ».

Marilyn Coolen, co-présidente de GRAN, a déclaré que l'octroi du prix était important dans la perspective de la réunion, en décembre 2014 à Washington, des pays donateurs, dans le but de réalimenter financièrement le Fonds mondial. Le Canada, membre fondateur de ce Fonds, lui a apporté une contribution de 150 millions de dollars canadiens pour les trois dernières années mais il n'a pas encore pris d'engagement de financement pour l'avenir.

« C'est pour nous un honneur de recevoir ce prix et de travailler au sein de coalitions dynamiques », a déclaré Marilyn Coolen. « Recevoir une telle distinction est un encouragement à continuer à lutter avec encore plus d'ardeur et à donner de la voix encore plus fort.»